Posted on
Spread the love

Le président russe, dont le quatrième mandat s’achève en 2024, a ouvert des pistes sur son projet personnel en annonçant mercredi un référendum sur la constitution, lors de son discours annuel mercredi au Parlement.

Vladimir Poutine a proposé la tenue d’un référendum sur des réformes de la Constitution russe devant renforcer les pouvoirs du Parlement, mercredi, dans son allocution annuelle devant les membres du Parlement et les élites politiques.
Vladimir Poutine a proposé la tenue d’un référendum sur des réformes de la Constitution russe devant renforcer les pouvoirs du Parlement, mercredi, dans son allocution annuelle devant les membres du Parlement et les élites politiques. MAXIM SHEMETOV/REUTERS

Correspondant à Moscou

En annonçant mercredi un référendum sur une série de réformes constitutionnelles, Vladimir Poutine n’a pas donné de réponse explicite à la question de son avenir politique près son quatrième mandat présidentiel qui s’achève en 2024. Mais le président russe a néanmoins donné quelques indications sur l’évolution du paysage institutionnel et relancé les suppositions sur le rôle qui pourrait être sien. Le chef de l’État n’a pas précisé mercredi la date de ce référendum.

Dans son intervention d’une heure et demie dans la salle du Manège, près du Kremlin, au centre de Moscou, Vladimir Poutine a proposé de transférer une partie du pouvoir présidentiel à la Douma (la chambre basse) qui nommerait le premier ministre et le gouvernement. La tête de l’exécutif ne pourrait s’opposer à ces choix.

«La Russie devra rester une république présidentielle forte», a toutefois insisté M. Poutine en précisant que le chef de l’État resterait à la tête des «structures de force» (armées, services de renseignement, etc.…). Il conserverait le pouvoir de révoquer le premier ministre, les ministres et les juges de la cour constitutionnelle et de la cour suprême.

Renforcer les pouvoirs des gouverneurs

Par ailleurs, le chef de l’État ne serait plus autorisé à effectuer plus de deux mandats au total et non pas seulement consécutifs. Une mesure très symbolique puisqu’en l’absence de cette limitation, Vladimir Poutine aura pu effectuer quatre mandats présidentiels au total – de 2000 à 2008 et de 2012 à aujourd’hui – avec un intermède comme premier ministre de 2008 à 2012.

Le président russe a également proposé de renforcer le pouvoir des gouverneurs, réunis dans un conseil d’État, lequel bénéficierait d’un rôle accru et dont statut serait introduit dans la constitution. Parmi les diverses hypothèses qui circulent, Vladimir Poutine pourrait choisir d’occuper la tête de cet organisme une fois qu’il aura quitté le Kremlin, cette position lui permettant de conserver son influence sur les affaires de l’État.

» À voir aussi – Les Russes sont-ils vraiment nos amis?

Les Russes sont-ils vraiment nos amis ? – Regarder sur Figaro Live

Advertisements

Leave a Reply