Google et la Fevad veulent former les petites entreprises à la cybersécurité

Spread the love
Google et la Fevad veulent former les petites entreprises à la cybersécurité

 À l’occasion du mois de la cybersécurité, la fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad), Google et Cybermalveillance.gouv.fr inaugurent un nouveau partenariat afin d’aider les entreprises à adopter les bonnes pratique de sécurité. Celui ci prendra la forme de cours dispensés au sein des ateliers numériques de Google, des espaces de formation ouvert par Google à Nancy, Montpellier, Saint Étienne et Rennes.

Ces formations seront également disponibles à distance, au travers de la plateforme Youtube. Le contenu des cours a été élaboré en collaboration avec la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr et ceux ci seront dispensés par les équipes de Google travaillant au sein des ateliers numériques.

publicité

Dispenser la bonne parole

Selon la Fevad, ces formations viseront en premier lieu « les commerces de proximité et les petites entreprises de service » mais sont pensés pour l’ensemble des TPE/PME. Le programme se structure autour d’un premier module d’initiation aux bonnes pratiques d’hygiène en matière de sécurité informatique, qui peuvent être complétés par un module portant sur la sécurité des sites d’e-commerce et un autre module portant sur les bonnes pratiques de sécurité en télétravail.

La Fevad rappelle que les TPE/PME représentent 99 % des entreprises françaises et que le coût « des cyberattaques visant les TPE/PME est évalué à 700 millions d’euros par an ». Le déficit de formation et de sensibilisation en matière de cybersécurité étant fréquemment pointé du doigt, l’idée est de proposer ici des formations gratuites qui pourront toucher un large public.

Comme le soulignait l’Anssi et la plateforme Cybermalveillance, les cyberattaques visant les entreprises de tailles modestes restent d’actualité cette année, les cybercriminels ayant profité du confinement pour lancer plusieurs vagues d’attaques de phishing et d’attaques au rançongiciel contre des entreprises françaises.

Leave a Reply