iPad Pro (2021) 12,9 pouces : on fait le point sur le “scandale” du blooming – FREDZONE

Spread the love

L’iPad Pro (2021) est disponible depuis un peu moins d’une semaine, mais il se retrouve déjà au coeur d’un scandale. Un scandale injustifié. Beaucoup de médias anglosaxons rapportent en effet un grave problème de blooming sur le modèle de 12,9 pouces, et donc sur la version Mini LED de la tablette. La réalité des faits est cependant un peu différente.

Apple a apporté beaucoup de changements à ses nouveaux iPad Pro. Le plus significatif a sans doute trait au processeur embarqué à leur bord, les nouvelles tablettes troquent en effet la traditionnelle puce Ax au profit du M1, le tout premier SoC Apple Silicon.

L'iPad Pro 2021
Crédits Apple

Un SoC que l’on retrouve aussi sur le Mac Mini, le MacBook Air, le MacBook Pro et l’iMac.

L’iPad Pro (2021) de 12,9 pouces, de son côté, a cependant un argument supplémentaire : la présence d’une dalle Mini LED.

L’histoire des systèmes de rétroéclairage à LED

Si vous n’êtes pas familiers des technologies de nos dalles, une piqûre de rappel est sans doute nécessaire.

Contrairement à ce que l’on a pu voir ici et là, le Mini LED n’est pas une nouvelle technologie d’affichage. En réalité, il s’agit d’un nouveau système de rétroéclairage, un système qui a pour but de remplacer les LED classiques présentes depuis toujours à bord de nos bons vieux écrans LCD.

Concrètement, donc, un écran Mini LED n’a rien à voir avec la technologie OLED. Il se compose ainsi d’un premier panneau composé de cristaux liquides, des cristaux qui doivent être illuminés par un système de rétroéclairage pour pouvoir afficher une image.

Pendant longtemps, les écrans LCD ont utilisé un système baptisé CCFL, mais tout a changé en 2009 lorsque Samsung a dévoilé le premier téléviseur LCD doté d’un système de rétroéclairage à LED. Système qui avait pour avantage de produire une lumière uniforme avec à la clé des téléviseurs plus fins, plus légers, plus économes en énergie… et avec une qualité d’image accrue.

Le Mini LED, c’est quoi ?

Durant les années qui ont suivi, le rétroéclairage à LED s’est imposé sur le marché.

Et puis, le Mini LED est arrivé. Dans les grandes lignes, rien ne change. Le fonctionnement de cette technologie est identique en tout point à la précédente et les écrans l’exploitant se composent donc d’un panneau à cristaux liquides accompagné d’un système de rétroéclairage.

La principale différence vient donc de la taille des LED. Les panneaux Mini LED se composent de LED beaucoup plus petites. Des LED qui sont également en plus grand nombre et qui permettent d’augmenter le nombre de zones tout en produisant des écrans encore plus fins.

Mais ce n’est pas tout. Cette technologie permet aussi d’augmenter la luminosité des écrans et elle est en plus censée réduire l’effet de blooming. Ce qui nous amène précisément au sujet de cet article.

Comprendre le blooming

Le blooming est un terme que l’on retrouve surtout en photo

Un terme qui fait allusion à l’éblouissement que l’on rencontre parfois sur certaines cellules d’un capteur lorsque la lumière ambiante est très forte. En pratique, il se traduit le plus souvent par des zones brûlées ou surexposées.

Le principe est un peu le même sur les écrans. Le blooming prend ainsi la forme de halos lumineux sur des objets très clairs placés sur des fonds noirs. Comme les sous-titres d’une vidéo, par exemple, ou encore des feux d’artifice.

Sur le papier et comme Apple l’explique sur la page de support, le Mini LED est censé réduire ce phénomène. Mais si l’on en croit de nombreux articles à charge sur la toile, ce ne serait pas le cas et l’iPad Pro (2021) aurait même tendance à accentuer le phénomène.

De nombreux témoignages ont ainsi émergé un peu partout, avec un nombre incalculable de photos montrant des iPad Pro (2021) Mini LED affichant des halos lumineux dignes des films de J. J. Abrams.

Le meilleur exemple restant celui de cette photo publiée par MacRumors en début de semaine.

L’iPad Pro (2021) Mini LED sujet au blooming, vraiment ?

Si vous me suivez sur Twitter, alors vous savez que j’ai commandé l’iPad Pro (2021) 12,9 pouces dès l’ouverture des précommandes.

Il m’a été livré vendredi. J’ai bien évidemment passé une bonne partie de ce grand week-end dessus, à regarder des films et des séries, mais aussi à jouer à divers jeux. GTA San Andreas, Call of Duty Mobile ou encore Genshin Impact pour ne citer que ces trois noms.

Et je n’ai constaté aucun gros problème de blooming. Même sur des images très contrastées. Même avec les sous-titres activés sur Netflix.

En tout cas rien de comparable aux témoignages cités par la presse.

J’ai tout d’abord pensé que cela venait de moi et de ma vue défaillante. Puis, je suis tombé sur cette vidéo de Max Tech, une vidéo dans laquelle le YouTubeur procède à des tests très poussés… et qui ne révèlent aucun phénomène de blooming dramatique.

Mais que se passe-t-il ?

Comment expliquer ces différences de ressenti ?

Il faudra sans doute un peu plus de recul pour pouvoir répondre à cette question, mais il est possible que certaines séries soient défaillantes. Lorsqu’on produit de gros volumes, ce qui est précisément le cas ici, il peut arriver que des problèmes surviennent, et ce en dépit des mesures prises en amont.

Cela expliquerait pourquoi certains iPad Pro (2021) Mini LED soient plus sujet au phénomène de blooming que d’autres.

Autrement dit, il est sans doute encore un peu tôt pour parler de Glooming Gate.


Leave a Reply