Guerre en Ukraine : Poutine transfère à la Russie le contrôle de la centrale de Zaporijia – Le Monde

La centrale nucléaire de Zaporijia, à Enerhodar, en Ukraine, le 11 septembre 2022.

Après sept mois d’occupation, la Russie s’est formellement approprié, mercredi 5 octobre, la centrale nucléaire de Zaporijia, dans le sud de l’Ukraine. La gestion administrative du site, pris le 4 mars par les soldats russes, a été transférée à Moscou. « Le gouvernement devra veiller à ce que les installations nucléaires de la centrale (…) soient acceptées comme propriété fédérale », indique le décret signé par Vladimir Poutine.

Peu après cette annonce, le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, qui avait prévu de se rendre à Kiev et à Moscou cette semaine, a annoncé son départ vers la capitale ukrainienne, afin d’y discuter de la mise en place d’une zone de sécurité et de protection autour de la centrale jugée « plus urgente que jamais » pour prévenir tout accident nucléaire.

Lire aussi : Zaporijia : une centrale nucléaire au cœur de la guerre

L’AIEA a réclamé la mise en place de cette zone de sécurité dès le 6 septembre dans un rapport publié à l’issue de sa première visite sur place depuis le début de l’occupation. « La situation actuelle est intenable », « il est urgent de prendre des mesures provisoires » et « les bombardements sur le site et dans les environs doivent cesser tout de suite pour éviter de provoquer de nouveaux dommages aux installations », a écrit l’instance onusienne dans ce texte de cinquante-deux pages.

L’AIEA a précisé, mercredi, qu’un des six réacteurs – actuellement tous à l’arrêt – doit redémarrer à puissance réduite. « Le but est la production de vapeur et de chaleur pour les besoins de la centrale. Il faudra un certain temps pour terminer tous les préparatifs avant que le réacteur puisse fonctionner à nouveau », précise l’agence onusienne.

Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de bombardements sur le site depuis plusieurs mois. Ces frappes font craindre une catastrophe nucléaire majeure similaire à celle de Tchernobyl en 1986. La centrale de Zaporijia, la plus grande d’Europe, est située dans l’un des territoires ukrainiens officiellement annexés par la Russie. Elle est également non loin de la ligne de démarcation entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux occupés par Moscou.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Guerre en Ukraine : à peine annexées par Moscou, les régions de Donetsk et de Kherson sont rognées par l’armée ukrainienne

Après l’annonce du décret russe, l’opérateur nucléaire ukrainien, Energoatom, l’a qualifié de « nul et non avenu, absurde et inapproprié ». La décision de Moscou d’annexer la centrale montre « l’agonie du monde imaginaire fou du pays agresseur », a estimé l’entreprise d’État, qui assure que « la centrale de Zaporijia continuera à opérer en Ukraine, conformément à la législation ukrainienne, dans le système énergétique ukrainien, dans Energoatom ». De son côté, le ministère ukrainien des affaires étrangères a appelé ses partenaires occidentaux à imposer d’urgence des sanctions contre l’agence atomique russe Rosatom, dont des ingénieurs sont déployés sur le site.

Il vous reste 39.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *