Depuis son lancement en juillet 2015, rien ne semble arrêter la fusée Revolut. La jeune pousse britannique vient d’annoncer un partenariat stratégique avec Visa qui lui permettra d’accélérer son développement dans plusieurs pays – dont les États-Unis et Singapour – d’ici la fin d’année.

Elle devrait ensuite s’attaquer au Canada et au Japon selon les dires de son fondateur, Nikolay Storonsky. Sans qu’aucun calendrier précis ne soit donné, on apprend qu’elle ambitionne aussi de s’étendre en Amérique Latine et en Asie dans les années à venir.

4 millions de nouveaux utilisateurs en 6 mois

Après avoir bouclé un tour de table de 250 millions de dollars en avril 2018, la banque mobile a mis en place une stratégie d’acquisition de nouveaux clients à grande échelle. Alors qu’elle comptait un million de clients fin 2017, elle a franchi les 2 millions en juin 2018 puis les 6 millions en juillet dernier. Aujourd’hui, elle peut se féliciter d’être active dans plus d’une trentaine de pays, dont la France.

Ce matin, elle annonçait à nos confrères de Reuters avoir désormais franchi les 8 millions d’utilisateurs – un chiffre qui devrait « doubler voire tripler » dans l’année à venir. Pour atteindre ses objectifs, elle mise beaucoup sur l’ouverture de nouveaux marchés et cet accord confidentiel avec Visa. Sans que l’on ne connaisse la nature exacte de ce partenariat, on sait seulement que la néo-banque s’est engagée à ce que 75% de son parc de cartes bancaires soit signé Visa.

Elle devra par ailleurs étoffer ses effectifs pour répondre à son internationalisation. Le fondateur et PDG de la société affirme qu’elle passera de 1 500 à 5 000 employés à travers le monde dans les douze prochains mois. Une telle décision lui permettra d’assurer un service client de qualité – lui qui a été critiqué en septembre dernier pour ses lenteurs suite à une vague de piratages de comptes.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply