Des pizzas Fraich’Up Buitoni à l’origine de cas d’E.coli chez les enfants – Le HuffPost

Capture écran Buitoni
La gamme Fraich’Up de pizzas surgelées Buitoni à l’origine de la présence de la bactérie Escherichia coli.

SANTÉ – Il y a bien un lien entre des pizzas de la marque Buitoni et certains cas récents de contaminations à la bactérie Escherichia coli chez des enfants français, ont annoncé ce mercredi 30 mars les autorités sanitaires françaises, rappelant la nécessité de détruire les produits concernés.

Des analyses “ont confirmé un lien entre plusieurs cas et la consommation de pizzas surgelées de la gamme Fraîch’Up de la marque Buitoni (groupe Nestlé) contaminées par des bactéries Escherichia coli”, a annoncé dans un communiqué la Direction générale de la santé, qui dépend du gouvernement, alors qu’un rappel massif de ces pizzas est déjà engagé depuis deux semaines.

Les autorités ont également émis un certain nombre de recommandations alors que la France connaît depuis fin février une recrudescence de cas de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) liés à une contamination à E. coli. Ces cas, qui provoquent une insuffisance rénale, se manifestent chez les enfants. Deux d’entre eux sont morts à la suite de ces contaminations.

 

  • Détruire les pizzas Buitoni si vous en avez chez vous

Santé publique France invite chaque foyer français à “s’assurer que son congélateur n’en contient pas” et demande aux détenteurs de pizzas de la gamme en question “de ne pas les consommer et de les détruire”. Par précaution, il est aussi recommandé de détruire toute pizza surgelée séparée de son emballage, s’il est impossible d’identifier formellement l’origine du produit. 

“C’est une situation extrêmement tragique” a réagi le directeur général industriel de Nestlé France Jérôme Jaton. “Nous prendrons toutes nos responsabilités”, a-t-il assuré lors d’un point de situation en visioconférence ce mercredi.

  • Quand consulter ?

Les autorités sanitaires rappellent la nécessité de consulter un médecin en cas d’apparition, dans les dix jours après la consommation de la pizza, de diarrhées, douleurs abdominales ou vomissements.

  • Ces autres symptômes qui doivent vous alerter

La consultation s’impose aussi si, dans les quinze jours, apparaissent des signes de grande fatigue, de pâleur, ou une diminution du volume des urines, qui deviennent plus foncées.“En l’absence de symptômes dans les 15 jours suivant la consommation, il est également rappelé qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter”, conclut la DGS.

  • Où sont apparus les cas de contaminations

Au total, selon le dernier décompte établi ce mercredi, 41 cas graves ont été identifiés et 34 supplémentaires sont en cours d’évaluation.

Ces 75 cas sont survenus dans 12 régions de France métropolitaine: Hauts-de-France (16 cas), Nouvelle Aquitaine (11 cas), Pays de la Loire (10 cas), Ile-de-France (9 cas), Bretagne (7 cas), Grand Est (5 cas), Auvergne-Rhône-Alpes (4 cas), Centre Val-de-Loire (4 cas), Provence-Alpes-Côte d’Azur (3 cas), Bourgogne Franche-Comté (2 cas), Normandie (2 cas) et Occitanie (2 cas).

  • D’où vient la contamination ?

Selon ses informations, le groupe Nestlé “se pencherait plutôt vers une éventuelle contamination au niveau de la pâte”. En effet, ces pizzas contiennent “de la farine, qui est un produit agricole, il y a des risques d’avoir de l’Escherichia coli dans la farine. Nous allons travailler là-dessus”, a assuré Jérôme Jaton. Il a précisé que les deux lignes de l’usine de Caudry dans le Nord “sont à l’arrêt”. “Un plan d’analyse” est en préparation, même si rien d’anormal n’a été révélé lors du processus de contrôles sanitaires. 

À voir également sur Le HuffPost: Au Guatemala, on cuit des pizzas sur un volcan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *