Pourquoi le modèle de store applicatif ne fonctionnera pas avec les skills Alexa

Spread the love
Pourquoi le modèle de store applicatif ne fonctionnera pas avec les skills Alexa

Lors de l’événement Amazon destiné aux développeurs, Alexa Live, qui s’est tenu le mois dernier, un focus a été fait sur les compétences, les skills, proposées sur les enceintes connectées.

A mesure qu’Alexa déploie ses ailes multimodales, en renforçant sa présence sur les écrans grâce aux appareils Echo Show, dont la croissance est plus rapide que celle des enceintes intelligentes, Amazon pense que les skills vont devenir de plus en plus populaire. La promotion des compétences (skills) sur ces écrans n’est qu’un moyen parmi d’autres pour Amazon de rehausser le profil des compétences tierces, tout en créant davantage d’opportunités pour le commerce basé sur les compétences, y compris les skills payantes, et celles qui permettent la vente de biens physiques et numériques.

Cependant, contrairement à l’apparition de la boutique d’applications de l’iPhone en 2008, qui a ouvert les vannes du commerce des applications mobiles, Amazon adopte une approche plus progressive pour ouvrir le marché de ces skills. Avec l’iPhone, Apple a cherché à adapter un grand nombre d’éléments familiers des ordinateurs de bureau à un appareil de poche.

publicité

La question du répertoire de compétences

Mais les choses sont différentes dans le monde d’Alexa. Tout d’abord, il n’est pas certain qu’un répertoire de compétences, comme celui qu’Amazon héberge déjà, soit d’une grande utilité pour la découverte. Le répertoire est confronté au paradoxe d’être hébergé hors contexte sur le web et ne serait pas conforme à l’esprit de l’informatique ambiante s’il était disponible dans l’expérience Alexa.

Deuxièmement, les skills d’Alexa sont en grande majorité conçues pour des tâches telles que des activations et des transactions, par opposition aux conversations prolongées qui seraient plus analogues à l’expérience d’une application. Il n’y a souvent pas la possibilité d’élaborer des arguments en leur faveur par le biais de listes de magasins d’applications inondées de captures d’écran et de vidéos. Cela dit, Amazon a la possibilité de faire connaître ses compétences en se concentrant davantage sur l’intégration d’Alexa dans des applications tierces. Cela peut se faire de plusieurs manières, notamment en faisant en sorte qu’une commande Alexa envoie des informations à une application ou qu’elle lance une application pour offrir plus d’options, par exemple pour contrôler un appareil connecté.

Troisièmement, les compétences les plus précieuses pour les consommateurs pourraient être celles qu’ils créent eux-mêmes. À l’occasion d’Alexa Live, Amazon est revenu sur une fonctionnalité qu’elle avait présentée l’automne dernier : la possibilité pour les clients de créer leurs propres compétences en apprenant à Alexa ce qu’ils entendent par une certaine phrase telle que ” Commençons la soirée cinéma “.

Et quatrièmement, une nouvelle catégorie de compétences Alexa pourrait finir par être peu associée à Alexa. En effet, Amazon commence à proposer Alexa en marque blanche à toute une série d’entreprises, l’un des premiers exemples étant l’opérateur télécom Verizon avec son écran intelligent.

Même si Amazon n’a pas l’intention de réorganiser son répertoire pour en faire une approche de magasin d’application en ligne ou de relever le défi ardu d’en développer un dans le cadre de l’expérience Alexa, cela ne l’exonère pas de certaines des controverses liées aux magasins d’applications qui ont opposé Apple à Epic et Facebook. D’un autre côté, certains des points litigieux autour des magasins d’applications, tels que la disponibilité de magasins tiers ou le sideloading, semblent étrangers à l’écosystème des compétences Alexa et sont au moins partiellement abordés par les efforts soutenus par Amazon tels que l’initiative d’interopérabilité vocale et Matter.

Les magasins d’applications sont à l’origine de l’économie des applications. Cependant, à l’exception notable des jeux, une grande partie de la valeur de ce que l’on a appelé “l’économie des applications” – des applications populaires telles que Netflix, Uber, Instagram, Venmo et Zoom – s’est révélée faire partie de l’économie des services numériques. Certains de ces services ne sont pas accessibles par le web ou perdent de leur souplesse lorsqu’ils le sont. Cependant, Amazon a intérêt à leur faire une place à la table d’Alexa ; cela pourrait générer des opportunités de revenus via AWS.

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply