Couvre-feu à 18 heures généralisé, vaccination des personnes à haut risque… le détail des mesures annoncées par Jean Castex contre le Covid-19 – Le Monde

Spread the love

Couvre-feu généralisé à 18 heures dès samedi pour au moins quinze jours et contrôles aux frontières renforcés : Jean Castex a dévoilé jeudi 14 janvier de nouvelles restrictions pour freiner la propagation du coronavirus en France et annoncé un élargissement de la campagne de vaccination dès lundi.

Le premier ministre a estimé que la situation épidémique était « maîtrisée » mais « fragile » en France. Dix mois après l’apparition des premiers cas de Covid-19 sur le territoire, la circulation du virus reste certes moins importante que dans d’autres pays européens qui ont décidé de reconfiner, mais l’apparition de variants du virus, plus contagieux, agit comme un épouvantail.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : course contre la montre pour enrayer la propagation du nouveau variant britannique

« Si nous constatons une dégradation épidémique forte, nous serions conduits à décider sans délai d’un nouveau confinement », a prévenu Jean Castex lors de la conférence de presse qu’il a tenue aux côtés de six membres du gouvernement : les ministres de la santé, Olivier Véran, de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, de l’économie, Bruno Le Maire, de la culture, Roselyne Bachelot, de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et du travail, Elisabeth Borne.

Aucun département ne présente un taux d’incidence inférieur à 50 pour 100 000 habitants, rappelle Jean Castex, « la circulation virale concerne tout le territoire ». « Les premières données dont nous disposons montrent que nous avons pu passer les fêtes de fin d’année sans flambée épidémique », s’est-il toutefois félicité, en relevant que la France restait « sur un plateau élevé, avec une moyenne hebdomadaire qui fluctue autour de 16 000 contaminations par jour ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : l’analyse des eaux usées annonce un rebond en Ile-de-France
  • Couvre-feu généralisé à 18 heures à partir de samedi

Dans l’immédiat, l’application du couvre-feu à 18 heures, déjà en vigueur dans 25 départements, va être étendue à l’ensemble du territoire métropolitain à « partir de ce samedi et pour au moins quinze jours » dans une « logique de freinage préventive ».

« Il apparaît selon les données disponibles à ce jour que cette mesure a une efficacité sanitaire : dans les quinze premiers départements où le couvre-feu a été mis en œuvre à 18 heures dès le 2 janvier dernier, la hausse du nombre de nouveaux cas est deux voire trois fois plus faible que dans les autres départements métropolitains », a fait valoir Jean Castex.

« Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés à 18 heures », a précisé Jean Castex. Cette mesure, qui était attendue, « vise à réduire encore davantage les contacts sociaux sur les heures de fin de journée, tout en permettant le maintien des activités économiques, éducatives et des déplacements pendant la journée ».

  • Conditions d’entrée en France « fortement durcies » dès lundi

La France va « durcir fortement » à partir de lundi les conditions d’entrée en France, notamment en exigeant un test négatif au Covid-19 pour tous les voyageurs en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne (UE), a annoncé Jean Castex, pour « éviter » que la souche variante du virus « ne progresse rapidement » sur le territoire.

A compter de lundi, tous les voyageurs souhaitant venir en France en provenance d’un pays hors-UE « devront présenter un test négatif pour embarquer dans un avion ou un bateau », a-t-il précisé. Les personnes concernées devront par ailleurs s’engager sur l’honneur à s’isoler pendant sept jours une fois arrivées en France, puis à refaire un second test PCR à l’issue de cet isolement.

Le test négatif est déjà réclamé pour les voyageurs venant du Royaume-Uni, où circule le variant britannique, particulièrement contagieux.

Les personnes ne pouvant réaliser un test dans leur pays de départ auront la possibilité de se faire tester à leur arrivée en France et seront contraintes « de s’isoler sept jours dans un hôtel désigné par l’Etat ».

Jean Castex a précisé que pour les déplacements depuis un pays de l’UE, « et notamment des pays comme l’Irlande ou le Danemark confrontés à une situation épidémique difficile (…), les ministres travailleront à l’élaboration d’un cadre de coordination en vue du prochain Conseil européen du 21 janvier ».

Des mesures de restrictions d’urgence vont être mises en place en Guyane ainsi qu’à Mayotte et à La Réunion, pour les protéger des variants à risque du Covid-19 qui y circulent, a stipulé, jeudi, Jean Castex. En Guyane, « le contrôle des frontières sera renforcé et des tests négatifs seront exigés » pour rejoindre les Antilles et la métropole.

  • Les écoles restent ouvertes, protocole sanitaire renforcé

« Nous souhaitons tout faire pour éviter » la fermeture des écoles, a dit le chef du gouvernement, qui a annoncé le renforcement du protocole sanitaire dans les cantines scolaires. Les activités physiques scolaires et extrascolaires en intérieur vont être suspendues « jusqu’à nouvel ordre » pour faire face à l’épidémie, a souligné Jean Castex.

Une vigilance accrue sera mise en place à la cantine, « maillon faible de l’organisation puisque c’est le moment où on enlève son masque », a repris le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Dans les écoles du primaire, « il n’y aura pas de brassage possible » : les élèves d’une même classe mangeront tous les jours ensemble. Si ce n’est pas possible, le temps de restauration sera « allongé » et « en dernier recours on pourra avoir des solutions de repas à emporter », a dit le ministre.

Dans les collèges, si la pression est trop forte, le temps de service pourra être allongé ou des repas à emporter proposés.

Au lycée, l’enseignement hybride mis en place en novembre, qui devait prendre fin le 20 janvier, sera prolongé. Mais M. Blanquer plaide pour une « vigilance accrue » pour les terminales qui passent le bac et doivent donc être privilégiées pour les cours en présentiel. Au collège, il a expliqué qu’à « titre exceptionnel », en cas de contraintes très fortes, le mode hybride pourrait être autorisé pour les élèves de 4e et 3e.

Les capacités de dépistage seront également fortement renforcées, avec l’objectif de 300 000 tests réalisés par semaine dans les écoles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : cantine, sport, récréation… L’école face à ses « failles »
  • Universités : reprise par demi-groupes des travaux dirigés en 1re année à partir du 25 janvier

Les étudiants de première année à l’université pourront reprendre par demi-groupes les travaux dirigés en présentiel à partir du 25 janvier. Cette mesure s’étendra ensuite, « si la situation sanitaire le permet, aux étudiants des autres niveaux », a ajouté le premier ministre, en exprimant la « préoccupation » du gouvernement face au « profond sentiment d’isolement, mais aussi [aux] vraies difficultés pédagogiques » rencontrées par les étudiants.

« Il est impératif que nous puissions progressivement tracer ensemble ce chemin qui nous permettra de passer d’une majorité d’enseignements en distanciel à une majorité d’enseignements en présentiel, conformément à ce que vient d’annoncer le premier ministre et dans le respect du calendrier universitaire », a poursuivi la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Jean Castex a déclaré qu’il recevrait dès vendredi matin la communauté universitaire et les organisations syndicales étudiantes au côté de Mme Vidal, « pour préciser les conditions et les modalités des évolutions d’un retour progressif en présentiel ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les étudiants, une population particulièrement fragile psychiquement
  • Ouverture lundi de la vaccination pour les personnes présentant des pathologies à haut risque

Les personnes présentant des pathologies à « haut risque » pourront se faire vacciner contre le Covid-19 à partir de lundi dans l’un des « 700 centres » de vaccination ouverts dès cette date sur le territoire, a indiqué jeudi Jean Castex.

Outre les plus de 75 ans, près de 800 000 personnes « atteintes de maladies particulièrement graves » pourront recevoir le vaccin, notamment les personnes souffrant d’insuffisance rénale sévère, celles ayant été transplantées d’un organe, les personnes sous traitement pour un cancer ou encore celles atteintes de trisomie 21, a détaillé le ministre de la santé, Olivier Véran, lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Est-il dangereux de se faire vacciner lorsqu’on a déjà eu le Covid-19 ou quand on est enceinte ? Nos réponses sur les contre-indications

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply