Après les ratés du premier tour des élections régionales, Gérald Darmanin sur le gril au Sénat – Le Monde

Spread the love

Pour le Sénat, il y avait urgence face au « fiasco » de la distribution des professions de foi pour le premier tour des élections régionales et départementales. Convoqué aux aurores, mercredi 23 juin, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, s’est expliqué devant la commission des lois au Palais du Luxembourg sur les conditions d’organisation du scrutin, du dimanche 20 juin. Si l’enjeu de l’abstention historique anime les débats politiques depuis l’annonce des résultats du premier tour, le personnel politique s’émeut tout particulièrement « des dysfonctionnements majeurs » observés quant à la distribution de la propagande électorale, selon les mots du président de la commission des lois, François-Noël Buffet (Les Républicains, LR).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections régionales et départementales : de « graves dysfonctionnements » techniques au premier tour

« C’est dire que les défaillances graves, générales et sans précédents constatées ces derniers jours ont nécessairement eu un impact sur l’abstention », a soutenu le sénateur LR de la Manche, Philippe Bas. Durant une heure et quart le ministre a subi un interrogatoire soutenu de la part des sénateurs. D’abord sur les faits. Des enveloppes contenant les programmes des candidats ont été retrouvées par centaines sur le bas-côté des routes, dans des poubelles, brûlées dans la nature, sur des pare-brise de voitures ou dans des cages d’escaliers. D’autres ont été distribuées dans les mauvais cantons ou tout simplement n’ont jamais atteint les boîtes aux lettres de leurs destinataires. La secrétaire d’Etat à la citoyenneté, Marlène Schiappa, avait affirmé dimanche que seulement 21 000 plis n’avaient pas été distribués, en disant s’appuyer sur les chiffres fournis par les deux prestataires chargés de la distribution, les sociétés Adrexo et La Poste. Devant les sénateurs, M. Darmanin a rectifié la réponse de Mme Schiappa en indiquant que « 9 % des plis » en moyenne de La Poste et d’Adrexo n’avaient pas été distribués, mais il n’a pas pu donner le nombre de plis non arrivés à destination.

« Démocratie au rabais »

Autres questions, celles liées au marché public octroyé à la société privée Adrexo. Depuis 2005, la loi prévoit l’ouverture à la concurrence de la distribution de la propagande électorale par la tenue d’appels d’offres. M. Darmanin a indiqué que le contrat signé avec la société Adrexo valait 200 millions d’euros sur trois ans. Il s’est dit favorable à une modification de la loi pour mieux encadrer ces marchés voire remettre l’ensemble de la distribution sous l’autorité de la Place Beauvau. « Je crois que les sociétés font le maximum (…) mais il est évident qu’il n’y aura pas 100 % de distribution de la propagande pour dimanche prochain, en trois jours. Ça serait absurde de le promettre », a concédé M. Darmanin tout en s’engageant de mettre à disposition les professions de foi sur les sites Internet des différentes préfectures.

Il vous reste 48.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply