Macron appelle les députés LaREM à “l’unité” et se défend d’avoir voulu “donner des leçons” – BFMTV.COM

“On réussit ensemble ou on échoue ensemble”: Emmanuel Macron a appelé les députés de la majorité réunis ce mardi soir à l’Élysée à de “l’unité et à de la responsabilité”, se défendant de tout “caporalisme”.

Il a commencé son intervention en assurant que ses députés catalysent “la violence de manière inqualifiable, injuste et disproportionnée”. “Avec les retraites, tout ressort. On nous reproche les problèmes de leur quotidien. Tous les ressentiments sont en train de ressortir, ça tombe sur nous. C’est parce qu’on a agité la société”, a-t-il poursuivi devant ses élus, dont certains avaient manifesté leur agacement, après son rappel à l’ordre dans l’épisode du congé après la mort d’un enfant.

“Sur l’humanité, je n’ai donné de leçons à personne”

Alors que la majorité a rejeté à l’Assemblée un projet de loi permettant d’allonger ce congé de 5 à 12 jours, provoquant un tollé dans la classe politique et l’opinion publie, le chef de l’Etat avait appelé ses troupes à “plus d’humanité”, provoquant l’agacement de certains députés et ministres. Ce mardi soir, ces troupes ont répondu à l’appel. Sur 380 députés invités, 320 étaient présents, selon l’Elysée.

“Sur l’humanité, je n’ai donné de leçons à personne”, a juré Emmanuel Macron avant de justifier: “Je me suis exprimé pour qu’il y ait un pare-feu. Quand on perd une bataille, il faut le reconnaître. Quand il y a un tsunami, il faut l’assumer”.

Alors que la proposition de loi sera examinée au Sénat dès le 3 mars, ce mardi, les élus LaREM ont proposé de porter le congé pour deuil d’enfant à trois semaines pour tous les actifs, contre cinq jours actuellement.

“Je ne vous demande pas de penser la même chose. La diversité d’opinons et de parcours sont une richesse. Mais attention aux aventures personnelles, le mandat précédent nous le montre qu’il s’est disloqué comme ça”, a-t-il mis en garde dans la salle des fêtes de l’Elysée, lors d’une rencontre aux airs de grand débat national.

“Finir les retraites avant l’été”

“Nous devons continuer à faire vivre le dépassement et non pas recréer des chapelles où aile gauche et aile droite se répondent en stéréo”, a-t-il insisté. “Il faut rester dans la vision qu’on porte, qui fait notre unité: le ‘en même temps’, le dépassement politique”.

“Nous avons fait des choses qui n’avaient jamais été faites”, a-t-il assuré selon plusieurs parlementaires. En matière de “politique régalienne, je sais que j’ai bousculé la majorité. Mais nous devons être réalistes. Nous avons de nouvelles terres à défricher: la lutte contre les séparatismes, la dépendance…”

Il a, enfin, exhorté les députés à “vendre cette réforme des retraites qui est une réforme de justice. “Il n’y a pas de justice si la réforme n’est pas équilibrée puisqu’elle se paie sur le dos des générations futures”, a-t-il ajouté.

Pour lui, “il faut finir les retraites avant l’été. C’est faux de dire qu’il faut encore du débat. Ça dure depuis deux ans”.

Leave a Reply