Brexit : les députés votent contre un examen accéléré de l’accord, compromettant une sortie le 31 octobre – Le Monde

Les députés britanniques ont toutefois donné un « oui » de principe pour travailler sur les lois d’application de l’accord, laissant entrevoir la possibilité d’une majorité pour ratifier ledit accord obtenu à Bruxelles.

Publié aujourd’hui à 18h51, mis à jour à 21h10

Temps de Lecture 1 min.

Boris Johnson s’exprime après sa semi-victoire à Westminster, mardi 22 octobre.

C’est une semi-victoire pour Boris Johnson. Les élus britanniques de la Chambre des communes ont rejeté, mardi 22 octobre, le calendrier d’examen de l’accord sur le Brexit proposé par le premier ministre mais ont donné leur accord de principe pour travailler à un Withdrawal Agreement Bill (WAB, le projet de loi sur l’accord de retrait), qui précise toutes les modalités d’application dans la loi britannique de cet accord obtenu le 17 octobre à Bruxelles.

Lire l’éditorial du « Monde » : Brexit : en finir avec un mauvais feuilleton

Ce « oui » de principe, entériné à 329 voix contre 299, laisse entrevoir la possibilité d’une majorité pour voter in fine l’accord, mais pas à la date initialement prévue du 31 octobre. Une demi-heure après ce premier vote, les députés ont refusé, à 322 contre 308 voix, le calendrier très serré proposé par le gouvernement qui souhaitait pouvoir mettre aux voix dès jeudi cet accord de 110 pages (assorties de notes explicatives encore plus longues). Boris Johnson a déclaré dans la foulée qu’il suspendait l’examen de ce texte, en attendant une décision des Européens sur un éventuel report de la date de sortie.

En réponse, le chef de file du Labour, Jeremy Corbyn, a demandé à son adversaire de travailler avec tous les députés « pour convenir d’un calendrier raisonnable ». « Ce serait la voie à suivre, et c’est l’offre que je fais au nom de l’opposition ce soir », a-t-il déclaré.

Lire aussi : De l’Irlande du Nord au régime de TVA, les points-clés du nouvel accord du Brexit

« Pas de justification » pour un nouveau report « à ce stade »

Interrogé à l’Assemblée nationale lors de la séance de questions au gouvernement, mardi 22 octobre, le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a estimé qu’« aujourd’hui, à l’heure où nous parlons, à ce stade, nous estimons qu’il n’y a pas de justification pour une nouvelle extension » du délai pour la mise en œuvre du Brexit.

« Cela fait trois ans qu’on attend cette décision. Il importe qu’elle soit aujourd’hui annoncée, parce que sinon il n’y aura pas d’application, sauf le ‘no deal’, qui n’est pas la solution que nous préférons », a-t-il encore déclaré. « La question principale, il faut la renvoyer aux Britanniques, et qu’ils nous disent aujourd’hui, le plus vite possible, si c’est oui ou si c’est non », a ajouté le chef de la diplomatie française.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *