Matter : tout savoir sur le standard de connexion qui unifie les objets connectés

Matter est une toute récente norme qui promet de révolutionner notre usage des objets connectés et notre rapport à la domotique. Son objectif est de simplifier au maximum l’installation, le paramétrage et l’utilisation au quotidien des appareils de notre domicile, et de leur permettre de communiquer entre eux.

Matter
Crédit : CSA

La domotique s’impose petit à petit dans nos foyers, toujours plus équipés en objets connectés pour faciliter le contrôle du domicile et faire des économies d’énergie. Mais à cause de problèmes de compatibilité entre les différents écosystèmes et protocoles utilisés, il n’est pas toujours simple de mettre en place un système de maison connectée le plus intelligent et opérationnel qui soit. Les consommateurs en ont conscience depuis longtemps, et les fabricants d’objets connectés s’attaquent enfin à cette difficulté. Pour ce faire, ils dégainent une nouvelle arme : Matter, un standard de connectivité dont le but est de faire communiquer entre eux les terminaux connectés, et de les contrôler via une interface unique.

Matter, c’est quoi ?

Matter est un nouveau standard de domotique destiné à simplifier l’installation et la configuration des appareils connectés. Il sert aussi à s’assurer de leur prise en charge dans une grande variété d’environnements logiciels et matériels, de leur interopérabilité, et de leur bon fonctionnement avec les différents assistants vocaux. Il sera donc bien moins pénible que maintenant de se constituer une maison intelligente en utilisant des produits de fabricants différents et appartenant à des écosystèmes divergents.

Pour résumer, Matter va contribuer à ce que tous les appareils connectés puissent efficacement communiquer entre eux et permettre de démocratiser la domotique auprès des consommateurs encore récalcitrants, freinés par tous ses inconvénients avant l’arrivée de Matter. « En collaborant, en étant inclusif, et grâce à un profond sens des responsabilités envers le marché et les consommateurs, Matter a le pouvoir de créer une maison intelligente plus connectée, sûre et utile », résume Tobin Richardson, président de l’organisation en charge de mettre au point et de gérer Matter.

Matter
Crédit : Google

Qui développe Matter ?

Fin 2019, un groupe de travail se constitue pour mettre en place le projet Connected Home over IP (CHIP). La ZigBee Alliance, organisation à l’origine du protocole du même nom, est alors rejointe par les grandes pontes de la tech et de l’IoT : Amazon, Apple, Google et Samsung. En 2021, le projet devient concret avec la création du Connectivity Standards Alliance (CSA), un consortium regroupant les membres du projet CHIP et de nouveaux acteurs, qui apportent une contribution à l’établissement du nouveau standard et à son adoption.

Aujourd’hui, le conseil d’administration du CSA est composé de dirigeants d’Amazon, Apple, ASSA ABLOY, Comcast, Google, Haier, Huawei, IKEA, Infineon Technologies AG, The Kroger Co., Latch Systems, LEEDARSON, Legrand, LG Electronics, Lutron Electronics, Midea, Nordic Semiconductor, NXP Semiconductors, OPPO, Resideo Technologies, Samsung Electronics, Schneider Electric, Signify (Philips Hue et WiZ), Silicon Labs, Somfy, STMicroelectronics, Texas Instruments, Tuya et Wulian.

Matter est-il déjà disponible ?

La publication de la version 1.0 de Matter a eu lieu le 30 septembre 2022, mais le coup d’envoi officiel du protocole a été lancé le 3 novembre 2022. À partir de cette date, les fabricants peuvent donc proposer Matter sur des produits commercialisés au grand public. Bonne nouvelle, il n’y a pas que les nouveaux terminaux qui en profitent puisqu’un déploiement par mise à jour à distance du firmware est possible sur le parc d’appareils existants.

Par exemple, Samsung a été l’un des premiers constructeurs à rendre Matter disponible sur son écosystème SmartThings par ce biais, permettant ainsi de contrôler ses appareils compatibles depuis une application unique plutôt que par une ribambelle d’apps. Amazon a annoncé qu’une partie de ses enceintes connectées Echo allaient passer à Matter avant la fin de l’année 2022. Certains équipements réseau eero vont aussi en bénéficier. Nanoleaf prévoit aussi de vite adopter le protocole sur de premières solutions d’éclairage. À ce jour, environ 200 produits sont déjà certifiés ou en phase de test dans l’optique d’obtenir la certification.

Matter
Crédit : Qorvo

Selon les dires du CSA, deux mises à jour majeures du standard sont prévues chaque année, permettant d’ajouter des fonctionnalités, d’améliorer la sécurité, et d’intégrer de nouveaux types de produits au protocole. Matter ne va s’imposer tout de suite, mais il devrait être démocratisé d’ici à quelques années si la technologie tient toutes ses promesses. Certains sites de commerce en ligne spécialisés ont même déjà commencé à ajouter une catégorie Matter, avec possibilité de filtrer uniquement les produits compatibles.

Le prochain grand rendez-vous pour le protocole de nouvelle génération est le CES 2023, le plus grand salon mondial de la tech, qui se tient du 5 au 8 janvier à Las Vegas.

Quels appareils sont compatibles Matter ?

Tous les objets connectés du marché ne sont pas supportés par Matter 1.0. Dans cette version, voici les objets qui sont pris en charge : les ponts connectés

  • les enceintes et produits équipés d’un assistant personnel
  • les prises connectées
  • les ampoules connectées (et autres dispositifs d’éclairage)
  • les serrures connectées
  • les stores et volets roulants
  • les thermostats (et autres systèmes de chauffage et de gestion de la température)
  • les capteurs de présence de sécurité sont pris en charge.

Pour les autres types d’appareils, il faudra attendre de prochaines évolutions du protocole. Le CSA a déjà fait savoir qu’il est prévu de rendre compatibles les appareils suivants :

  • les caméras de sécurité
  • les aspirateurs robots
  • les appareils d’électroménager
  • le matériel réseau (routeurs, répéteurs, solutions mesh)
  • les systèmes d’ouverture et de fermeture des portes et portails
  • les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone
  • les capteurs de mesures environnementales
  • les détecteurs de mouvement.

Matter fonctionne avec la bande de fréquence 2,4 GHz, qui est de très loin la plus utilisée par les objets connectés. Le protocole repose uniquement sur l’IPv6, ce qui exclut automatiquement les appareils qui ne supportent que l’IPv4. Pour associer un appareil compatible au réseau, Matter a recours à la norme Bluetooth Low Energy. La communication entre l’appareil concerné et les autres s’effectue par l’intermédiaire de la technologie Thread, qui partage de nombreux points communs et offre des performances similaires à Zigbee. Le principal avantage de Thread est qu’il ne nécessite pas de hub ou de pont pour fonctionner, ce qui a porté préjudice au développement de Zigbee. Un autre intérêt de Thread est qu’il constitue un réseau maillé des appareils compatibles, chacun d’entre eux étant utilisé comme point de relais pour étendre la couverture. Les connexions WiFi et Ethernet peuvent également être exploitées avec Matter, mais Thread est moins énergivore que le WiFi.

Matter
Crédit : Nordic Semiconductor

À quoi sert la fonctionnalité Multi-Admin ?

C’est le Multi-Admin de Matter qui permet de contrôler ses objets connectés depuis une autre application que celle prévue par le constructeur de l’appareil. Et si les entreprises collaborent entre elles, il est même envisageable de proposer une expérience totalement transparente, avec la possibilité d’accéder à l’ensemble des fonctionnalités disponibles depuis une interface tierce. Google et Samsung, qui collaborent déjà sur les puces Tensor des Pixel et ont fait fusionner Wear OS et Tizen sur les montres connectées, ont annoncé travailler ensemble pour créer des ponts entre SmartThings et Google Home grâce au Multi-Admin de Matter.

Quelles fonctionnalités sont supportées par Matter ?

Dans sa première mouture, Matter se montre encore limité en matière de fonctionnalités. Certaines options avancées ou la mise en place de routines ne sont pas forcément disponibles pour le moment en fonction du produit. Le protocole deviendra plus complet au fil des mises à jour. Avec Matter, il est notamment possible d’allumer ou d’éteindre un appareil, ou d’activer sa fonction de base. Pour une expérience plus poussée, le standard n’est pas encore prêt.

Comme avec Zigbee, rapidité et simplicité sont les maîtres mots. Un QR Code à scanner sur le produit avec le smartphone ou un code à renseigner permet d’identifier l’appareil à configurer, puis le Bluetooth LE se charge d’effectuer la liaison. L’application du fabricant n’est plus obligatoire, il est possible de poursuivre le paramétrage depuis une application tierce compatible, comme Smart Life, Smart Things, Alexa, Google Home…

À l’avenir, Matter pourrait même recourir au NFC pour encore accélérer et faciliter le processus. Encore mieux, la mise sous tension d’un appareil supportant Matter pourrait dans le futur suffire à sa détection automatique par le réseau.

Matter est-il sécurisé ?

Matter a recours à la blockchain pour certifier la provenance et la sécurité des appareils et leur accorder l’accès au réseau. Le chiffrement des communications est réalisé par la technologie AES 128 bits, que ce soit entre les appareils du réseau domotique ou entre les appareils et le cloud. Matter autorise également les échanges de données entre appareils cloud à cloud, et n’est alors pas concerné par la sécurité des informations.

Est-ce que Matter fonctionne sur iOS ?

Apple fait partie des participants à l’élaboration du standard et entend rendre ses produits compatibles avec Matter. Cependant, actuellement sur iOS, les applications Alexa et Google Home ne supportent pas la nouvelle norme : seul Apple Home le permet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *