Covid-19 : Macron contraint à un troisième reconfinement national et à un nouveau pari vaccinal – Le Monde

Spread the love
Des habitants de Marseille regardent l’allocution d’Emmanuel Macron le 31 mars.

La « troisième voie » d’Emmanuel Macron était sans issue. Plus d’un an après avoir prononcé le premier confinement du pays, le président de la République a annoncé aux Français lors d’une allocution télévisée, mercredi 31 mars, le retour de cette chape de plomb pour une troisième édition afin de contrer l’épidémie de Covid-19.

Malgré les sombres prévisions des épidémiologistes, M. Macron pensait échapper à ce retour en arrière grâce à la vaccination. Début février, le ministre de la santé, Olivier Véran, jugeait ainsi « évidemment possible qu’on ne soit jamais reconfinés ». Un mois plus tard, le chef de l’Etat demandait aux Français de « tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines », soit jusqu’à la mi-avril, avant de commencer à lâcher la bride sur les mesures sanitaires.

Las, le retard pris par la campagne vaccinale ne lui a pas permis de gagner la « course de vitesse » engagée de son propre aveu contre le variant britannique du SARS-CoV-2. Pourtant identifié en France depuis décembre 2020, ce variant, « plus contagieux mais aussi plus meurtrier », représente, selon M. Macron, une « nouvelle donne » à affronter.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : la saturation des réanimations, une impasse dangereuse

« Un effort supplémentaire »

Plus de 5 000 personnes atteintes du Covid-19 occupent déjà les services de réanimation des hôpitaux. Un chiffre supérieur à celui rencontré lors du pic de la deuxième vague. « Partout le virus circule vite, de plus en plus vite, et partout les hospitalisations augmentent », a convenu le chef de l’Etat, qui a demandé en conséquence « un effort supplémentaire » à ses concitoyens.

Afin de s’adapter à cette situation, l’exécutif a dû renoncer à « l’exception française » dont il se prévalait jusqu’alors : garder les écoles ouvertes. « L’école n’est pas négociable », a affirmé Emmanuel Macron mercredi soir, avant d’annoncer… leur fermeture, comme il y a un an.

Crèches, écoles, collèges et lycées garderont portes closes pendant trois semaines afin de répondre à la multiplication du nombre de cas rencontrés ces derniers jours. « Les cours se feront à la maison » la semaine du 5 avril, a précisé le locataire de l’Elysée, sauf « pour les enfants des soignants et de quelques autres professions, de même que les enfants en situation de handicap ». Les deux semaines suivantes, tous les élèves seront en vacances, quelle que soit leur zone, avant une rentrée le 26 avril. Elle s’effectuera dans les salles de classe en maternelle et primaire, et à distance pour les collèges et lycées.

Il vous reste 73.61% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply