Si les polémiques qui ciblent Huawei semblaient s’être légèrement calmées ces derniers jours, des sénateurs américains ont tenu à faire une piqûre de rappel en évoquant une menace « réelle et urgente » dans un document.

La lettre en question est adressée à Brad Smith, président de Microsoft ayant récemment demandé plus de preuves expliquant pourquoi l’administration Trump coupe les ponts avec la marque chinoise. Le document de trois pages a été signé par cinq sénateurs républicains : Tom Cotton, Marco Rubio, Rick Scott, Mike Braun and Josh Hawley.

Huawei accusé de vol de technologies et d’espionnage

Dans la lettre, les sénateurs citent plusieurs exemples visant à démontrer comment Huawei se plie à des activités d’espionnage et de vol de technologies. En ce sens, les politiciens américains évoquent le fait que le fondateur de la marque chinoise est un membre du Parti communiste chinois et un ancien partisan de l’armée rouge. De la même façon, ils citent la façon dont certains employés de Huawei ont aidé le gouvernement d’Ouganda à tracer les activités d’activistes du pays.

Pour ce qui est des vols de technologies, les sénateurs mentionnent le cas Cisco, indiquant que Huawei a été poursuivi par la société pour avoir copié une certaine partie de son code source. Le robot T-Mobile est également évoqué dans le document.

Plus globalement, la lettre indique : « Nous comprenons également que de nombreuses entreprises américaines ont fait affaire de bonne foi avec Huawei et d’autres entreprises de télécommunications chinoises. Bien que le gouvernement américain et l’industrie américaine doivent prendre certaines mesures pour protéger notre population et notre infrastructure de télécommunications, nous ne voulons pas causer de tort indu à ces entreprises américaines ».

Suite à cela, les sénateurs ajoutent : « Nous pensons cependant qu’un examen des éléments de preuve accessibles au public indique que les problèmes de sécurité concernant Huawei sont réels et urgents ».

La rédaction de cette lettre fait suite à une demande de plusieurs hauts dirigeants de Microsoft selon lesquels le gouvernement américain n’avait jamais expliqué en détail pourquoi il était parti en guerre contre Huawei. Reste à savoir si les arguments de ce document seront suffisants pour la firme américaine.

Advertisements

Leave a Reply