Le jour du déconfinement en France : ce que nous avons vu et entendu ce lundi 11 mai 2020 – Le Figaro

Spread the love

La France est entrée ce lundi 11 mai 2020 dans une période de déconfinement progressif après 55 jours inédits établis pour lutter contre la propagation du coronavirus.

«Grâce à vous, le virus a reculé. Mais il est toujours là. SAUVEZ DES VIES RESTEZ PRUDENTS», a tweeté le président Emmanuel Macron dimanche soir, à quelques heures de l’échéance.

Retrouvez ci-dessous différents éléments vus et entendus, notamment par nos journalistes, au cours de cette journée particulière où la prudence reste donc de mise.

Au petit matin, à Châtelet les Halles, l’un des principaux nœuds de transports du centre de Paris, l’affluence était quasiment celle des jours d’avant le confinement. Les RER A et B étaient remplis de passagers tandis qu’une voix douce demandait dans les hauts-parleurs de garder «un mètre de distance». La reprise des transports publics s’est, dans l’ensemble, bien passée en Île-de-France, ont fait savoir la RATP et la SNCF.

Sur le réseau routier, ce n’était pas l’affluence des grands jours, avec seulement 11 km de bouchon recensés en Île-de-France vers 06h30.

À Lorient pendant ce temps-là, on embarquait pour l’Île de Groix :

La liaison a repris entre Lorient et Groix. LOIC VENANCE / AFP
Les passagers devaient respecter les distanciations sociales dans le ferry entre Lorient et Groix. LOIC VENANCE / AFP

En régions également, la situation est restée calme.

À Marseille, la gare Saint-Charles, plateforme de connexions entre bus interurbains, trains et métro, n’a pas connu le bouillonnement habituel d’un lundi matin. «Dans le métro à Marseille, d’habitude c’est vivant, les gens parlent, se sourient là, là c’était déprimant de voir juste des yeux et des visages masqués. Le confinement était finalement peut-être un cocon, mais le déconfinement ça va être dur aussi», a dit à l’AFP une passagère.

L’affluence est également restée faible dans le métro lyonnais, avec des voyageurs disciplinés : masqués et distants les uns des autres, laissant une place libre entre deux personnes sur les banquettes.

Dans la gare Saint-Lazare à Paris ce lundi 11 mai. BERTRAND GUAY / AFP

Dans le quartier d’affaires de La Défense, près de Paris, il convient de dire qu’il y avait sans doute autant ou plus de journalistes que d’employés en milieu de matinée :

Sur l’esplanade de La Défense : peu de salariés alors que d’habitude des milliers de personnes circulent ici. MARTIN BUREAU / AFP

En surface, dans les rues de Paris, les vélos ont fait leur retour. Les voitures aussi :

À Reims, le parvis de la cathédrale était toujours vide au cours de la matinée. L’église n’est ouverte qu’entre 16h30 et 18h30 :

Sur les bords de la Garonne à Bordeaux. NICOLAS TUCAT / AFP

Certains magasins ont rouvert sur les Champs-Elysées à Paris, mais aussi Le bon marché sur la rive gauche de la capitale ou le BHV. Les Galeries Lafayette et le Printemps Haussmann sont restés fermés.

Sur les «grands boulevards», les grandes enseignes ont également ouvert :

En fin de matinée, dans la boutique Hema de la Gare du Nord, il y avait peu de clients. «C’est très très calme et on s’y attendait, a dit à l’AFP le responsable, Geoffrey Kodia. On va fermer à 19h au lieu de 20h».

Ailleurs dans le pays, les premiers clients ont été pris en charge dans les salons de coiffure. Comme ici à Bruay-La-Buissière dans le nord :

Dans ce salon de Bruay-La-Buissière, tout un fléchage a été installé pour respecter les mesures sanitaires. DENIS CHARLET / AFP
Des salons avaient même prévu d’ouvrir à 00h01 cette nuit pour satisfaire des demandes de clients. DENIS CHARLET / AFP

Les librairies sont également à nouveau ouvertes. Certaines d’entre elles ont procédé au «drive» pendant le confinement :

La librairie «Dialogues» à Brest. FRED TANNEAU / AFP

À Montpellier, sous une pluie battante, un nombre de voitures plus important que pendant le confinement a circulé en début de journée autour du centre historique piétonnier. Mais l’affluence restait loin de celle d’un lundi normal. Les tramways portant l’inscription «pas trop proches… Un autre tram arrive !» étaient quasiment vides et les pistes cyclables très peu fréquentées sous le déluge. Météo similaire à Strasbourg où le vent semble avoir découragé les habitants à sortir.

Dans le quartier parisien de Montmartre, la place du Tertre est restée désertée et les rues silencieuses :

Les marches du Sacré coeur sont restées vides ce lundi PIERRE HOULGATTE / Le Figaro

Les maires de Rennes, Strasbourg, Cannes et du 9e arrondissement de Paris ont insisté lundi au micro de France Inter sur la «progressivité» de la sortie du confinement et plus particulièrement du retour à l’école des enfants.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education (masqué, à droite) dans une école parisienne ce lundi. JOEL SAGET / AFP

Le déconfinement marque la fin des attestions à remplir pour tout déplacement. Et la distance dont on peut s’éloigner de son domicile passe de 1 à 100 kilomètres (une raison «impérieuse», notamment familiale ou professionnelle, sera nécessaire pour aller au-delà). L’interdiction de socialiser est également assouplie et les rassemblements jusqu’à dix personnes autorisés, dans le respect des «gestes barrière».

Dans les rues de Lyon ce 11 mai. JEFF PACHOUD / AFP

» À voir aussi – Ce gérant d’un salon de tatouages parle de sa réouverture avec les contraintes de protection

Leave a Reply