Alexeï Navalny a atterri à Moscou, six mois après son empoisonnement présumé – Le Figaro

Spread the love

L’opposant russe est rentré dans son pays après plusieurs mois de convalescence en Allemagne.

De notre correspondant à Berlin

Après avoir quitté en toute discrétion l’Allemagne, Alexeï Navalny est rentré à Moscou, dimanche 17 janvier. L’opposant à Vladimir Poutine, qui accuse le chef du Kremlin d’avoir commandité son assassinat par une tentative d’empoisonnement, ne s’est néanmoins pas présenté dans l’après-midi au comptoir d’enregistrement de l’aéroport berlinois de Schönefeld. Son vol, affrété par la compagnie russe Pobeda à destination de l’aéroport russe de Vnoukovo, a décollé à 14h45, puis a été dérouté vers l’aéroport Cheremetievo. «Vais-je être arrêté? c’est impossible, je suis innocent», a-t-il clamé devant les journalistes à bord de l’appareil. Plusieurs de ses soutiens, qui étaient venus l’accueillir, ont en revanche été interpellés.

A l’entrée du terminal 5 de l’aéroport berlinois, la presse avait pris position plusieurs heures avant le vol, accompagnée d’une poignée de ressortissants russes, venus soutenir Alexeï Navalny. Certains portaient des pancartes en soutien à l’opposant politique. « Libère la Russie », pouvait-on lire sur une affiche. Mais l’optimisme n’avait pas vraiment cours. «On attend tous à ce qu’ils l’arrêtent à l’aéroport de Vnoukovo car malheureusement telles sont leurs méthodes », pensait Marina, qui a émigré en Allemagne il y quatre ans « pour des raisons politiques » et habite désormais à Wolfsburg. « Heureusement que le gouvernement allemand a pu le soigner. Car ce régime politique en Russie, c’est une honte » poursuit la jeune femme, accompagnée d’un enfant en bas âge, qui a fait le déplacement jusqu’à Berlin pour apporter son soutien à Alexeï Navalny.

«Merci, les amis!»

« On espère qu’il sera bientôt notre président », renchérit Katia, une autre émigrée présente devant l’entrée du terminal. Résidente à Berlin, cette ancienne fonctionnaire russe qui s’est exilée il y a cinq ans, espère néanmoins que le militant pourra continuer ses activités en Russie. Pour les passagers russes ordinaires qui patientaient devant le comptoir d’enregistrement, l’idée de la présence à bord d’Alexeï Navalny n’est pas faite, en revanche, pour rassurer.

« On n’est pas très à l’aise », reconnait Iouri, accompagné de sa femme et de son enfant. «On ne pense pas que le pouvoir russe ait voulu le tuer. En fait on ne sait pas ce qu’il est passé. Certains disent que la Russie a voulu l’empoisonner, d’autres disent le contraire. On espère simplement que ce problème se résoudra correctement par des canaux diplomatiques ».

Le vol d’Alexeï Navalny est attendu à 17h20, heure de Paris, soit 19h20 dans la capitale russe. Avant son départ, l’opposant a remercié les médecins, la police et les politiques allemands qu’il a rencontré pendant les cinq mois qu’il a passé dans le pays. «Merci, les amis!», a-t-il écrit sur Instagram. Puis il a appelé ses partisans à venir l’accueillir à l’aéroport moscovite. Plusieurs d’entre eux seront arrêtés alors qu’ils attendaient son arrivée.

À voir aussi – «Quasiment guéri», l’opposant Alexeï Navalny annonce qu’il rentrera en Russie le 17 janvier

Leave a Reply