Mali : l’ambassadeur de France convoqué par Bamako après les critiques de Macron – Le Monde

Spread the love
Le premier ministre malien de transition, Choguel Kokalla Maïga, à Bamako, le 7 juin 2021.

Bamako a convoqué, mardi 5 octobre, l’ambassadeur de France après les propos jugés « regrettables » du président Emmanuel Macron à l’encontre de la junte militaire au pouvoir.

« Le ministre a invité les autorités françaises à la retenue, en évitant des jugements de valeur », a commenté le ministère malien des affaires étrangères dans un communiqué. Le texte fustige les « propos inamicaux et désobligeants » d’Emmanuel Macron et exprime une « vive protestation contre ces propos regrettables ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Mali, le pari risqué du premier ministre Choguel Maïga

Emmanuel Macron a appelé mardi à ce « que l’Etat revienne » au Mali, dans un contexte de fortes tensions avec le pays sahélien, où la France est en train de réduire son dispositif militaire.

« Il faut que l’Etat revienne avec sa justice, son éducation, sa police partout, en particulier au Mali », où des pans entiers de territoire restent livrés à eux-mêmes face aux djihadistes, aux tensions intercommunautaires et aux trafics, a-t-il dit.

« Se concentrer sur l’essentiel »

Avant cela, le président français avait qualifié jeudi dernier de « honte » les accusations d’« abandon en plein vol » du Mali par la France portées par le premier ministre de transition, Choguel Kokalla Maïga, à la tribune des Nations unies.

La diplomatie malienne, dans son communiqué, appelle la France à « se concentrer sur l’essentiel, notamment la lutte contre le terrorisme dans le Sahel ».

Lire aussi Un hommage national au soldat français mort au Mali a été rendu aux Invalides

Au Sahel, où elle intervient militairement depuis 2013 contre les groupes djihadistes, la France a entrepris en juin de réorganiser son dispositif militaire, avec une réduction de ses effectifs d’ici à 2023 à environ 3 000 hommes, contre plus de 5 000 aujourd’hui.

Le 24 septembre, la France a perdu un cinquante-deuxième soldat au Sahel depuis 2013, avec la mort du caporal-chef Maxime Blasco, tué au combat dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso.

Paris voit son influence contestée au Mali, notamment par Moscou. La junte malienne au pouvoir envisage de recourir aux services des paramilitaires russes de la sulfureuse société privée Wagner. Or une présence de ces « mercenaires » serait « incompatible » avec le maintien de la présence militaire française au Mali, ne cesse d’avertir Paris.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le Mali sera-t-il le prochain Afghanistan ? »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply