Disparition de Delphine Jubillar : fin de la garde à vue pour son mari Cédric, qui va être présenté à un juge – Midi Libre

Spread the love

L’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn) en décembre dernier s’est accélérée. Son mari, Cédric, devrait être entendu par un juge à l’issue de sa garde à vue, ce vendredi 18 juin.

Interpellé sur son lieu de travail ce mercredi 16 juin en fin de matinée dans le cadre de l’enquête sur la disparition de sa femme Delphine, Cédric Jubillar a été interrogé par les gendarmes de Gaillac (Tarn), tout comme deux de ses proches. Hier, sa garde à vue avait été prolongée de 24 h.

Cédric Jubillar présenté à un juge

Elle a pris fin ce vendredi 18 juin vers 8 h. Cédric Jubillar doit être présenté à un juge dans la matinée, selon la procédure classique. Sa mère et son beau-père ont également été placés en garde à vue et sont ressortis libres ce vendredi. Sa sœur de 16 ans a elle été entendue, mais en tant que témoin.

Alors que rien n’avait fuité sur le déroulé de l’enquête, les choses se sont accélérées ce mercredi. D’après La Dépêche et Le Parisien, les policiers s’interrogent sur des incohérences dans les différentes déclarations de Cédric Jubillar. Mais ils auraient surtout retrouvé des photos de l’amant de sa femme – le couple était en instance de divorce au moment de la disparition de Delphine – sur son téléphone portable.

Delphine, toujours introuvable

La jeune infirmière reste introuvable depuis le mois de décembre 2020. Au petit matin le 16 décembre, Cédric Jubillar avait alerté les gendarmes en indiquant que sa femme avait quitté leur domicile de Cagnac-les-Mines en pleine nuit pour promener les chiens et n’était pas rentrée.

Disparition de Delphine Jubillar : chronologie d’un mystère

  • 15 décembre 2020, la disparition. Cédric Jubillar signale la disparition de sa femme Delphine à la gendarmerie de Cagnac-les-Mines, le village du Tarn où réside le couple. Une enquête pour “disparition suspecte” est ouverte.
  • 18 décembre 2020, les recherches. Les gendarmes lancent un premier appel à témoins. Les recherches s’organisent dans le village avec le renfort de drônes et d’un hélicoptère. Le 23 décembre, une première grande battue citoyenne rassemble plus d’un millier de personnes.
  • 24 décembre 2020, premières fouilles. Les premières fouilles ont lieu au domicile du couple Jubillar. Les enquêteurs reviendront à plusieurs reprises dans la maison en travaux de Cagnac-les-Mines, utilisant notamment un géoradar pour scanner la bâtisse.
  • 26 décembre 2020, Me Alary entre en jeu. Cédric Jubillar annonce qu’il a pris un avocat, en la personne de Me Jean-Baptiste Alary. 
  • 4 et 5 janvier, les parties civiles. Des proches de Delphine Jubillar se constituent partie civile pour avoir accès au dossier d’instruction. Leur demande sera refusée quelques semaines plus tard. Cédric Jubillar fait de même dès le lendemain.
  • 30 avril, convoqué par les juges. Après avoir été interrogé une première fois par les enquêteurs au sein du domicile conjugual début janvier, Cédirc Jubillar est cette fois convoqué par les juges d’instruction en tant que partie civile. 
  • 12 juin, la marche blanche. Extrêmement discret depuis le début de l’affaire, Cédric Jubillar réapparaît publiquement. Il prend part à une énième marche blanche organisée par les amies de sa compagne Delphine.
  • 16 juin, gardes à vues. Cédric Jubillar est interpellé par les gendarmes sur son lieu de travail. Il est placé en garde à vue, tout comme sa mère et son beau-père. Une garde à vue qui sera prolongée de 24 h par les magistrats instructeurs.

Leave a Reply