Disparition de Lucas Tronche: que s’est-il passé sur cette falaise, il y a six ans? – La Voix du Nord

Spread the love

Les indices retrouvés jeudi sont situés à moins d’un kilomètre du domicile des parents de l’adolescent, a constaté un correspondant de l’AFP, en pleine campagne, au milieu de vignes, entre un mas et une paroi rocheuse.Les indices retrouvés jeudi sont situés à moins d’un kilomètre du domicile des parents de l’adolescent, a constaté un correspondant de l’AFP, en pleine campagne, au milieu de vignes, entre un mas et une paroi rocheuse.

Des ossements, des débris de vêtements et un sac à dos ont été découverts jeudi à Bagnols-sur-Cèze (Gard), à proximité du domicile de Lucas Tronche, un adolescent porté disparu depuis 2015, a annoncé jeudi le procureur de Nîmes. «  Des examens médico-légaux et si possible génétiques des ossements seront réalisés », a indiqué à la presse le procureur Éric Maurel. Les résultats pourraient être connus d’ici cinq à dix jours. Le sac à dos retrouvé est « similaire à celui de Lucas Tronche », a-t-il ajouté. « Il y a un certain nombre d’éléments de vraisemblance permettant de penser que l’on a peut-être retrouvé la trace de ce malheureux enfant et qu’on a peut-être des débris humains qui correspondraient à son corps », dit-il.

> Des découvertes à moins d’un kilomètre de chez lui

Ces découvertes ont été faites par des pompiers qui intervenaient jeudi dans le cadre d’opérations ordonnées par la juge d’instruction, «  dans un milieu particulièrement escarpé ».

D’après le procureur, qui s’est exprimé dans la soirée sur place, la zone avait déjà été «  ratissée » dans le passé mais les parois rocheuses «  n’ont pu être fouillées que par les pompiers en pendulaire ». Le procureur de Nîmes ajoute auprès de franceinfo que cette découverte n’a « pas de rapport » avec l’émission de M6 « Appel à témoins » qui avait évoqué l’affaire le 7 juin dernier.

Les indices retrouvés jeudi sont situés à moins d’un kilomètre du domicile des parents de l’adolescent, a constaté un correspondant de l’AFP, en pleine campagne, au milieu de vignes, entre un mas et une paroi rocheuse.

> Pourquoi ne les a-t-on pas faites avant ?

Ce sont les pompiers du GRIMP, le groupement de recherche et d’intervention en milieu périlleux qui sont intervenus, la zone de recherches étant très accidentée, précise France Bleu Gard Lozère. Selon Me Mimran, l’avocate des parents de Lucas Tronche, cette zone avait déjà été examinée par des chiens, sans résultat. « Il s’avère qu’il y a six ans, c’est moi qui avais coordonné les recherches sur le terrain », a confié à France Bleu Gard Lozère le maire de la commune, Jean-Yves Chapelet. « Cette zone avait été vraiment passée au peigne fin. Par contre, cette partie précise, vue la densité de la végétation, peut-être qu’on n’avait pas pu y rentrer », se souvient-il. « C’est un secteur qu’on connaît très bien, qui a fait l’objet des premières recherches. C’est une falaise qui tombe sur un bosquet très dense, en pied de falaise, très très difficile d’accès. »

Ce qu’a de nouveau confirmé le procureur ce vendredi sur France info  : « c’est une falaise d’environ 60 mètres de haut, à pic, et il était impossible, sans descente en rappel, de pouvoir accéder aux lieux où ont été découverts les objets. » Selon Éric Maurel, cette difficulté d’accès au lieu explique le fait qu’il n’ait pas été fouillé : « C’est le travail opiniâtre de la juge d’instruction qui a permis de combler cette tâche blanche sur la carte. »

> Une chute ?

Selon le procureur, cette découverte n’exclut aucune hypothèse : «  ça peut aussi bien être une chute accidentelle, qu’un geste volontaire de se jeter dans le vide ou une altercation ». L’adolescent, lycéen de 15 ans, a disparu le 18 mars 2015, alors qu’il se rendait à un cours de natation.

« Nous n’avons pas d’éléments qui nous permette de dire s’il s’agit d’une chute accidentelle, d’un geste suicidaire ou, si c’est bien Lucas Tronche, si ce jeune homme a rencontré une tierce personne et qu’éventuellement, il ait put être poussé dans le vide. Nous restons sur toutes les hypothèses de travail », a encore indiqué le procureur ce vendredi sur France info. Mais « ça va être difficile » de déterminer ce qui est arrivé.

Les enquêteurs savaient que cette zone était fréquentée par Lucas, selon M. Maurel. L’adolescent passionné de géologie venait y chercher des pierres qu’il collectionnait.

> Le temps du recueillement

«  La découverte d’un corps pouvant être celui de Lucas nous semble mettre un terme à ces six années de recherches mais aussi d’espoir », ont réagi sur Twitter les parents de Lucas. «  Aujourd’hui vient le temps du silence. Ce silence, autrefois assourdissant, est nécessaire pour nous permettre de nous recueillir, de tenter de nous apaiser et de continuer désormais sans lui ».


Leave a Reply