Marvel : la folle réaction des fans quand ils rencontrent le Soldat de l’Hiver

Spread the love

A l’écran, Sebastian Stan incarne, dans le Marvel Cinematic Universe, le personnage de Bucky Barnes, alias le Soldat de l’Hiver. Ancien meilleur ami de Captain America, il a été manipulé mentalement pour devenir un super-soldat / assassin / tueur en série. Au fil des différents films, on a pu le voir évoluer peu à peu, revenir du “bon côté”. Il a désormais le droit à sa propre série, diffusée depuis quelques semaines sur Disney+. Mais sa popularité grandissante donne visiblement de drôles d’idées aux fans de super-héros.

Ils veulent “activer” le Soldat de l’Hiver

Dans le dernier épisode de la série, on a eu le droit à une petite tentative d’activation du Soldat de l’Hiver avec la séquence de mots-clés que l’on connaît désormais.

“Désir. Rouillé. Dix-sept. Aube. Fourneau. Neuf. Bénin. Retour à la maison. Un. Wagon à marchandises.”

Cela permettait dans les films, d’éveiller le Soldat de l’Hiver, de lui faire répondre aux ordres. Dans le MCU, Bucky Barnes ne répond désormais plus à ces mots. Mais, selon les déclarations de l’acteur à la BBC, certains fans essaient, dans la rue, de “l’activer”. On imagine que la scène doit être pour le moins ubuesque. S’il prend les choses avec humour, Sebastian Stan se demande aussi ce qu’ils espèrent faire ainsi.

Cela arrive assez souvent. Cela arrive dans les cafés. Cela arrive souvent. Et c’est toujours très drôle. […] Vous devez parfois regarder les gens en face et dire: Non, je ne deviendrai pas le soldat de l’hiver quand vous dites cela. Vous pouvez continuer à le dire, et peut-être devriez-vous le dire, peut-être que c’est un moment que nous devons tous les deux avoir ensemble, maintenant, ici. Mais rien de fou ne se passera.

Quant à ceux qui se demanderaient si cette séquence a un sens particulier, il ne faut rien  y chercher de particulier. Christopher Markus et Stephen McFeely, les scénaristes de Captain America 3 : Civil War, s’étaient confiés sur le sujet après la sortie du film. S’ils expliquent qu’il y a bien une sorte de mélodie, de rythmique, aucun sens caché n’est à trouver.

Nous voulions que certains d’entre eux provoquent une réaction chez le public quand il les lirait sur les écrans. Comme par exemple ‘ Contrainte ‘ ou ‘ Wagon de marchandises ‘. Nous avons juste inventé tout ça. Il n’y pas vraiment de raison à cela.

A l’époque, ils n’imaginaient sans doute pas que ces mots seraient repris ainsi…

Leave a Reply