La Commission européenne veut un engagement de Google sur les données avant d’avaler Fitbit

Spread the love

Google pourrait obtenir le feu vert de la Commission européenne pour acquérir Fitbit, selon des informations de Reuters. Mais pour décrocher le précieux sésame, le géant d’internet devra s’engager à ne pas utiliser les données des utilisateurs de Fitbit pour de la publicité ciblée, d’après une source de l’agence de presse.

En novembre dernier, Google annonçait l’acquisition du spécialiste du suivi de l’activité sportive, pour la somme de 2,1 milliards de dollars. Mais l’affaire doit encore passer sous les fourches caudines de plusieurs régulateurs internationaux, dont les redoutables services à la concurrence de Bruxelles.

Les craintes sont en effet fortes, parmi les utilisateurs des produits Fitbit et ailleurs, que cette acquisition permette à Google de renforcer sa mainmise sur le marché de la publicité internet. La Commission européennes a d’ailleurs interrogé des concurrents, des développeurs d’applications et des fournisseurs de services en ligne et médicaux pour connaître leur avis sur cette opération.

Le régulateur européen doit donner sa position le 20 juillet. Google a jusqu’au 13 juillet pour mettre des concessions sur la table. Si d’aventure l’entreprise n’en faisait rien, cela activerait une procédure d’enquête de quatre mois. Google assure que cette acquisition va bénéficier aux consommateurs : « Le secteur des wearables compte beaucoup d’acteurs, et nous pensons que la combinaison des efforts de Google et de Fitbit pour le matériel va accroître la concurrence », a expliqué un porte-parole.

Par ailleurs, l’entreprise assure avoir été claire sur son engagement de ne pas utiliser les données santé et bien-être de Fitbit pour de la publicité. Il va sans doute falloir le dire un peu plus fort. L’Australie partage les mêmes interrogations que l’Europe concernant l’exploitation des données (lire : Le régulateur australien s’inquiète de l’achat de Fitbit par Google).

Leave a Reply