Que va changer le droit à la réparation pour les consommateurs européens ?

Spread the love

C’est un vrai pas en avant pour les consommateurs européens. Après son vote par le parlement en 25 novembre dernier, la directive instaurant le droit à la réparation va entrer en vigueur dans tous les pays de l’Union. Cette mesure impose des mesures spécifiques aux fabricants de produits tels que les réfrigérateurs, les machines à laver, les sèches cheveux, ou encore les télévisions. Ils sont tenus d’expliquer clairement via des documentations comment effectuer ces réparations. Celles-ci doivent permettre au matériel de disposer d’une durée de vie d’au moins dix ans. Cela signifie par ailleurs que les pièces de ces machines devront aussi être disponibles durant ce laps de temps.

La France a déjà adopté l’indice de réparabilité depuis le 1er janvier

Fort de cette avancée, les écologistes et les associations des droits des consommateurs espèrent que ce droit pourra être étendu aux smartphones, aux ordinateurs portables et aux autres petits appareils électroniques qui ne sont pour l’heure pas concernés. Pour répondre à ce défi majeur, la Commission européenne entend aussi miser sur une « initiative d’économie circulaire pour le matériel électronique ». L’idée est de favoriser l’extension de la durée de vie des appareils, et de rendre ceux-ci réutilisables et réparables en mettant en place le droit à la réparation.

Notons que la France a devancé ses voisins dans ce domaine avec l’instauration d’un indice de réparabilité. Ainsi, depuis le 1er janvier, on retrouve sur les lave-linge, les smartphones, les ordinateurs portables, ou encore les téléviseurs, une note sur 10 qui informe les consommateurs sur le caractère plus ou moins réparables des produits concernés.

Loin d’être anecdotiques, ces mesures ont pour objectifs de limiter la quantité de déchets électroniques qui comprennent souvent des substances toxiques et dangereuses qui peuvent présenter un risque grave pour la santé humaine et l’environnement. Adopter le réflexe de la réparation pourrait pourtant changer la donne à plus long terme. Rien qu’en Europe, 12 millions de tonnes de déchets ont été produites en 2019. Le Vieux continent est aussi le mauvais élève en matière de déchets électroniques par habitant : 16 kg cette année là.

Leave a Reply