Présidentielle 2022 : la droite a fait sa rentrée politique en ordre dispersé – Le Parisien

Spread the love

L’essentiel

  • Valérie Pécresse à Brive-la-Gaillarde, Michel Barnier et Philippe Juvin à La Baule… les candidats déclarés à la primaire de la droite se sont affichés publiquement ce samedi.
  • Pas encore officiellement candidat, Eric Zemmour a participé de son côté à l’université d’été d’Objectif France, à Mirabeau.
  • À gauche, le Parti socialiste est réuni tout le week-end à Blois et le PCF à Aix-en-Provence. Du côté de la France insoumise, qui tient son université d’été depuis jeudi près de Valence, Jean-Luc Mélenchon s’exprimera dimanche.

Suivez en direct les événements de la journée :

18h30. Fin de journée… et fin de ce direct. Merci à toutes et tous de l’avoir suivi ! Et à très vite pour suivre cette campagne présidentielle avec Le Parisien.

18h15. « Valérie est extraordinairement déterminée », « c’est un bulldozer »… Les proches lieutenants de Valérie Pécresse n’ont pas tari d’éloges sur la candidate à la primaire de la droite, qui a effectué sa rentrée politique à Brive-la-Gaillarde (Corrèze). « Je viens amplifier l’élan de ma campagne présidentielle », s’est exclamé celle-ci, comme le raconte notre reporter sur place.

17h55. « Donnez-moi l’envie d’avoir d’envie ». Combien de temps encore avant qu’Eric Zemmour officialise – ou non – sa candidature pour 2022 ? Ce samedi, l’éditorialiste star de CNews a multiplié les saillies politiques alors que le flottement à droite pourrait lui profiter. Reportage à lire aussi.

17h15. Philippe Juvin défend une « droite des services publics ». « Nous serons durant cette campagne la droite des services publics », qui se sont « paupérisés », déclare à La Baule le maire de la Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) et chef du service des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris, devant quelque 500 militants Les Républicains réunis en pré-rentrée. Le candidat à la primaire de la droite propose de « dé-bureaucratiser une partie de l’administration » et il souhaite une « fonction publique renforcée avec des gens qui sont au contact », des infrastructures « qu’il faut rénover », et « de l’autonomie donnée à ceux qui agissent ».

16h55. Une élection serrée ? Certains cadres du Parti socialiste pronostiquent que 5 candidats pourraient se retrouver dans un mouchoir de poche avec un peu moins de 20% des voix au premier tour, rapporte un journaliste de La Voix du Nord. « Si pas d’accord [avec les Verts], on est mort. On restera de nouveau sur la touche et on sera la gauche la plus bête du monde », juge un élu.

16h20. Et pendant ce temps, Arnaud Montebourg se prépare. C’est samedi prochain, le 4 septembre, que l’ancien ministre du redressement productif doit officialiser sa candidature à la présidentielle. Il prendre la parole depuis Clamecy, dans la Nièvre.

15h55. Zemmour tacle Le Pen. « L’échec aux régionales a été un très mauvais coup pour elle […] Tout le monde a compris au RN que Marine Le Pen ne gagnerait jamais », tacle Eric Zemmour, qui dit « avoir envie » d’unir les droites. « Je m’évertue de le faire depuis des années », ajoute l’éditorialiste, candidat possible à la présidentielle.

15h25. Faure défend le projet socialiste, « qui permettra de dire ce que nous sommes ». « Ça fait 10 ans qu’il n’y a pas eu de projet socialiste », rappelle le Premier secrétaire du Parti socialiste au deuxième jour du campus d’été du PS à Blois, évoquant « un projet qui vient de loin ». Issu de travaux parlementaires, d’auditions « commencées il y a 18 mois », et « de débats pendant six mois » au travers de « lives », celui-ci prévoit par exemple un impôt sur la fortune vert pour financer la transition écologique, le remplacement de l’indice PIB par des indicateurs économiques qui prennent en compte la qualité de la vie ou le développement durable, ou encore la création de 1 000 postes de médecins généralistes dans les déserts médicaux. Quant aux sondages, « il faut arrêter de considérer que c’est le baromètre absolu », estime le dirigeant, candidat à sa propre succession.

15h05. Larcher soutient la primaire. « Dans quelques semaines nous aurons à choisir par un vote celui qui mènera cette équipe de France » de la droite, lâche le président du Sénat dans un message vidéo adressé à Valérie Pécresse, alors que la droite la joue dispersée pour sa rentrée politique ce week-end.

14h30. « La primaire est la moins mauvaise des solutions pour sortir de l’impasse ». Tel est l’avis d’un militant Les Républicains, Mathieu, présent à La Baule. Il est « dans l’expectative » mais trouve « intéressante » la candidature de Michel Barnier, car celui-ci « donne des signes à la droite populaire sur les questions de l’immigration [Michel Barnier propose un moratoire] et de l’Europe ».

13h55. Michel Barnier le rassembleur. L’ancien négociateur du Brexit et candidat à la primaire de la droite s’est exprimé devant quelque 500 militants Les Républicains réunis en pré-rentrée à La Baule (Loire-Atlantique). « Je ne participerai à aucune division », lâche-t-il notamment, avant d’être applaudi sur ce point. Avec les autres candidats de la droite, « nous avons évidemment vocation à être ensemble pour gouverner le pays », scande-t-il, avant d’aller déjeuner avec des jeunes LR.

13h40. Selfies et dédicaces pour Zemmour. L’éditorialiste a terminé sa prise de parole et son débat avec le dirigeant d’Objectif France, Rafik Smati, devant une centaine de personnes.

13h25. Retour à Brive. Valérie Pécresse propose notamment une hausse des salaires nets « d’au moins 10 % », rapporte La Montagne. « Si je suis candidate, c’est pour gagner », lâche-t-elle encore une fois.

13h. Hidalgo vraie fausse candidate. Alors qu’elle n’a toujours pas officialisé sa décision, attendue, de se présenter à la présidentielle, la maire de Paris est au centre de toutes les attentions lors de l’université d’été du Parti socialiste, à Blois. « Quel accueil chaleureux, quelle belle énergie. Continuons ensemble ! », s’est-elle exclamée vendredi soir. La députée Lamia El Aaraje vante ce samedi des « débats d’idées pour construire la France de demain et unité autour d’Anne Hidalgo pour l’incarner ».

12h35. Pendant ce temps, du côté de La France insoumise. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon débute la troisième journée de ses Amfis, son université d’été annuelle, près de Valence (Drôme). Ce n’est que demain – dimanche – que le leader, déjà déclaré candidat au scrutin du 10 et du 24 avril prochain, doit tenir son discours de rentrée.

12h20. Zemmour offensif. « La France est en danger de mort. En 2050, nous serons à moitié islamique. En 2100, nous serons une République islamique », lâche l’éditorialiste et candidat possible pour 2022 lors de l’université d’été d’Objectif France, le mouvement de Rafik Smati, à Mirabeau (Vaucluse). Il s’agit de sa première véritable prise de parole publique depuis la fin de l’année dernière.

12h10. Pécresse promet de « toujours jouer collectif ! » La présidente de la région Île-de-France est arrivée en milieu de matinée sur le campus de à Brive-la-Gaillarde, en Corrèze. Elle prévoit de tenir un véritable discours à 15 heures mais elle a déjà pris la parole, rapporte notre reporter sur place. « À la fin, il faudra qu’il y ait qu’un ou une candidate de la droite. Et moi, je jouerai toujours collectif ! », a-t-elle lancé, visant en creux son principal adversaire Xavier Bertrand, également candidat, mais qui refuse de participer à tout processus de départage à droite.

12 heures. Bonjour à tous et bienvenue pour suivre avec nous cette journée politique de rentrée. J-225 avant le premier tour de l’élection présidentielle, et plusieurs candidats déclarés ou officieux de tous bords politiques s’affichent voire s’expriment pour la première fois depuis la fin des vacances estivales ce samedi.

Leave a Reply