Coronavirus : 170 morts en Chine, les rapatriements se multiplient – Le Parisien

Spread the love

Le bilan du coronavirus apparu cet hiver continue d’empirer. Mercredi a été le jour le plus meurtrier depuis l’apparition de la maladie. Parallèlement, plusieurs pays organisent le rapatriement de leurs ressortissants alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tient une nouvelle réunion sur le sujet.

38 décès dans les dernières 24 heures

Les autorités chinoises ont fait état ce jeudi matin de 38 décès sur les 24 heures précédentes, soit la plus forte progression quotidienne depuis le début de l’épidémie en décembre, portant le bilan à 170 morts. Le nombre de patients contaminés a bondi à environ 7700 en Chine continentale (hors Hong Kong), dépassant désormais largement le nombre (5327) de personnes infectées en 2002 et 2003 par l’épidémie du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère). Ce coronavirus avait alors fait 774 morts dans le monde, dont 349 en Chine continentale. Certains coronavirus sont mortels d’autres bénins ; ils appartiennent à une famille de maladies allant du simple rhume à la grave infection respiratoire.

Si l’essentiel des contaminations ont été détectées en Chine continentale, une quinzaine d’autres Etats sont également touchés, avec au total environ 80 cas confirmés, dont un cinquième cas en France mercredi.

Les rues de Wuhan désertées par 11 millions d’habitants

Réunion de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé, qui a appelé le « monde entier à agir » face au nouveau coronavirus, tiendra jeudi une réunion pour déterminer si l’épidémie « constitue une urgence de santé publique de portée internationale ». « Le monde entier doit être en alerte, le monde entier doit agir », a insisté mercredi Michael Ryan, directeur des programmes d’urgence de l’OMS. Un signe est inquiétant : des transmissions interhumaines ont été enregistrées dans trois pays en dehors de Chine. Il s’agit de l’Allemagne, du Japon et du Vietnam.

Nombreux rapatriements

Wuhan, la métropole du centre de la Chine d’où est partie l’épidémie, est désormais coupée du monde depuis une semaine, tout comme la quasi-totalité de la province environnante du Hubei. Alors que ce cordon sanitaire draconien, imposé le 23 février, interdit à 56 millions d’habitants de sortir de la zone, les Etats-Unis et le Japon ont organisé mercredi des opérations pour évacuer une partie de leurs ressortissants.

La France a fait partir un premier avion pour Wuhan. Un second est prévu « plus tard dans la semaine », selon la Commission européenne. Les deux appareils pourraient rapatrier au total au moins 250 Français et plus de 100 ressortissants d’autres pays européens. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé que le premier appareil sera de retour en France dans la nuit de vendredi à samedi avec un dispositif de quarantaine de 14 jours pour les personnes rapatriées.

Coronavirus : des Français vont être rapatriés de Chine

D’autres pays planifient des opérations similaires : l’Italie a annoncé l’envoi d’un avion ce jeudi à Wuhan, l’Allemagne prévoit l’évacuation de 90 de ses ressortissants « dans les prochains jours » et le Canada va également affréter un avion. Australie et Royaume-Uni envisagent également des évacuations. La Nouvelle-Zélande a annoncé ce jeudi qu’elle affréterait un avion de 300 places.


Trois nouveaux Japonais contaminés

Parmi les 206 Japonais rapatriés mercredi, trois ont été contaminés. Ils s’ajoutent aux huit cas déjà recensés dans l’archipel. « Une des trois personnes rapatriées testées positives a développé des symptômes, mais pas les deux autres », a expliqué le ministre de la Santé.

Deux des Japonais rapatriés de Wuhan ont refusé de se soumettre aux tests, ce que la loi nippone autorise. Le Japon ne peut pas confiner de force ses ressortissants rapatriés. La législation du pays ne le permet pas pour des personnes dont les tests sont négatifs ni même pour celles diagnostiquées positives dans le cadre légal général. En outre, la loi japonaise autorise une personne à refuser de se soumettre à des analyses médicales.

Le gouvernement vient de décider de relever le niveau de classification de ce virus en « maladie infectieuse spécifique de catégorie 2 » afin d’être en mesure d’imposer l’hospitalisation sous quarantaine à des personnes dont la contamination est avérée. Cependant cette mesure n’entrera en vigueur que le 7 février.

Championnat de football retardé

Après l’annulation de plusieurs compétitions sportives internationales, dont des épreuves de ski alpin, la Chine a annoncé ce jeudi le report de la saison 2020 de football dans le pays. Toutes « les compétitions de tout type et à tous les niveaux » sont concernées afin de protéger les joueurs et le public, a indiqué la fédération. La nouvelle saison de la Chinese Super League (CSL, première division) devait démarrer le 22 février.

Par ailleurs, toute décision pour déplacer ou reporter des rencontres internationales sera prise ultérieurement, a précisé la fédération, disant « rester en communication étroite » avec les autres pays. La Confédération asiatique a annoncé mercredi que plusieurs matchs prévus en Chine en février et mars vont être reprogrammés hors du pays.

Leave a Reply