Posted on
Spread the love

Benjamin Griveaux, candidat LREM à la mairie de Paris, se retire de la course. Ce retrait intervient après la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel, dont il serait l’auteur et qu’il aurait envoyée à une femme avec laquelle il échange. Mise en ligne le 1er février par l’artiste Piotr Pavlenski (dont Libé avait fait le portrait en 2016), elle a commencé à tourner mercredi soir. L’artiste russe, réfugié en France, assure à Libération vouloir «dénoncer l’hypocrisie» de l’ex-porte-parole du gouvernement. Il affirme tenir cette vidéo d’une «source» qui avait une relation consentie avec Benjamin Griveaux.

«En annonçant ma candidature à la mairie de Paris je connaissais la dureté de la vie politique», a déclaré le candidat dans une vidéo qu’il a enregistrée et publiée ce vendredi matin. «Depuis plus d’un an ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort. Ce torrent de boue m’a affecté mais il a surtout fait du mal à ceux que j’aime. Hier un nouveau stade a été franchi : un site et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela, personne ne devrait subir une telle violence. En ce qui me concerne, je ne souhaite pas nous exposer davantage quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin. C’est pourquoi j’ai décidé de retirer ma candidature. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires, c’est d’abord ma famille.»

Toute la journée jeudi, alors que le candidat présentait son programme le matin dans un cinéma des Batignolles, dans le XVIIarrondissement, la vidéo a circulé aussi vite que la rumeur du retrait de sa candidature. Du côté de ses équipes, bouche cousue, mais ses interventions de ce vendredi, lors d’un débat organisé par le think thank Terra Nova, sur RTL et Europe 1, ont été annulées.

A lire aussiMunicipales : «Griveaux, c’est un peu le Copé de la macronie»

Benjamin Griveaux, en baisse dans les sondages, tentait à un mois du scrutin de relancer sa campagne. Le candidat, qui a obtenu l’investiture LREM cet été a été relégué en troisième position, autour de 15 %, derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati. Il partait pourtant dans un contexte parisien qui semblait très favorable au parti présidentiel. Aux européennes, il a atteint 33 % des voix.

Conscient que cette chute dans les sondages ne s’expliquait pas seulement par la dissidence de Cédric Villani, le camp du candidat officiel venait de lancer une opération «humanisation». «Il a une image catastrophique, reconnaissait un élu parisien, candidat sur ses listes. Je ne sais pas trop pourquoi mais c’est très difficile à enrayer. Pourtant, il fait gendre idéal.»

«C’est un humain»

L’enregistrement dans lequel il insultait ses concurrents à l’investiture LREM avait déjà laissé des traces. Mais avant la publication de la vidéo, les marcheurs voulaient encore convaincre qu’il y avait «mismatch», comme ils disent, entre l’image publique et l’homme. «On pourrait croire qu’il n’est pas humain mais il n’est pas formaté par la politique, c’est un humain», voulait nous rassurer un cadre de la campagne, quelques jours avant son retrait.

D’où une séquence «il brise l’armure» lors de son meeting à Bobino. «Derrière mon assurance et mes bons mots, auxquels je ne sais pas toujours résister [un euphémisme pour qualifier les insultes proférées contre ses adversaires et révélées par le Point cet été, ndlr], se cachent aussi mes angoisses et mes échecs, mes épreuves, mes drames familiaux. Tout cela forge un caractère et manifestement une carapace. […] Il me reste sept semaines pour vous dire ma part de vérité, celle que vous n’avez pas pu voir jusqu’alors car je n’ai pas su la partager avec vous.»

Deuxième axe de la tentative de redécollage : le programme, jusque-là étouffé par «la monstruosité du sujet Villani». «On ne parlait que de ça», expliquait-on dans le camp Griveaux après la «clarification» opérée par le mathématicien, qui a pris ses distances avec la majorité. «La division au sein de LREM a cassé une dynamique : beaucoup de gens de droite étaient prêts à voter Griveaux mais se disent qu’il n’a plus de chances et reviennent chez Dati», expliquait un membre de son équipe fin janvier. Il décrivait alors «l’inquiétude générale» parmi les troupes et s’étonnait du calme apparent de Benjamin Griveaux.

«Il ment aux électeurs»

«Ce qu’il propose n’imprime pas», reconnaissait-on dans son équipe de campagne. Et lorsque ça a été le cas, ce n’était pas forcément dans le bon sens. Son projet de Centrak Park à la place de la gare de l’Est, avec lequel il espérait donner un coup de boost à sa campagne, a été abondamment critiqué. Idem pour sa proposition de prêt de 100 000 euros à des Parisiens voulant acheter un logement.

La diffusion de la vidéo intervient donc alors que la candidature Griveaux était déjà mal en point. Piotr Pavlenski nous a téléphoné jeudi soir. Dans un français mâtiné d’accent de l’Est, l’artiste activiste explique : «C’est quelqu’un qui s’appuie en permanence sur les valeurs familiales, qui dit qu’il veut être le maire des familles et cite toujours en exemple sa femme et ses enfants. Mais il fait tout le contraire. Ça ne me dérange pas que les gens aient la sexualité qu’ils veulent, ils peuvent même baiser des animaux, pas de problème, mais ils doivent être honnêtes. Mais lui veut être le chef de la ville et il ment aux électeurs. Je vis désormais en France, je suis parisien, c’est important pour moi.»

La façon dont il a obtenu la vidéo n’est pas claire à ce stade. Il ne se souciait pas, en tout cas, des éventuelles conséquences juridiques, lui qui a déjà été plusieurs fois incarcéré pour diverses actions, notamment contre le régime de Poutine, et pour avoir chez nous incendié les portes de la Banque de France.

Quentin Girard , Charlotte Belaich

Advertisements

Leave a Reply