ZD Tech : Pourquoi l’informatique quantique fait trembler les cryptographes

ZD Tech : Pourquoi l'informatique quantique fait trembler les cryptographes

Bonjour à tous et bienvenue dans le ZD Tech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Louis Adam et aujourd’hui, je vais vous expliquer pourquoi l’arrivée imminente d’un ordinateur quantique fait trembler le monde de la cryptographie.

La cryptographie, cela n’a rien de sorcier. C’est l’ensemble des techniques qui permettent de dissimuler un message et de s’échanger des données de manière confidentielle.

La technique la plus utilisée pour cela, c’est le chiffrement. L’émetteur fait passer son message à travers un algorithme mathématique plus ou moins complexe. Cela permet de s’assurer que seules les personnes autorisées sauront le lire.

Aujourd’hui, on sait que la puissance de calcul nécessaire pour casser ce chiffrement dépasse largement les capacités des supercalculateurs traditionnels. On peut donc considérer que ces algorithmes de chiffrement offrent une protection suffisante contre les attaques.

publicité

La menace quantique

Mais l’arrivée d’ici cinq ans d’un ordinateur quantique fiable et fonctionnel pourrait changer la donne.

Microsoft, IBM et consorts travaillent d’arrache-pied sur le sujet. L’idée n’est pas de produire un ordinateur plus puissant qu’un ordinateur traditionnel. Il s’agit plutôt d’un ordinateur particulièrement efficace pour réaliser certaines tâches bien précises.

Et l’un des points forts de l’ordinateur quantique, c’est sa capacité à casser les algorithmes de chiffrement actuels.

Des algorithmes quantiques

Dans les années 90, des chercheurs ont mis au point des algorithmes quantiques capables de casser la protection des outils de chiffrement traditionnels.

Si vous êtes curieux, les algorithmes de Shor et de Grover sont les plus souvent cités en exemple.

La seule chose qui manque à ces algorithmes, c’est un ordinateur quantique capable de les faire tourner. Et cette perspective devient de plus en plus concrète.

Alors, que faire ?

Faut-il tirer définitivement un trait sur la cryptographie ? Pas tout à fait.

Plutôt que d’attendre sagement la fin du monde, les chercheurs se penchent sur l’élaboration de la cryptographie post quantique. Ils développent des outils de cryptographie capables de résister à une attaque menée par un ordinateur quantique.

Clarifions un aspect important. Il ne s’agit pas d’outils cryptographiques qui auraient besoin d’un ordinateur quantique pour fonctionner. Ces algorithmes pourront être exécutés sur un ordinateur classique.

Cryptographie vs quantique

Simplement, ces nouveaux algorithmes de cryptographie utilisent des fonctions mathématiques différentes. Des fonctions mathématiques que l’ordinateur quantique n’est pas en mesure de casser facilement.

En 2017, l’institut des standards technologiques américains a lancé un challenge mondial pour identifier et tester ces nouveaux algorithmes qui résistent aux attaques de ce type. L’objectif est de disposer d’outils pour protéger des données face à un attaquant qui aurait accès à un ordinateur quantique.

C’est donc une course contre la montre qui a lieu, entre les cryptographes d’un côté, et les chercheurs en informatique quantique de l’autre.

Leave a Reply