Retraites: 72% des Français doutent qu’Édouard Philippe proposera une bonne réforme – Le Figaro

Spread the love

SONDAGE – Selon notre enquête Odoxa, le premier ministre gagne toutefois en popularité. Il recueille 43% d’avis favorables de la part des Français. Fin juin, seuls 37% d’entre eux avaient une bonne opinion de lui.

Y a-t-il un «moment» Édouard Philippe en cette rentrée? Le premier ministre gagne en popularité selon l’enquête Odoxa pour Dentsu Consulting, France Info et Le Figaro. Alors qu’il ne comptait que 37% d’opinions favorables fin juin, Édouard Philippe s’élève à 43% à la mi-septembre. Sa popularité est également plus grande que celle d’Emmanuel Macron enregistrée fin juin, jaugée à l’époque à 36%. S’il ne dispose pas d’une majorité d’avis favorables de la part des Français, le premier ministre dispose toujours d’une solide base deux ans après sa nomination à Matignon.

Une bonne nouvelle pour Édouard Philippe qui va être en première ligne dans les jours à venir, notamment pour défendre la réforme des régimes de retraite. Un sujet sur lequel il est particulièrement attendu, puisque 72% des Français interrogés ne lui accordent pas leur confiance pour «proposer une bonne réforme des retraites».

Populaire en ville, impopulaire en campagne

Édouard Philippe reste pour autant une personnalité clivante au sein de l’opinion. Le premier ministre est très populaire dans les zones urbaines, chez la France qui «va bien». À l’inverse, le locataire de Matignon est très impopulaire en zones rurales et périurbaines où le niveau de vie est souvent plus modeste. Ainsi, 55% des Français «cadres» et ceux ayant une «profession intellectuelle supérieure» ont une «bonne opinion» d’Édouard Philippe. La courbe chute à 27% quand on pose la question aux Français ouvriers.

Autre indication de l’enquête: 83% des Français estiment qu’Édouard Philippe a bien fait d’annoncer qu’il ne sera pas candidat pour les municipales à Paris. Le premier ministre avait rejeté toute possibilité le week-end dernier lors du campus de rentrée de La République en marche à Bordeaux. Il n’avait en revanche pas fermé la porte à une éventuelle candidature au Havre, sa ville d’origine où il a déjà été maire.

Leave a Reply