Alice Coffin raillée et injuriée, mais soutenue par EELV Paris – Le HuffPost

Spread the love
POLITIQUE – La violente controverse politique qui menace la majorité parisienne d’Anne Hidalgo n’est pas éteinte. En attendant, les deux élues du groupe écologiste, qui ont concouru à la démission polémique de l’adjoint à la Culture Christophe Girard, subissent les tirs croisés des moqueurs et des lesbophobes sur les réseaux sociaux.

Mise en lumière après avoir vivement crié sa “honte” vendredi 24 juillet lors d’une séance du conseil de Paris particulièrement houleuse (voir notre vidéo ci-dessus), la militante lesbienne et féministe Alice Coffin, élue en juin dernier sous les couleurs écologistes dans le 12e arrondissement de Paris, a été particulièrement prise pour cible pendant tout le week-end. Plus encore que sa collègue Raphaëlle Rémy-Leleu, elle aussi présente lors de la manifestation sous les fenêtres de l’Hôtel de Ville où des pancartes “Bienvenue à Pédoland” avaient été brandies.

Si son rôle dans la démission de Christophe Girard lui a attiré les foudres d’Anne Hidalgo et d’une grande partie de la majorité PS-EELV-PCF dans la capitale, ce sont surtout d’anciennes prises de position d’Alice Coffin qui lui ont valu les commentaires assassins et parfois homophobes de nombreux internautes.

Un extrait détonnant, diffusé sans contexte, d’un vieux passage de la militante féministe sur la chaîne pro-Moscou RT a été particulièrement pointé du doigt, notamment par des élus et anciens élus franciliens.

Un autre extrait d’entretien, accordé cette fois-ci à BFMTV dans la foulée de son esclandre au conseil de Paris, a beaucoup circulé, alimentant les attaques sur le comportement d’Alice Coffin. 
L’ancienne journaliste et militante engagée de la cause LGBT, coutumière d’un discours musclé contre le patriarcat et l’invisibilité des lesbiennes, s’était déjà illustrée lors d’une intrusion dans une soirée organisée par le magazine ultra-conservateur Valeurs Actuelles

EELV Paris fait bloc

Si de nombreux commentaires visent les prises de parole et les positions politiques d’Alice Coffin, d’autres s’en prennent à sa sexualité ou à son apparence physique.

Face au déferlement d’attaques en tous genres, et malgré la condamnation par EELV des pancartes brandies lors de la manifestation contre Christophe Girard, le groupe écologiste parisien a fait bloc derrière l’élue, fustigeant les injures lesbophobes dont elle fait l’objet.

“Qu’on soit d’accord ou pas avec Alice Coffin et Raphaëlle Rémy-Leleu, ce harcèlement est inadmissible”, a notamment condamné le chef de file des Verts parisiens David Belliard. 

Tandis qu’un mouvement de soutien s’organisait sur Twitter autour du mot-clé #JeSoutiensAliceCoffin, des cadres de la majorité municipale parisienne, opposées à la démission de Christophe Girard, ont elles aussi appelé à l’arrêt des injures. 
Tout en rappelant son opposition au “lynchage” de Christophe Girard, l’essayiste Caroline Fourest, elle aussi militante féministe et LGBT, a également pris la parole contre les attaques visant Alice Coffin.
La situation demeure à couteaux tirés entre Anne Hidalgo et ses alliés écologistes dans la capitale. “Je déférerai devant les tribunaux les graves injures publiques qui ont été dirigées contre la mairie de Paris”, a prévenu vendredi la maire socialiste, sans préciser si Alice Coffin et Raphaëlle Rémy-Leleu seraient explicitement visées. 

La maire de Paris “prend acte du fait que les deux élues siégeant dans le groupe des Verts au Conseil de Paris”, en l’occurrence Raphaëlle Rémy-Leleu et Alice Coffin, “se placent ainsi d’elles-mêmes en dehors de la majorité municipale”.

A voir également sur Le HuffPostLa transphobie ? Pour Océan, elle se cache parfois dans une simple question inappropriée

Leave a Reply