Comme le rapporte The Guardian dans un récent article, deux blogueurs australiens ont été libérés après avoir été détenus plusieurs mois dans une prison iranienne. Fin juillet, le couple de voyageurs a été accusé d’avoir fait voler un drone dans le pays sans en avoir le droit, qui plus est au-dessus d’un dispositif militaire à Jajrood dans la province de Téhéran.

Un échange de prisonniers pour la libération des blogueurs ?

En Iran, les drones sont autorisés, mais leur vol est soumis à une réglementation minutieuse, des conditions strictes auxquelles Jolie King et Mark Firkin ne se seraient pas pliés. Les deux blogueurs ont débuté leur voyage en 2017 et ont documenté celui-ci au travers de leur blog et de leurs réseaux sociaux au fil des années, ce qui explique pourquoi ils voulaient avoir des plans en drone de leur séjour en Iran.

Rappelons que cette situation s’est déjà produite au Myanmar, où un touriste français a passé un mois en prison pour avoir fait voler un drone sans avoir l’autorisation.

Ce qui est également intéressant, c’est que cette libération serait le fruit d’un échange de prisonniers. En effet, The Guardian rapporte qu’un doctorant iranien serait détenu dans une prison de Brisbane (Australie) et recherché pour être extradé vers les États-Unis. Celui-ci a été libéré à peu près en même temps que le couple de blogueurs australiens.

Pour sa part, le procureur général de l’Australie, Christian Porter, a déclaré qu’il ne commentait « pas les détails de son examen des cas particuliers ». Il a aussi ajouté : « Ma décision a été prise conformément aux exigences des procédures juridiques nationales australiennes et est tout à fait conforme aux pouvoirs conférés au procureur général du Commonwealth en vertu de notre loi ».

Marise Payne, ministre australienne des Affaires étrangères, a évoqué des discussions « très délicates » avec l’Iran concernant la libération des deux blogueurs.

Advertisements

Leave a Reply