Etats-Unis : l’homme qui a menacé de faire exploser une bombe près du Capitole s’est rendu – Le Parisien

Spread the love

Un homme à bord d’un véhicule a menacé ce jeudi de faire exploser une bombe près du Capitole, provoquant le déploiement d’un fort dispositif de sécurité autour du siège du Congrès américain, où le souvenir du violent assaut du 6 janvier et d’une attaque meurtrière à la voiture-bélier cette année reste à vif. Le suspect, âgé de 49 ans, a été identifié sous le nom de Floyd Ray Roseberry par la police.

Après plusieurs heures de négociations, il s’est finalement rendu aux forces de l’ordre. Il a été placé « en détention sans incident », a indiqué le chef de la police du Capitole, Thomas Manger, précisant ne pas encore savoir si des explosifs se trouvaient bien dans le véhicule. « L’enquête sur les lieux est encore en cours » et il faudra des « heures » pour s’assurer que le périmètre est sécurisé. A ce stade, les enquêteurs ne disposent pas d’éléments indiquant que le suspect avait des complices.

« Je crois que sa mère était décédée récemment, et nous avons parlé avec des membres de sa famille, il était aux prises avec d’autres problèmes », a révélé Manger. Sur des images de la chaîne NBC, on peut voir Ray Roseberry sortir de son véhicule, lever les bras en s’agenouillant puis ramper vers les policiers. « Autant que nous le sachions, cela a simplement été sa décision de se rendre à ce stade », a expliqué le chef de la police du Capitole.

Filmé en direct sur Facebook

L’incident a commencé vers 9h15 (15h15 en France), lorsque Ray Roseberry a conduit son pick-up noir, sans plaque d’immatriculation, sur le trottoir devant la bibliothèque du Congrès, qui fait face au majestueux dôme du Capitole. « Le conducteur a dit à l’agent arrivé sur les lieux qu’il avait une bombe et il semblait, selon l’agent, qu’il y avait un détonateur dans la main de cet individu », a déclaré en début d’après-midi Thomas Manger.

Depuis le siège de son véhicule, Ray Roseberry s’est filmé en direct sur son compte Facebook, en proférant des menaces incohérentes. Le réseau social a depuis rendu son profil indisponible et enquête sur les faits, a indiqué un porte-parole de la plate-forme.

« Je suis prêt à mourir pour la cause, (…) la révolution est marche en (…), je ne bougerai pas d’ici », a prévenu dans sa vidéo cet homme blanc au crâne rasé et portant le bouc. « Tirez-moi dessus », a-t-il encore lancé, en défiant du regard la caméra et en menaçant de détoner sa bombe. « Je vous le dis, si les snipers arrivent, qu’ils commencent à tirer sur cette fenêtre, cette bombe explosera », a-t-il affirmé, en référence aux tireurs d’élites déployés sur les lieux.

Il s’en est également pris au parti démocrate de Joe Biden, majoritaire au Congrès. « Vous savez ce que vous faites, les démocrates ? Vous tuez l’Amérique. Vous donnez aux gens l’envie de quitter l’Amérique. (…) Il faut qu’ils fassent venir Joe Biden ici. (…) Vous pensiez que le Sud ne viendrait pas. Eh bien, Joe Biden, le Sud est arrivé. » Il a par ailleurs suggéré que quatre autres bombes avaient été placées à Washington, dans d’autres voitures.

Mouvement pro-Trump MAGA

Ses messages sur les réseaux sociaux « suggèrent qu’il fait partie du mouvement pro-Trump MAGA », acronyme de « Make America Great Again » (Rendre sa grandeur à l’Amérique), le slogan de l’ex-président Donald Trump, a souligné le groupe de surveillance des sites extrémistes SITE.

Selon Associated Press, des vidéos publiées sur le compte Facebook du suspect semblent montrer Roseberry lors de la manifestation du 14 novembre 2020 dans Washington, où des dizaines de milliers de partisans de Donald Trump avaient défilé pour protester contre ce qu’ils prétendaient être une élection volée. Une vidéo semble avoir été filmée par Roseberry alors qu’il marche au milieu d’une foule de personnes portant des drapeaux américains et des drapeaux Trump, criant « arrêtez le vol ».

Contactée par Associated Press, l’ex-femme du suspect a affirmé qu’elle ne l’avait jamais vu avec des explosifs, mais qu’il était un collectionneur passionné d’armes à feu.

Des immeubles évacués

Tous les immeubles aux alentours du pick-up ont été évacués dans la matinée, notamment les bureaux du Congrès, la Cour suprême et le siège du parti républicain. Le Congrès n’est pas en séance en cette semaine de vacances parlementaires, mais des employés et assistants parlementaires fréquentent l’enceinte du Capitole.

De nombreux véhicules des forces de l’ordre et des ambulances se sont positionnés autour du périmètre du Capitole. Le FBI et la police de Washington se sont rendus sur place avec la police du Capitole. « Il s’agit d’une enquête pour une menace de bombe », avait précisé la police du Capitole en milieu de matinée, après avoir indiqué enquêter sur un « véhicule suspect près de la bibliothèque du Congrès ».

Les forces de l’ordre ont appelé à éviter la zone autour de la bibliothèque du Congrès, qui se trouve face au Congrès, de l’autre côté d’une rue et d’un parc. « Mon équipe et notre immeuble près du véhicule ont été évacués en sécurité », a tweeté un parlementaire démocrate de la Chambre des représentants, Raja Krishnamoorthi.

L’enceinte du Capitole est sous haute sécurité depuis l’assaut meurtrier mené le 6 janvier par des partisans de Donald Trump. Le 2 avril, un policier avait été tué et un autre blessé lorsqu’un jeune homme avait précipité sa voiture contre un barrage qui en protège l’entrée, avant d’être abattu.

Leave a Reply