Régionales et départementales 2021 : des candidats du Rassemblement national désinvestis pour des « propos ignobles » – Le Monde

Spread the love
Durant un meeting du Rassemblement national, à Bron (Rhône), le 1er juin 2018.

Plusieurs candidats du Rassemblement national (RN) aux élections régionales ou départementales se sont vu retirer leur investiture par le parti d’extrême droite. « Après avoir pris connaissance des propos ignobles tenus par Mme Marta Le Nair, candidate sur le canton Bordeaux 5 », le RN de Gironde « a décidé, en accord avec la direction nationale, de retirer son soutien à cette candidate et de la suspendre du RN », a annoncé, vendredi 4 juin, la fédération du département.

Mme Le Nair avait publié sur son compte Facebook, en 2015 et 2020, des propos rapportés la veille par Matthieu Rouveyre, le directeur de campagne du président socialiste du département. Elle y écrivait, notamment : « C’est comme quand tu serres la main d’un juif, tu as intérêt à voir si tu as toujours tes dix doigts. » La candidate aux élections départementales l’était aussi aux régionales, en 33e position sur la liste d’Edwige Diaz.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Régionales 2021 : le Rassemblement national impose ses thèmes en vue de la présidentielle

Dans la Creuse, Thierry Morin, candidat aux régionales et aux départementales, a été désinvesti et fait l’objet d’une procédure d’exclusion du parti, a fait savoir son délégué départemental, Damien Demarigny. Il avait été condamné, le 3 juin, à neuf mois de prison, dont six avec sursis, pour violences conjugales. Déjà condamné à une peine de deux mois d’emprisonnement avec sursis en février pour des menaces de mort contre une ex-épouse, il a été placé en détention. Le responsable de la fédération a précisé que les sanctions avaient été prises avant le procès. « Je ne peux accepter un candidat ayant perpétré des violences conjugales », a dit Damien Demarigny, qui assure n’avoir rencontré Thierry Morin que quelques heures.

Le responsable du RN a dû aussi sanctionner Geneviève Veslin, candidate aux départementales dans le même canton que lui, qui avait écrit sur le discret réseau social russe VKontakte, ainsi que l’a découvert une enquête de France Télévisions : « Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique. » En Corrèze, Danièle Delavaud a été, elle aussi, suspendue pour avoir écrit, en 2017 : « Qu’on arrête de construire des mosquées, je suis OK pour les faire sauter. »

Le passé de 229 candidats RN épluchés

Dans les Ardennes, Eric Dureux, candidat dans le canton de Sedan 3, a été, lui aussi, sanctionné après la révélation par France 3 du passé de cet ex-militaire, déjà candidat RN aux départementales en 2015, qui avait été condamné, en mars 2017, à huit mois de prison avec sursis et à une inscription au fichier des infractions sexuelles pour une agression sur mineur de moins de 15 ans. Le RN a expliqué « découvrir aujourd’hui » cette condamnation, « cachée à la commission nationale d’investiture », « pour des faits extrêmement graves ». Son exclusion est en cours.

Il vous reste 61.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply