Déconfinement du 15 décembre : face à l’épidémie, le gouvernement va-t-il revoir sa copie ? – Sud Ouest

Spread the love

Le mardi 15 décembre devait marquer la première étape du déconfinement avant la période des fêtes de fin d’année. Cette date avait été annoncée par Emmanuel Macron le 24 novembre, tout en conditionnant l’allègement des restrictions à l’évolution de l’épidémie en France : à savoir que le nombre de cas journaliers descende sous la barre des 5 000 et que le nombre de lits de réanimation occupés par des patients Covid-19 se situe entre 2 500 et 3 000.

La levée de plusieurs restrictions remise en cause ?

Or dans son point lundi soir, le directeur général de la Santé, le professeur Jérôme Salomon, a prévenu que la France, avec en moyenne 10 000 nouveaux cas par jour depuis une semaine, était encore loin de l’objectif fixé, et qu’il serait “très difficile à atteindre d’ici le 15 décembre.” Une intervention qui prépare peut-être les esprits à la remise en cause de la levée de plusieurs restrictions que le grand public estimait acquise.

Dix jours avant Noël, les mesures du confinement seront certes réajustées, mais l’allègement risque d’être moindre que prévu. Plusieurs pistes semblent aujourd’hui très sérieusement envisagées :

  • Le couvre-feu national entre 21 heures et 6 heures du matin qui devait s’appliquer à compter du 15 décembre pourrait être durci. Certaines sources avancent même une heure d’entrée en vigueur à 17 heures jusqu’à 7 heures le lendemain.
  • La réouverture annoncée des lieux de culture, comme les théâtres, les salles de spectacle, les musées ou les cinémas pourrait être finalement reportée, et repoussée d’une semaine voire à janvier. La reprise des activités pour les plus jeunes en milieu associatif serait également décalée.
  • Les attestations de déplacement dérogatoire devraient être finalement maintenues au-delà du 15 décembre, la sortie du domicile devant rester exceptionnelle.
  • Malgré le maintien de cette mesure, le gouvernement n’envisagerait pas de revenir sur l’autorisation des déplacements pendant les deux semaines de vacances et sur la règle des six personnes à table pour Noël.
  • Si une exception à ces restrictions devrait prévaloir pour le jour du 25 décembre, elle pourrait ne pas s’appliquer au 31 décembre et au 1er janvier qui seraient donc soumis à la fois aux attestations de déplacement et à l’interdiction de regroupement.

L’ensemble de ces mesures feront l’objet d’un nouveau Conseil de défense mercredi matin, avant d’être présentées par le Premier ministre Jean Castex jeudi soir.

Leave a Reply