Fin du masque pour les élèves de primaire dans 47 départements – Le Monde

Spread the love
Des élèves d’une école primaire de Bischwiller (Bas-Rhin), en novembre 2020.

Les masques vont tomber, à partir de lundi 4 octobre, pour les élèves du primaire de 47 départements français. Le 22 septembre, le porte-parole du gouvernement avait annoncé que l’obligation serait levée dans les départements « où le taux d’incidence se stabilise au-dessous du seuil de 50 pour 100 000 habitants ». Ces départements passent ainsi au niveau 1 du protocole, qui en compte 4.

Sont concernés par la fin de l’obligation : l’Aisne, l’Allier, les Ardennes, l’Aveyron, le Calvados, le Cantal, la Charente-Maritime, la Corrèze, la Côte-d’Or, les Côtes-d’Armor, la Creuse, la Dordogne, l’Eure, le Finistère, le Gers, l’Indre, l’Indre-et-Loire, l’Isère, les Landes, le Loir-et-Cher, la Loire, la Haute-Loire, la Loire-Atlantique, le Loiret, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Manche, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, le Morbihan, la Nièvre, l’Orne, le Pas-de-Calais, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, la Sarthe, la Seine-Maritime, les Deux-Sèvres, la Somme, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, la Vendée, la Vienne, les Vosges et l’Yonne.

En revanche, pour les personnels du primaire dans ces mêmes départements, « le masque est toujours porté par les adultes intervenant auprès des élèves », notamment les « personnels de l’éducation nationale et des collectivités locales, AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap) », a précisé jeudi le ministère.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : malgré cinq semaines de baisse continue en métropole, les épidémiologistes restent prudents

« Vigilance »

« On range le masque dans certains endroits, mais on a intérêt à ne pas le mettre trop loin », préconise Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-UNSA, pour qui « il y a une vigilance à avoir car on sait tous que l’épidémie peut repartir avec des variants inquiétants ».

Dans les collèges et les lycées, les règles du port du masque en intérieur pour les personnels et les adolescents restent inchangées.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a dénoncé jeudi dans un communiqué « l’incohérence et le manque de projection de la gestion de la crise sanitaire dans les écoles » et prône « la prudence », face à la levée du port du masque pour les élèves de primaire dans ces 47 départements.

Même constat pour Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du SGEN-CFDT, qui se dit « plus que réservée au sujet de certains départements de la liste qui présentent un taux d’incidence élevé chez les petits ». « Il va falloir que les précautions d’usage telles que l’aération des classes ou encore la fourniture de masques protecteurs en nombre suffisant pour les enseignants soient respectées », ajoute-t-elle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Plus les élèves sont jeunes et plus c’est difficile… » : petits désagréments du masque en école élémentaire

Nouveau protocole sanitaire à venir

En parallèle, sur le volet de la contamination, le Snuipp-FSU « demande au ministère une montée en puissance des tests salivaires pour les 6 millions d’élèves du primaire, qui ne sont pour l’instant proposés qu’à hauteur de 300 000 par semaine, alors qu’il en faudrait 20 fois plus pour mettre en place les préconisations du conseil scientifique ».

Actuellement, un cas de Covid-19 dans une classe en primaire entraîne une fermeture. Mais les écoles de dix départements – dont cinq dans les départements sans masque pour les écoliers – devraient expérimenter à une date pas encore fixée un nouveau protocole sanitaire : il s’agira de ne plus fermer une classe dès le premier cas positif, et de tester tous les élèves, isolant seulement les cas positifs.

Lire aussi Masque dès 6 ans à l’école : trois idées reçues sur les risques encourus par les enfants

Sont concernés par cette expérimentation : l’Aisne, l’Ariège, la Côte-d’Or, les Landes, la Manche, le Morbihan, la Moselle, le Rhône, le Val-d’Oise et le Var. En cas de contamination au collège ou au lycée, seuls les élèves cas contacts non vaccinés doivent s’isoler une semaine.

Jeudi, un peu moins de 1 700 classes étaient fermées à cause de l’épidémie de Covid-19, soit 0,32 % des classes du pays, a annoncé vendredi le ministère de l’éducation nationale.

Notre sélection d’articles sur les vaccins contre le Covid-19

Le Monde avec AFP

Leave a Reply