De la CGT à la CFDT, que pensent les syndicats d’une trêve de Noël, et toutes leurs branches suivront-elles ? | LCI – LCI

Spread the love








De la CGT à la CFDT, que pensent les syndicats d’une trêve de Noël, et toutes leurs branches suivront-elles ? | LCI

































Politique

Toute L’info sur

Les grèves de décembre 2019 contre la réforme des retraites

DÉSACCORDS – A cinq jours de Noël, la trêve pourra-t-elle avoir lieu ? Du côté de la CGT, FO ou SUD-Rail, tout le monde est d’accord pour continuer la grève pendant les fêtes. A l’Unsa et la CFDT, alors que les centrales souhaitent une pause, toutes les branches ne sont pas d’accord.

La trêve de Noël n’est décidément pas d’actualité. Alors que cette semaine le Premier ministre Edouard Philippe a rencontré les syndicats pour de nouvelles discussions sur les retraites, certains ne sont toujours pas convaincus et continuent d’appeler à la grève, y compris durant la période de Noël. Des appels à la mobilisation qui se traduisent notamment dans le pourcentage de trains en circulation ces prochains jours : 59% des TGV et Intercités circuleront les 23 et 24 décembre.

Lire aussi

En vidéo

Philippe Martinez (CGT) : “Notre stratégie c’est de continuer”

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

Parmi les plus favorables à la poursuite de la grève : la CGT. Ce vendredi sur LCI, son secrétaire général Philippe Martinez l’a justifiée en estimant que le Premier ministre “n’a pas, lui, décrété la trêve puisqu’il maintient son projet”. Au contraire, “je trouve que le gouvernement jette de l’huile sur le feu”, a-t-il ajouté. La CGT-Cheminots, première fédération syndicale de la SNCF, a décidé de suivre cette position et de continuer le mouvement.

“La grève continue” et “deux actions sont programmées : le Noël des grévistes et des rassemblements le 28 décembre”, a annoncé jeudi 19 décembre à l’AFP Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, dont l’organisation représente environ un tiers des conducteurs de train et plus de 40% des contrôleurs. “Une multitude d’actions locales seront également menées avec les grévistes présents”, a-t-il ajouté.

FO et SUD-Rail sur la même ligne que la CGT

Force ouvrière adopte la même ligne : le syndicat n’appelle pas à une trêve et rejette la responsabilité des difficultés sur le gouvernement. Ce vendredi sur France 2, son secrétaire général Yves Veyrier a déclaré : “Je sais très bien que la grève gêne, que beaucoup sont en difficulté, je le comprends, mais nous serons en grave difficulté sur les droits à la retraite demain.”

SUD-Rail, troisième fédération de la SNCF, qui appartient à la même intersyndicale que la CGT et FO, emprunte le même chemin. Et annonce qu’il “va entretenir le mouvement avant les temps forts de la rentrée”, a déclaré jeudi 19 décembre à l’AFP son secrétaire fédéral Erik Meyer, dont l’organisation représente environ un tiers des conducteurs de train et plus de 25% des contrôleurs. Au niveau national, l’intersyndicale, composée de la CGT, FO, Solidaires, la FSU et les organisations de jeunesse, appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 9 janvier.

En revanche, la situation est plus compliquée du côté des syndicats réformistes que sont la CFDT et l’Unsa. Si leurs leaders appellent à une trêve, toutes les branches ne sont pas du même avis. Ainsi, alors que Laurent Berger a réaffirmé ce vendredi sur France Inter son souhait d’une trêve, tout en menaçant d’une nouvelle mobilisation en janvier, la CFDT-Cheminots a appelé jeudi à poursuivre la grève pendant les fêtes de fin d’année. Le quatrième syndicat de la SNCF doit consulter ses instances vendredi matin, avait déclaré jeudi son secrétaire général adjoint, Rémi Aufrère-Privel, dont l’organisation représente plus de 18% des conducteurs de train et plus de 12% des contrôleurs.

L’Unsa fait également face à des divisions en interne

A la sortie de Matignon, jeudi 19 décembre, le secrétaire général de l’Unsa Laurent Escure a déclaré : “Sur les transactions sectorielles, on a eu la confirmation d’une garantie offerte sur le contrat social et moral du secteur des transports publics. Le bureau fédéral de l’Unsa ferroviaire a décidé de prendre acte de ces avancées et d’appeler (…) à une pause à la SNCF du mouvement”, a-t-il poursuivi, en ajoutant qu”‘à la RATP il y a un dialogue entre la direction et les agents”. Cette pause est décidée “pour les vacances scolaires”, a précisé à l’AFP Didier Mathis, secrétaire général de l’Unsa ferroviaire, qui représente 7,5% des conducteurs et contrôleurs. 

Mais à la RATP, l’Unsa (1er syndicat), qui estime “incomplètes” les réponses à ses revendications, préfère laisser les assemblées générales, “souveraines, se positionner”. Et sur son compte Twitter, l’Unsa ferroviaire Paris sud-est appelle à ne pas faire de pause. “Nous arrêterons quand nous aurons gagné” écrivent-ils.

La SNCF doit communiquer ce vendredi sur la circulation des trains les 25 et 26 décembre.

Sur le même sujet

Et aussi

Leave a Reply