Incendies en Australie : la situation pourrait durer « des mois » – Le Monde

A Cobargo, en Nouvelle-Galles du Sud, le 31 décembre 2019.

A Cobargo, en Nouvelle-Galles du Sud, le 31 décembre 2019. SEAN DAVEY / AFP

Au lendemain du jour de l’An, l’Australie enterrait un pompier volontaire de 28 ans tué en début de semaine dans le retournement de son camion-citerne par une tornade de feu. Il fait partie des 17 personnes emportées par les flammes depuis le début de la saison des bush fires (feux de brousse) en septembre, un bilan qui risque d’enfler alors que la crise s’intensifie.

Jeudi 2 janvier, la majeure partie de la façade méridionale du pays, la plus peuplée de l’île-continent, reste menacée par la fournaise avec une centaine de foyers actifs dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, une cinquantaine dans celui du Victoria, et des douzaines d’autres dans les Etats de Tasmanie et d’Australie-Occidentale.

La perspective d’un pic de températures et de rafales durant le week-end, propices à la progression des gigantesques feux, a précipité l’état d’urgence en Nouvelle-Galles du Sud anticipant des conditions « horribles ». Des milliers de résidents et de touristes ont reçu l’avertissement fuir le littoral au sud de l’Etat, région prisée par les vacanciers lors des fêtes de fin d’année. Une zone d’exclusion des touristes a été établie sur près de 240 kilomètres de côte, ainsi que dans le parc national Kosciuszko, à l’intérieur de terres. Michaela Le a été évacuée par les rangers alors qu’elle y campait : « Des pluies de cendres ont commencé à tomber, le ciel est devenu orange et nos yeux ont commencé à piquer à cause de la fumée, mais on s’en est sorti indemnes », témoigne-t-elle.

Scènes de chaos

Des convois de centaines de véhicules se sont formés sur les seules routes laissées ouvertes par les pompiers, donnant lieu à de longs embouteillages et des scènes de chaos. « On nous dit de partir, mais on ne peut pas fuir si on n’a pas d’essence », s’emporte, sur la chaîne publique ABC, une touriste cherchant à quitter ces zones à risque. Des pénuries de pétrole ont en effet été déclarées dans des stations essences du littoral. Celles-ci ont été prises d’assaut dans les stations balnéaires à quelques centaines de kilomètres au sud de Sydney, de même que des supermarchés, chacun cherchant à s’approvisionner en cours d’exode. Ajoutant au désordre, une coupure de courant a privé de télécommunications, et donc de téléphone et d’Internet, une bonne partie de la région, au plus fort de la crise.

Lire aussi Des villes entières évacuées avant un nouveau pic de chaleur en Australie, ravagée par les incendies

La situation se révèle tout aussi catastrophique dans l’Etat voisin du Victoria, où 24 localités se retrouvent isolées, assiégées par les flammes et privées de ravitaillement. Les autorités ont dû faire appel à l’armée pour venir en aide aux sinistrés, dont certains risquent sinon d’être bloqués des semaines encore dans certaines localités. La plus emblématique est la petite ville côtière de Mallacoota, à équidistance entre Melbourne et Sydney, où 4 000 habitants et touristes ont été contraints de passer le réveillon sur la plage pour échapper aux flammes, le ciel se drapant d’une angoissante lumière sanguine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *