Municipales 2020 : à Paris, la bataille des trois candidates lors du premier débat télévisé – Le Monde

Spread the love
Les candidats à la mairie de Paris, quelques instants avant le début du débat, sur le plateau de LCI, à Boulogne-Billancourt, le 4 mars.

Les candidats à la mairie de Paris, quelques instants avant le début du débat, sur le plateau de LCI, à Boulogne-Billancourt, le 4 mars. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR LE MONDE

Il est 23 h 37, ce mercredi 4 mars, et dans le studio de LCI, le premier débat entre les principaux candidats à la Mairie de Paris touche à sa fin. Avant de conclure, David Pujadas interroge chacun sur le coronavirus : la Ville est-elle préparée à une crise sanitaire majeure ?

Agnès Buzyn, la candidate de La République en marche (LRM), prend un ton sérieux : la Mairie doit « anticiper un passage en phase 3 » de l’épidémie, actuellement en phase 2, pour que tout puisse se mettre en place en une journée. « Vous croyez vraiment qu’on ne l’a pas fait ?, la coupe Anne Hidalgo, la maire actuelle. Madame Buzyn, pourquoi n’êtes-vous pas restée au ministère de la santé ? » Réponse immédiate de l’intéressée : « Parce que je veux vraiment être maire. »

Une passe d’armes symptomatique de cette première confrontation publique entre les prétendants à l’Hôtel de Ville de Paris, à onze jours du premier tour des municipales.

Lire aussi Le petit guide pour tout comprendre aux élections municipales

Privilège de la maire sortante, Anne Hidalgo s’est retrouvée la cible privilégiée des six autres candidats. Elle a rendu coup pour coup, en s’en prenant avant tout Agnès Buzyn, réduite à un statut de représentante du gouvernement et renvoyée dans le même camp de droite que Rachida Dati, la candidate du parti Les Républicains (LR).

Les deux candidates à la mairie de Paris, Anne Hidalgo et Rachida Dati, le 4 mars.

Les deux candidates à la mairie de Paris, Anne Hidalgo et Rachida Dati, le 4 mars. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR LE MONDE

Anne Hidalgo, Rachida Dati et Agnès Buzyn. Le débat l’a confirmé : la compétition se joue désormais essentiellement entre ces trois femmes. Dans les enquêtes d’opinion, l’écart entre elles se révèle assez faible. Si bien que chacune jouait gros dans cette soirée.

Le clivage gauche-droite est réapparu avec force

Avec 25 % des intentions de vote au premier tour, Rachida Dati arrive légèrement en tête dans le dernier sondage Harris Interactive pour LCI et RTL, publié mardi 3 mars. Ses réserves de voix pour le second tour semblent cependant limitées, ce qui limite ses chances de devenir maire. Au cours du débat, elle a tout fait pour consolider son rôle de première opposante à Anne Hidalgo. La plus motivée : « Moi, j’ai vraiment eu envie d’être candidate », a-t-elle souligné, une allusion aux hésitations d’Agnès Buzyn. La plus pugnace aussi : « Le bilan d’Anne Hidalgo, c’est l’anarchie partout, dans tous les domaines », a résumé la maire du 7arrondissement.

Agnès Buzyn, créditée de 17 % des intentions de vote, peut espérer troubler le jeu, en particulier si elle trouve des alliés au second tour. Mais elle doit encore convaincre de sa volonté et de sa capacité à gérer la capitale.

Leave a Reply