Présidentielle 2022 : Michel Barnier se lance, Laurent Wauquiez renonce – Le Monde

Spread the love
Michel Barnier, le 20 juillet 2021, à Paris.

Deux salles, deux ambiances. A droite, la journée du jeudi 26 août a encore été chargée en annonces avec une candidature et un renoncement à l’élection présidentielle. Très attendue au sein du parti Les Républicains (LR) et en dehors, la décision de Laurent Wauquiez concernant ce scrutin majeur a été rendue publique jeudi après-midi. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a ainsi fait savoir qu’il ne se présentait finalement pas à la course. Quelques heures plus tard, l’ex-commissaire européen Michel Barnier annonçait, au contraire, sur le plateau du journal télévisé de TF1 sa volonté de porter les couleurs de sa famille politique en 2022. S’il s’est longtemps dit hostile au principe d’une primaire, Michel Barnier en devient le quatrième candidat après Valérie Pécresse, Philippe Juvin et Eric Ciotti, qui s’était déclaré le matin même devant Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV.

Depuis qu’il a terminé l’une des plus grosses négociations de l’histoire de l’Union européenne – sur le Brexit –, Michel Barnier a semblé se voir un destin plus français. Rentré dans l’Hexagone, il a multiplié les rencontres et les interventions devant des élus. Députés, sénateurs ou candidats à diverses élections, notamment aux régionales, l’ont reçu pour discuter de grandes thématiques. L’ancien ministre de Jacques Chirac a d’ailleurs, à cet effet, monté un groupe de travail : Patriotes et Européens.

Lire aussi : Michel Barnier, la consécration du « montagnard »

« Déterminé », selon ses équipes, « compétent » et capable d’« apaiser » et de « rassembler » selon ses soutiens, parmi lesquels se trouvent la députée de Paris Brigitte Kuster ou le maire du Touquet-Paris-Plage, Daniel Fasquelle, M. Barnier risque de se heurter à un criant manque d’enthousiasme de la part de sa famille politique.

« L’esprit de responsabilité » de Wauquiez salué

Une situation que Laurent Wauquiez a anticipée en renonçant finalement à se présenter. « Etre candidat à l’élection présidentielle, c’est une décision que l’on prend non parce que l’on en a simplement envie, mais parce que c’est un moment où on se sent en situation de rassembler son camp et de réunir les Français. Je considère que pour moi, ce moment n’est pas venu », écrit ainsi l’ex-maire du Puy-en-Velay sur Twitter.

Parti de la direction de LR sous la pression de ses pairs, qui lui reprochaient le faible score de la droite au scrutin européen en 2019, Laurent Wauquiez commençait pourtant ces dernières semaines à revenir sur le devant de la scène politique. Lui qui s’était retiré dans sa région et s’était fait discret pendant presque deux ans avait ainsi recommencé à participer à des événements et autres réunions organisées par Les Républicains. De quoi laisser imaginer une ambition présidentielle intacte.

Il vous reste 47.68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply