Noël approche et, à en croire les prévisions, le e-commerce va encore battre de nouveaux records. Selon une enquête réalisée par Episerver aux États-Unis et au Royaume-Uni, 42% consommateurs achèteront la plupart (voire la totalité) de leurs cadeaux sur Amazon. Ce sont 4500 personnes qui ont été sondées et, contrairement au reste de l’année, le géant du commerce en ligne passe devant Google. En effet, lors des fêtes, 32% des acheteurs commenceront d’abord par se tourner vers Amazon, puis à 18% vers Google.  

Mais tout est une question de point de vue. En observant bien les chiffres, on remarque qu’une personne sur deux ne fera pas d’achat sur Amazon. En effet, 47% des personnes interrogées déclarent qu’elles achèteront peu ou pas sur la plateforme. Une bonne nouvelle pour les autres acteurs du marché !

Des résultats qui diffèrent

En fonction des catégories de produits, de beaux écarts sont notables. C’est tout à fait normal puisque le prêt-à-porter, l’électronique ou la décoration ne se consomment pas de la même manière. Pour les vêtements par exemple, les internautes vont plus facilement visiter le site d’une marque ou d’une boutique à 43% plutôt que Google à 29% et Amazon à 30%. D’ailleurs pour certains achats, comme le mobilier ou toujours le prêt-à-porter, les gens continuent de passer en magasin avant de faire une commande en ligne. Logique !

La question qui se pose aujourd’hui est : quel rôle jouent les réseaux sociaux dans tout ça ? Vaste espace publicitaire : les plateformes sociales génèrent un trafic énorme vers les sites de e-commerce. Une porte d’entrée non négligeable qui a fait doubler le trafic entre 2018 et 2019. 

Mais ça n’est pas tout ! Episerver estime que le marketing d’influence devrait avoir un impact fort cette fin d’année. Selon l’étude, 52% des acheteurs ont cliqué sur des posts d’influenceurs et seulement 23% des sondés déclarent ne pas suivre d’influenceurs. Évidemment, ces chiffres ne représentent qu’une partie de la population, car on sait pertinemment que les influenceurs touchent avant tout un public jeune. En moyenne toutes tranches d’âges confondues, ce sont plutôt 67% des internautes qui ne suivent pas d’influenceurs.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply