EN DIRECT – Coronavirus : la vaccination pourrait commencer «dès la dernière semaine de décembre» en France – Le Figaro

Spread the love
Jean Castex a présenté en fin d’après-midi le plan de vaccination de la France. Le Figaro fait le point sur ce qu’il faut en retenir.• Les premières vaccinations en France devraient débuter dès la fin décembre, après l’autorisation de mise sur le marché de l’Agence européenne du médicament «attendue pour le 21 décembre». 200 millions de doses ont été commandées par l’Hexagone, pour vacciner 100 millions de personnes.

• Les premières personnes vaccinées seront les plus âgées. Un million d’entre elles seront concernées par cette toute première phase. Elle «s’échelonnera sur une période de six à huit semaines». Dans un second temps seront vaccinées «près de 14 millions de personnes présentant un facteur de risque lié à l’âge ou une pathologie chronique» de même que «certains professionnels de santé». Le reste de la population ne sera, elle, visée que dans un «troisième temps», «à la fin du printemps». 

• Deux doses du vaccin Pfizer / BioNtech seront nécessaires, avec un délai de 21 jours entre la première injection et le rappel. Jean Castex a annoncé «qu’une consultation médicale sera proposée en amont de l’acte de vaccination et que celui-ci devra être organisé sous une supervision médicale». «Aucune vaccination n’aura lieu sans que le consentement éclairé ait pu être exprimé.»

• Mais «le début de la campagne vaccinale ne va pas marquer la fin de l’épidémie». À ce titre, les campagnes de tests et les incitations à l’isolement se poursuivront dans ces prochains mois. «Chaque personne positive se fera proposer une visite par une équipe soignante et un accompagnement social», pour renforcer l’isolement, a annoncé le premier ministre Jean Castex. «Un investissement important qui mobilisera plus de 1500 infirmiers libéraux et 3000 accompagnateurs sociaux par jour», a-t-il décrit.

• «Le large recours au télétravail restera nécessaire.» «En fonction de l’évolution épidémiologique et pour tenir compte de ces effets, le télétravail pourra être adapté, ainsi que la ministre du travail l’a évoqué avec les partenaires sociaux, à compter du 7 janvier prochain.» «Pour les activités dont la reprise avait été envisagée le 15 décembre, je pense notamment aux cinémas, aux théâtres, aux salles de spectacle, aux musées, nous avons fixé une clause de revoyure au 7 janvier.»

• POUR EN SAVOIR PLUS, LISEZ NOS ARTICLES CI-DESSOUS 

Covid-19 : plongée dans les visioconférences entre Jean Castex et ses ministres
Covid-19: le foyer, un lieu de contamination majeur
«Je ne lui parle plus, elle est complotiste» : quand le Covid pousse à faire le tri dans ses relations

VOIR NOTRE VIDÉO – Covid-19: «Les premières vaccinations pourraient être réalisées dès la dernière semaine de décembre», indique Castex

Bien que peu touchés par le Covid-19, les enfants et les jeunes ont «subi de plein fouet» la crise sanitaire: il faut en tirer les conséquences, notamment en renforçant les moyens de la pédopsychiatrie et en combattant la précarité des familles, préconisent des députés dans un rapport présenté mercredi. Les jeunes générations ont souffert de cette crise sur les plans psychologique, physique (à cause de la sédentarité imposée, notamment), et matériel, observe dans ce rapport la députée PCF et ancienne ministre Marie-Georges Buffet.

Cette crise doit donc être «l’occasion de faire émerger la cause des jeunes», souligne sa collègue Sandrine Mörch (LREM), présidente de la commission d’enquête parlementaire destinée à «mesurer et prévenir les effets de la Covid-19 sur les enfants et la jeunesse», et dont le rapport synthétise quatre mois de travaux. Les élus proposent donc d’augmenter le nombre de pédopsychiatres, actuellement deux fois moins nombreux qu’en 2006.

Ils soulignent également le manque de psychologues dans les universités: il en faudrait 20 fois plus pour se conformer aux standards internationaux. Pour nombre d’étudiants, la crise a pourtant été synonyme d’isolement social, de conditions de logement médiocres et d’une précarité accrue, souligne Marie-Georges Buffet dans son rapport.

La Banque centrale américaine (Fed) a annoncé mercredi son intention de poursuivre ses achats d’actifs jusqu’à ce que des «progrès substantiels» aient été réalisés sur les fronts de l’emploi et de l’inflation, selon un communiqué publié à l’issue de la dernière réunion de son comité de politique monétaire sous l’ère Trump.

La Fed a repris ses achats au printemps pour soutenir l’économie, et notamment le crédit, face à la crise liée au Covid-19. Elle achète actuellement pour 120 milliards de dollars d’actifs par mois, dont 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS (produits financiers adossés à des prêts immobiliers). Elle n’a en revanche donné aucune précision sur un allongement de la durée de détention de ces actifs, comme cela était attendu par les analystes.

«Elle aura lieu bien sûr mais elle aura lieu sans doute dans un format différent, avec un calendrier décalé, forcément», a affirmé la ministre sur Franceinfo TV alors qu’il y a des craintes qu’elle ne puisse se dérouler. «On est en discussion avec la Fédération française de football pour voir comment on peut l’aménager», a-t-elle précisé.

La France sera livrée «d’ici la fin de l’année» d’environ 1,16 million de doses de vaccin contre le Covid-19, a annoncé mercredi Jean Castex à l’Assemblée nationale.

«Nous devrions recevoir 677.000 doses supplémentaires autour du 5-6 janvier» puis «environ 1,6 million de doses en février», a précisé le premier ministre lors de la présentation de la stratégie vaccinale du gouvernement. Au total, la France a commandé environ 200 millions de doses afin de vacciner 100 millions de personnes puisque le vaccin nécessite à ce jour 2 injections à quelques semaines d’intervalle.

Les professionnels du cinéma ont annoncé mercredi avoir saisi le Conseil d’Etat en urgence, emboîtant ainsi le pas aux théâtres, pour contester le maintien de leur fermeture malgré la fin du confinement.

La décision du premier ministre Jean Castex de maintenir fermées, pour une durée indéterminée, les salles de cinéma après le 15 décembre «a suscité la totale incompréhension de l’ensemble des acteurs du secteur», selon un communiqué commun à plusieurs associations de cinéma, que ce soit des producteurs, des réalisateurs ou des distributeurs (ACID, API, ARP, FNCF, SCAM, UPC…) «La grande majorité des autres secteurs économiques a pu reprendre ses activités, quels que soient les flux générés sur le territoire», «les cinémas disposent d’un protocole sanitaire reconnu» et «l’ensemble de la communauté artistique et professionnelle avait ardemment travaillé et investi pour la réouverture des cinémas», font-ils valoir.

«Les organisations signataires ont décidé collectivement de saisir le Conseil d’Etat en référé-liberté», selon le communiqué. L’audience devrait se tenir en début de semaine prochaine. Ce combat est également mené par cinq théâtres parisiens, qui ont saisi en urgence mardi soir le Conseil d’Etat via un «référé liberté».

À VOIR AUSSI – Covid-19: des milliers de professionnels du monde de la culture protestent à Paris contre les fermetures

L’équipe scientifique internationale mise en place par l’OMS pour trouver les origines du virus qui a provoqué la pandémie, se rendra en Chine en janvier, a annoncé mercredi l’organisation onusienne.

Aucun détail n’a été donné sur le parcours de la mission, notamment si elle se rendrait dans la région de Wuhan, considérée comme le berceau de la pandémie, alors que la délicate question de l’origine du virus n’a cessé d’alimenter spéculations et théories les plus diverses, les Etats-Unis accusant notamment Pékin d’avoir dissimuler certaines informations.

La situation s’est dégradée d’un demi-milliard en trois mois. Début septembre, le président de la Cades, Jean-Louis Rey, estimait que ses ressources prélevées sur les revenus (CSG, CRDS) seraient en berne de 700 millions. Mais «fin novembre, il (en) manquait 1,2 milliard», a-t-il précisé mercredi lors d’une conférence de presse. Or, l’objectif de remboursement fixé dans le budget de la Sécu n’a été abaissé que de 800 millions pour 2020, à 15,9 milliards (hors intérêts).

Un écart qui n’inquiète pas Jean-Louis Rey, car «une partie» des recettes manquantes «sera récupérée plus tard», les reports de prélèvements accordés depuis mars pouvant être recouvrés «jusqu’en 2023» – pour les entreprises qui ne feront pas faillite.

Les comptes annuels seront arrêtés fin mars, mais ces pertes de recettes auront de toute façon «un impact très relatif», au regard des 136 milliards de dette qui ont creusé cet été le «trou de la Sécu», dont le remboursement a été repoussé de 2024 à 2033, a-t-il rappelé.

À VOIR AUSSI – Comment le Covid a fait exploser les comptes de la Sécu

«Nous avons identifié un nouveau variant du coronavirus qui pourrait être associé à une propagation plus rapide dans le sud-est de l’Angleterre», a annoncé le 14 novembre au Parlement Matt Hancock, le secrétaire d’État à la Santé britannique.

Environ 1100 cas infectés par cette souche ont été identifiés ces derniers jours dans une soixantaine de localités, d’après l’Agence britannique de santé publique. Cette mutation peut-elle rendre le virus plus contagieux, plus dangereux ou mettre en péril l’efficacité des vaccins ?

» LIRE NOTRE VÉRIFICATION – Covid: faut-il s’inquiéter du mutant qui circule dans le sud-est de l’Angleterre ?
 

Le Danemark va donner un nouveau tour de vis à ses mesures de restriction contre le Covid-19 en fermant les commerces pendant les fêtes face à la hausse continue du nombre des cas, a annoncé mercredi la première ministre.

>> LIRE NOTRE ARTICLE –  Covid-19: au Danemark, les visons sont devenus l’ennemi public numéro un

«Du vendredi 25 décembre au 3 janvier, le Danemark sera vraiment fermé», à l’exception des magasins d’alimentation et des pharmacies, a annoncé Mette Frederiksen. La fermeture des centres commerciaux interviendra dès jeudi, suivie par une première série d’activités à partir du 21 décembre, puis tous les commerces non essentiels à partir du 25.

Plus du tiers des personnes vulnérables s’était déjà fait vacciner contre la grippe fin octobre contre 19% à la même époque l’an dernier, a annoncé aujourd’hui Santé publique France. Au 31 octobre, «la couverture en France est passée de 19,0% à 34,2% (+15,2 points) pour l’ensemble des sujets à risque», par rapport à la même date en 2019, a indiqué l’agence sanitaire.

Dans le détail, elle a augmenté de 13,4 points chez les sujets à risque de moins de 65 ans (11,9% à 25,3%) et de 15,9 points chez les sujets de plus de 65 ans (de 20,7% à 36,6%), précise SpF, qui a analysé les données de remboursement des vaccins anti-grippe.

À VOIR AUSSI – Le Covid-19 a-t-il fait disparaître la grippe?


>> LIRE NOTRE ARTICLE – Coronavirus: pourquoi les soignants rechignent souvent à se faire vacciner

L’économie latino-américaine devrait se contracter de 7,7% en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus, mais la relance de l’activité et les aides gouvernementales ont atténué la chute, a estimé aujourd’hui la Cepalc, commission économique de l’ONU pour la région. 

La réouverture progressive des économies latino-américaines ces derniers mois et les aides gouvernementales en direction des ménages et des entreprises ont permis de limiter la baisse d’activité, notamment au Brésil, la première économie de la région, selon l’agence onusienne.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19 et voyage : où les Français peuvent-ils désormais partir ? Notre carte, pays par pays

Les vaccins Covid, qui proviennent de Pfizer/Biontech, sont traités avec le même niveau d’exigence que les autres, précise le ministre de la Santé Olivier Véran, qui souhaite une confiance maximale de la part des Français.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid : les vaccins vont-ils nous permettre de retrouver une vie «normale» ?

«Pour les activités dont la reprise avait été envisagée le 15 décembre, je pense notamment aux cinémas, aux théâtres, aux salles de spectacle, aux musées, nous avons fixé une clause de revoyure au 7 janvier», explique le premier ministre.

«A cette échéance, nous serons en mesure de mesurer les premiers effets des vacances de fin d’année sur la circulation virale et nous aurons d’ici là mené, avec la ministre de la Culture, les concertations nécessaires avec les professionnels des secteurs concernés», précise Jean Castex.

À VOIR AUSSI – Réouverture des lieux culturels: Castex confirme la clause de revoyure au 7 janvier 2021

«Le large recours au télétravail, qui a prouvé son efficacité dans la lutte face à la pandémie, restera nécessaire», explique le chef du gouvernement.

«Je sais que le recours au télétravail 5 jours sur 5 peut entraîner des difficultés organisationnelles et psychologiques. En fonction de l’évolution épidémiologique et pour tenir compte de ces effets, le télétravail pourra être adapté, ainsi que la ministre du travail l’a évoqué avec les partenaires sociaux, à compter du 7 janvier prochain

À VOIR AUSSI – «Le télétravail pourra être adapté à partir du 7 janvier prochain», assure Jean Castex

«À partir du mois de janvier, chaque personne positive se fera proposer une visite par une équipe soignante et un accompagnement social», pour renforcer l’isolement, annonce le premier ministre Jean Castex.

«Un investissement important qui mobilisera plus de 1500 infirmiers libéraux et 3000 accompagnateurs sociaux par jour», a-t-il décrit.

À VOIR AUSSI – «À partir du mois de janvier, chaque personne positive se verra proposer un accompagnement », annonce Jean Castex

«Tant que nous n’aurons pas atteint un niveau d’épidémie suffisant”, il faudra continuer d’appliquer “les différentes mesures préventives», ainsi que la stratégie “Tester-Alerter-Protéger», indique Jean Castex devant les députés.

«Nous avons une capacité de dépistage de 3 millions de tests par semaine“, mais nous devons faire plus, a-t-il aussi déclaré. «78% des résultats d’analyse ont été rendues disponibles en 24 heures», mais nous devons approcher des 100%. «Le large recours au télétravail sera nécessaire», idéalement «5 jours sur 5», demande-t-il.

À VOIR AUSSI – Dépistage: Jean Castex espère se rapprocher des «100% des résultats rendus en mois de 24 heures»

Deux injections seront nécessaires pour être vacciné. Un délai de 21 jours entre le 1er vaccin et le rappel sera nécessaire, explique le premier ministre Jean Castex devant l’Assemblée nationale.

Insistant sur «la confiance» et la «transparence», Jean Castex a annoncé «qu’une consultation médicale sera proposée en amont de l’acte de vaccination et que celui-ci devra être organisé sous une supervision médicale». «Aucune vaccination n’aura lieu sans que le consentement éclairé ait pu être exprimé», a plaidé le premier ministre.

À VOIR AUSSI – Covid-19: Castex assure qu’«aucune vaccination n’aura lieu sans que le consentement éclairé ait pu être exprimé»

«Nous élargirons les populations vaccinées au fur et à mesure des approvisionnements, en commençant par les 14 millions de personnes présentant un facteur de risque lié à l’âge ou une pathologie chronique et ainsi que par certains professionnels de santé», précise aussi Jean Castex.

En revanche, la population non prioritaire ne sera vaccinée qu’à la fin du printemps.

La première phase de la campagne de vaccination, qui devrait être lancée dès la dernière semaine du mois de décembre, concernera environ un million de personnes, les individus les plus vulnérables, déterminés en fonction de leur âge et de leurs comorbidités, explique Jean Castex. «Cette campagne montera en puissance durant le mois de janvier», et durera entre 6 et 8 semaines, détaille-t-il.

À VOIR AUSSI – Covid-19: «Les premières vaccinations pourraient être réalisées dès la dernière semaine de décembre», indique Castex

«Nous préparons cette échéance depuis de longs mois», explique le premier ministre. «La première des mesures que nous avons prises a été la sécurisation de l’approvisionnement des vaccins. La France a pris l’initiative d’une task force européenne de façon à peser plus fort dans les négociations.»

«Cette task force nous a permis d’obtenir 200 millions de doses permettant de vacciner 100 millions de personnes. Nous serons livrés au fur et à mesure des autorisations de mise sur le marché des vaccins.» La task force a permis d’acquérir un prix attractif et identique pour tous les pays européens, et surtout d’assurer que tous les vaccins soient livrés au même moment.

À VOIR AUSSI – Vaccins contre le Covid-19: «La France a précommandé près de 200 millions de doses» , annonce Castex

«La deuxième vague est d’une violence redoutable», explique Jean Castex à l’Assemblée nationale. “Ce virus continue à progresser, à faire des victimes, selon des règles qui continuent à échapper à la pleine compréhension des scientifiques
 
«Nous avons atteint depuis une dizaine de jours un plateau ne nous garantissant pas un contrôle de l’épidémie. Nous comptons une personne hospitalisée toutes les minutes et une personne en réanimation toutes les 7 minutes», détaille le premier ministre.

Le premier ministre Jean Castex débute sa présentation, à l’Assemblée nationale, du plan de l’exécutif concernant la campagne de vaccination en France. Selon les dernières informations, elle pourrait débuter d’ici la fin de l’année. Aucun vote des députés ne suivra la déclaration du chef du gouvernement.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Efficacité, effets indésirables… Ce que l’on sait des vaccins de Pfizer et d’Astrazeneca

Le chef de la diplomatie de la première puissance mondiale, Mike Pompeo, s’est placé en quarantaine après un contact avec une personne positive au Covid-19, a annoncé aujourd’hui le département d’Etat américain. «Le secrétaire d’Etat a été testé et il est négatif», a précisé un porte-parole.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – «L’OMS a merdé»: Mike Pompeo dénonce la gestion de crise du coronavirus

La biotech américaine Kentucky BioProcessing (KBP), filiale du cigarettier britannique BAT, a annoncé aujourd’hui le lancement de premiers essais pour un vaccin développé grâce à une méthode recourant à la feuille de tabac. Cette feuille de tabac présente des propriétés particulières aux multiples avantages, constituant selon la biotech un environnement favorable à une production plus efficace et rapide d’anticorps qu’avec les techniques traditionnelles.

Le groupe s’apprête à mener de premiers essais cliniques dits de phase 1 auprès de quelques volontaires, afin de savoir dans un premier temps s’il est sûr, après avoir reçu le feu vert de l’agence américaine du médicament (FDA), selon un communiqué de BAT, connu pour les marques Lucky Strike et Dunhill.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Efficacité, effets indésirables… Ce que l’on sait des vaccins de Pfizer et d’Astrazeneca

Dans un entretien publié dans Le Point aujourd’hui, Emmanuel Macron a tenu à justifier l’expression «Nous sommes en guerre», prononcée lors d’une allocution diffusée durant la première vague du coronavirus en France.

«Il fallait créer un électrochoc (…) ce champ lexical était justifié», a déclaré le chef de l’État à nos confrères. «Dans 10 ans, on se rendra compte que les conséquences économiques, sociales, seront équivalentes à la guerre»

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Covid-19: Emmanuel Macron s’alarme de «situations très critiques à la veille des fêtes» en Europe

Plus d’un cinquième de la population mondiale pourrait ne pas avoir accès à un vaccin contre le Covid-19 avant au moins 2022, la moitié des doses potentielles pour l’année prochaine ayant été réservée par les pays les plus riches, avertissent des chercheurs aujourd’hui.

A la date du 15 novembre, 7,48 milliards de doses ont été réservées auprès de 13 laboratoires fabricants, permettant de vacciner quelque 3,7 milliards de personnes (puisque la plupart des vaccins nécessite deux injections). Or, 51% de ces doses ont été pré-commandées par des pays riches, qui ne représentent que 14% de la population, selon les chercheurs. Les pays à faible et moyen revenu, soit 85% de la population mondiale, devront se partager ce qui reste, ajoutent-ils.

Conséquence selon eux : «Au moins un cinquième de la population mondiale n’aurait pas accès aux vaccins avant 2022».

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Les pays membres de l’UE commenceront leur vaccination contre le Covid-19 «le même jour», annonce Ursula von der Leyen

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande le port du masque lors des réunions familiales de Noël et des fêtes de fin d’année en Europe, a-t-elle annoncé aujourd’hui, avertissant d’un «risque élevé» de nouveau rebond de l’épidémie début 2021.

«Il peut sembler gênant de porter un masque et de pratiquer la distanciation physique en présence d’amis et de membres de la famille, mais cela contribue grandement à garantir que chacun reste en sécurité et en bonne santé», a assuré l’organisation.

Dans la mesure du possible, les rassemblements doivent avoir lieu en extérieur. Si elles ont lieu en intérieur, il importe de limiter le nombre d’invités et de bien ventiler pour limiter les risques, conseille-t-elle.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Le masque permet-il de réduire la gravité des cas de Covid-19 ?

Il a fallu plus d’un an. L’équipe scientifique internationale, mise en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour trouver les origines du coronavirus, se rendra en Chine en janvier. 

La mission est composée de dix scientifiques (Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas, Australie, Russie, Vietnam, Allemagne, Etats-Unis, Qatar et Japon) reconnus dans leurs différents domaines de compétence, et a pour mission de remonter aux origines du virus et de savoir comment il s’est transmis à l’homme.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Ce rebond de la Chine qui agace l’Occident

Les dernières données publiées par Santé Publique France font état de 11.532 cas détectés et de 314 nouveaux décès dans les hôpitaux en France entre lundi soir et mardi soir. Des chiffres qui stagnent depuis désormais quelques semaines. 25.240 personnes sont actuellement hospitalisées.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19 : plongée dans les visioconférences entre Jean Castex et ses ministres

952 personnes sont mortes au cours des dernières 24 heures en Allemagne, tandis que 27.728 nouvelles infections de coronavirus ont été recensées, selon l’institut de veille sanitaire Robert Koch.

Le précédent record de morts en une journée avait également été atteint vendredi dernier (près de 600). La soudaine hausse des décès quotidiens pourrait notamment être due à un rattrapage statistique. 

Les Allemands ont retrouvé aujourd’hui le confinement partiel qu’ils avaient connu durant plusieurs semaines au printemps, avec la fermeture de tous les commerces non essentiels et des écoles. Ces mesures sont dans un premier temps prévues jusqu’au 10 janvier.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19 : nombre record de morts en Allemagne au premier jour du reconfinement

La pandémie de coronavirus a fait au moins 1.636.687 morts dans le monde depuis son apparition, selon un dernier bilan. Plus de 73.462.340 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 47.202.800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Sur la journée de mardi, 13.816 nouveaux décès et 709.087 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Covid-19: l’OMS appelle à ne pas relâcher la vigilance pendant les fêtes

Plus de 137.000 personnes au Royaume-Uni, premier pays occidental à avoir commencé sa campagne de vaccination il y a une semaine, ont reçu leur première dose du vaccin Pfizer-BioNTech, a annoncé aujourd’hui le ministère de la Santé. «La majorité» de ces vaccins ont été administrés à des plus de 80 ans, employés des maisons de retraite et du système public de santé. La pandémie a fait près de 65.000 morts dans le pays.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – 3 types de vaccin, très différents, pour lutter contre le Covid-19

Les premières campagnes de vaccination en France et en Europe pourraient débuter dès la fin du mois, selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. «D’ici une semaine, le premier vaccin sera autorisé, les vaccinations pourront commencer immédiatement», a-t-elle affirmé devant le Parlement européen à Bruxelles.

L’Agence européenne des médicaments a annoncé mardi, sous pression de l’Allemagne, qu’elle se pencherait finalement le 21 décembre – une semaine plus tôt que prévu – sur l’autorisation du vaccin Pfizer-BioNTech, ouvrant la voie à un possible début des vaccinations en Europe avant la fin de l’année.

>> VOIR NOTRE VIDÉO – Covid-19: à 90 ans, Margaret Keenan devient la première patiente au monde à recevoir le vaccin Pfizer/BioNtech

Les 27 Etats de l’UE pourront «commencer le même jour» leurs campagnes de vaccination anti-Covid après l’approbation du vaccin développé par Pfizer-BioNTech, a assuré aujourd’hui la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. «D’ici une semaine, le premier vaccin sera autorisé, les vaccinations pourront commencer immédiatement (…) C’est une tâche immense», a-t-elle affirmé devant le Parlement européen à Bruxelles.

De son côté, la France a déjà commencé à se coordonner avec ses voisins européens, notamment concernant les régions frontalières, a annoncé le ministère de la Santé. Il s’agit notamment de «promouvoir la coordination du début des campagnes de vaccination» et de «garantir la cohérence et l’efficacité des campagnes de vaccination auprès des populations transfrontalières», selon le communiqué. Les participants sont également convenus de «partager rapidement les informations en matière de pharmacovigilance».

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19 : Jean-François Delfraissy appelle à rester «extrêmement prudents encore 3 à 6 mois»

Le premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran présenteront aujourd’hui, à partir de 16h30 devant les députés de l’Assemblée nationale, le plan de vaccination de l’exécutif. Un débat sans vote suivra, avant une présentation jeudi devant le Sénat.

Selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, qui s’est prononcé ce mercredi matin lors d’un point presse, la campagne de vaccination «pourrait commencer avant la fin de l’année» après validation par le régulateur européen.

>> LIRE NOTRE ARTICLE – Efficacité, effets indésirables… Ce que l’on sait des vaccins de Pfizer et d’Astrazeneca

Leave a Reply