VIDÉO – Infirmière en garde à vue après la manifestation des soignants : ce que l’on sait de son interpellation – LCI

Spread the love








VIDÉO – Infirmière en garde à vue après la manifestation des soignants : ce que l’on sait de son interpellation | LCI

































Police

POLÉMIQUE – Lors de la manifestation du personnel soignant qui s’est déroulée à Paris, une infirmière a été violemment interpellée et placée en garde à vue pour “outrage”, “rebellion” et “violences volontaires”. Les forces de l’ordre justifient cette arrestation par son comportement quelques minutes plus tôt. Un rassemblement en sa faveur a eu lieu dans la soirée.

Les images ont provoqué la polémique. Mardi après-midi, lors de la manifestation des soignants à Paris, aux abords de l’esplanade des Invalides, une infirmière a été interpellée sans ménagement et traînée au sol, le visage ensanglanté, par les forces de l’ordre. Dans une vidéo que LCI s’est procurée, la femme, âgée d’une cinquantaine d’années, indique à plusieurs reprises qu’elle est infirmière, est sujette à de l’asthme et a besoin de sa ventoline. Ce à quoi les policiers lui répondent : “Il fallait y penser avant.

Placée en garde à vue mardi soir pour “outrage”, “rebellion” et “violences volontaires”, elle s’y trouvait toujours ce mercredi matin. Un rassemblement de soutien a eu lieu mardi soir devant le commissariat parisien où elle est détenue. “Ce n’est pas possible d’applaudir les soignants en mars, avril, mai, et de les interpeller et les placer en garde à vue dans ces conditions-là en juin. On ne lâchera pas jusqu’à ce qu’elle soit libérée” a expliqué Benjamin Amar, porte-parole de la CGT du Val-de-Marne.

Lire aussi

En vidéo

Infirmière arrêtée : que sait-on ?

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
De leur côté, les forces de l’ordre s’expliquent en indiquant que, quelques minutes plus tôt, vidéo à l’appui, cette même personne leur lançait des projectiles, notamment sur un commissaire, et les insultait. Un contexte qui ne justifie rien selon des députés de La France Insoumise venus la soutenir, comme Eric Coquerel : “Quelque soit le contexte, rien ne mérite de recevoir des coups, se retrouver menottée et placée en garde à vue.” 

Selon nos informations, le commissaire touché par les projectiles va quant à lui porter plainte ce mercredi matin.

Sur le même sujet

Et aussi


Leave a Reply