Coronavirus : Olivier Véran plaide pour un déconfinement « territoire par territoire » – 20 Minutes

Spread the love
Olivier Véran à l’Assemblée. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le début de la fin ? Dans une interview accordée au Télégramme, ce lundi soir, Olivier Véran a estimé que la France amorçait « une décroissance de l’épidémie » de coronavirus depuis plusieurs jours. Le ministre de la Santé s’est dit également favorable à un déconfinement « territoire par territoire ».

« Depuis cinq jours, nous amorçons une décroissance de l’épidémie. Il y a moins de nouveaux cas au quotidien : on était monté à 40.000, on est aujourd’hui aux alentours de 33.000 cas chaque jour en moyenne », a-t-il expliqué, se disant « ni optimiste, ni pessimiste » sur la situation sanitaire.

Certains allègements mi-mai

Olivier Véran s’est dit ouvert à « une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage », estimant qu’il fallait étudier « la situation épidémique dans chaque territoire, la situation hospitalière et, de façon générale, le niveau de saturation des hôpitaux en France » avant de prendre une décision.

Et les premières annonces devraient arriver d’ici quelques semaines. A partir de mi-mai, le gouvernement prendra un « certain nombre d’allègements des mesures », a précisé le ministre de la Santé sans plus de précision. L’exécutif a déjà commencé à préparer la sortie de crise la semaine dernière, affirmant que l’ambition d’Emmanuel Macron était de rouvrir les terrasses et certains lieux culturels mi-mai.

« Nous ne sommes jamais à l’abri de mauvaises nouvelles »

Le couvre-feu sera-t-il levé avant les vacances d’été ? Olivier Véran n’a pas donné plus de précisions. « L’ensemble des mesures de freinage sera amené à être réévalué à différents moments, de façon progressive », a-t-il déclaré, espérant « un été serein, mais vigilant, comme celui de l’année dernière ».

Mais le ministre de la Santé prévient : « Avec la Covid-19 et ses variants, nous ne sommes jamais à l’abri de mauvaises nouvelles… », a-t-il affirmé. « Nous sommes toujours à un niveau très élevé de l’épidémie et la descente n’est pas encore suffisamment rapide et tranchée. Il nous faut continuer nos efforts », a poursuivi Olivier Véran.

324 partages

Leave a Reply