Covid-19. « Traquer le virus » : la France est-elle armée pour éviter une quatrième vague ? – Sud Ouest

Spread the love

Par Sudouest.fr avec AFP

Augmentation du séquençage, amélioration du traçage, isolement plus coercitif : la France est-elle désormais outillée pour « traquer le virus », comme le promet le gouvernement, et éviter une quatrième vague de Covid-19 due au variant Delta ?

C’est le rempart le plus efficace, mais « la stratégie vaccinale seule ne suffit pas » pour éviter « des vagues ou un rebond trop important », prévient l’épidémiologiste Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l’université de Genève.

Sur le meme sujet

Immunité collective à 85 %

Avec un variant Delta considéré comme 40 % à 80 % plus contagieux que l’Alpha, « le niveau d’exigence de la couverture vaccinale minimum est plus élevé que ce qu’on pensait au départ ». Il faudrait « 85 % de personnes immunisées pour que l’épidémie s’arrête », évalue Pascal Crépey, chercheur en biostatistiques à l’EHESP.

Pour l’instant, seul un tiers de la population est complètement vacciné en France et le gouvernement table sur 35 millions de personnes fin août, soit 52 %.

Il faut donc « coupler la vaccination avec une stratégie de circulation minimale du virus très offensive », plaide le Pr Flahault. La bonne nouvelle, c’est que la France est « mieux armée » que l’été dernier pour empêcher que le scénario de la vague automnale se répète.

Relancer les dépistages

Le reflux de l’épidémie redonne de l’efficacité aux mesures classiques (dépistage, traçage, isolement), débordées lorsque des dizaines de milliers de nouveaux cas sont détectés chaque jour.

La semaine dernière, le pays est même passé sous les 2 000 nouveaux cas quotidiens en moyenne. « Ce n’est plus le virus qui nous traque, c’est nous qui le traquons », a récemment assuré le ministre de la Santé, Olivier Véran, au Journal du dimanche

Olivier Véran a promis des autotests gratuits cet été, avec 7,5 millions de kits distribués sur la route des vacances, les lieux de villégiature, dans les centres de loisirs et auprès des publics précaires. Et à la rentrée, l’enjeu sera « le dépistage massif au niveau des écoles, parce qu’on sait que c’est dans cette population » non vaccinée « que va courir le virus », a estimé le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy sur France Inter.

Identifier les variants

Le séquençage des virus permet de repérer les variants et de savoir comment ils circulent. Depuis son lancement fin janvier, 79 011 prélèvements positifs ont été séquencés, contre environ 2 000 séquences en 2020. On est toutefois encore loin de l’objectif des 10 000 séquences par semaine un temps annoncé.

Des laboratoires privés vont être associés à cet effort et devraient bientôt permettre de « doubler les capacités des quatre plateformes » publiques, selon Santé publique France. Mais le nom des laboratoires sélectionnés ne sera connu qu’« autour du 27 juillet ».

Depuis l’émergence des variants Beta, Gamma et Delta, les autorités ont durci les conditions d’isolement, mettant progressivement en place une quarantaine obligatoire pour les voyageurs en provenance de pays à risque. Interrogé sur l’opportunité de restreindre drastiquement les vols avec les pays concernés, le Pr Delfraissy a estimé qu’il était « déjà trop tard » pour espérer empêcher ainsi la progression du variant Delta.

Sur le meme sujet

Leave a Reply