Guerre en Ukraine, en direct : l’armée russe annonce qu’elle va frapper des infrastructures du renseignement ukrainien à Kiev – Le Monde

Bonjour GrandBalèzeBlond,

L’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, proche du président russe Vladimir Poutine et du complexe énergétique russe, a effectivement pris position dès jeudi. Le 24 février, il a ainsi condamné l’invasion de l’Ukraine, tout en appelant à « ne pas couper complètement les liens » avec Moscou.

« La guerre et les souffrances qu’elle entraîne pour les habitants de l’Ukraine doivent prendre fin au plus vite. C’est la responsabilité du gouvernement russe », a écrit l’ancien dirigeant (1998-2005) sur le réseau social Linkedin. « On a beaucoup parlé ces dernières années des erreurs et des manquements dans les relations entre l’Occident et la Russie. Et il y a eu de nombreuses erreurs – des deux côtés », a ajouté M. Schröder, devenu une figure encombrante dans son propre pays en raison de ses liens étroits avec M  Poutine.

« Mais les intérêts de la Russie en matière de sécurité ne justifient pas non plus l’utilisation de moyens militaires », juge-t-il. « En ce qui concerne l’avenir, il faut veiller à ce que les sanctions nécessaires ne coupent pas complètement les liens politiques, économiques et civils qui existent encore entre l’Europe et la Russie », conseille M. Schröder, 77 ans, censé entrer en juin au conseil de surveillance du géant russe Gazprom. Ces liens, sont, « malgré la situation dramatique actuelle, la base d’un espoir que nous avons tous : qu’un dialogue sur la paix et la sécurité soit à nouveau possible sur notre continent », conclut l’ancien chancelier social-démocrate.

M. Schröder est déjà président du conseil d’administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe, et du comité d’actionnaires du Nord Stream 2, gazoduc russo-allemand controversé, suspendu lundi par l’Allemagne. Les liens de M. Schröder avec la Russie suscitent des critiques croissantes en Allemagne, où des voix se sont élevées ces dernières semaines pour que soient supprimés les avantages dont il bénéficie en tant qu’ancien chancelier. L’actuel chancelier social-démocrate Olaf Scholz lui-même a pris ces dernières semaines ses distances avec son ancien mentor.

Depuis jeudi, aucune prise de position supplémentaire n’a été rendue publique, ni de la part de M. Schröder, ni de celle du gouvernement allemand. Toutefois, l’agence de presse Reuters affirme, mardi 1er mars, que l’ensemble du cabinet de l’ancien chancelier avait décidé de démissionner. L’un des membres du cabinet de Schröder, Albrecht Funk, a dit à Reuters que deux secrétaires, un chauffeur et lui-même avaient demandé à être mutés à de nouvelles fonctions au sein de la chancellerie. Il n’a pas souhaité donner la raison de cette décision.

Reuters n’a pas été en mesure de joindre Gerhard Schröder pour un commentaire et la chancellerie n’avait pas répondu dans l’immédiat à ses sollicitations. Le Monde n’a pour l’instant pas pu vérifier cette information.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *