Montant, date de versement : êtes-vous concerné par l’aide exceptionnelle pour les familles modestes ? – LCI

Spread the love








Montant, date de versement : êtes-vous concerné par l’aide exceptionnelle pour les familles modestes ? | LCI

































Mon argent

COUP DE POUCE – L’aide exceptionnelle destinée aux foyers modestes, annoncée lundi par Emmanuel Macron, a été présentée dans les détails par le gouvernement ce mercredi après-midi. Qui pourra y prétendre et pour quel montant ? Voici les détails du dispositif, qui concerne au total 4,1 millions de foyers.

Le montant et les conditions d’accès à “l’aide exceptionnelle aux familles les plus modestes” ont été présentées ce mercredi 15 avril par le Premier ministre Edouard Philippe, à l’issue du Conseil des ministres. Ce dispositif avait d’abord été annoncé sans plus de précisions lundi soir, lors de l’allocution présidentielle d’Emmanuel Macron.

Toute l’info sur

Coronavirus : l’impact économique de la pandémie

Voici désormais ses contours précis et les modalités pour prétendre à cette nouvelle aide ponctuelle :

Les bénéficiaires : il s’agit des ménages touchant le revenu de solidarité active (RSA) ou l’allocation de solidarité spécifique (ASS), qui concerne les chômeurs en fin de droits. Les ménages n’étant pas éligibles au RSA ou à l’ASS mais touchant des aides au logement (APL) sont aussi pris en compte.  Au total, 4,1 millions de foyers dont près de 5 millions d’enfants sont ainsi touchés par ce dispositif d’urgence. 

Le montant : il s’élève à 150 euros pour les ménages touchant le RSA et l’ASS. Cette somme est majorée de 100 euros par enfant. Les ménages ne pouvant prétendre ni au RSA ni à l’ASS mais touchant des APL ont quant à eux droit à 100 euros par enfant. 

La date de versement : cette aide sera versée le 15 mai de manière automatique. Autrement dit, les bénéficiaires n’ont aucune démarche à effectuer. 

Lire aussi

La vocation : ce coup de pouce vise à aider à faire face aux besoins essentiels. Il pourra notamment servir à compenser la hausse du budget alimentaire. Car, par exemple, la fermeture des cantines scolaires (accessibles aux enfants de familles défavorisées avec des tarifs sociaux, voire gratuitement) entraîne un surcoût pour préparer le repas le midi à la maison. Sans oublier que pendant le confinement, les ménages les plus modestes peuvent subir des pertes de revenus, par exemple parce qu’ils perdent l’opportunité d’effectuer certains “petits jobs”, observe le cabinet de la secrétaire d’Etat chargée de la lutte contre la pauvreté, Christelle Dubos.

Sur le même sujet

Et aussi


Leave a Reply