Covid-19 : les Américains vaccinés n’ont plus à porter de masque en extérieur – Le Monde

Spread the love
Dans un centre de vaccination de Seattle, le 13 mars.

La pandémie due au nouveau coronavirus a fait au moins 3,1 millions de morts dans le monde depuis son apparition à la fin de 2019 en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, mardi 27 avril.

  • Fin de l’obligation du port du masque en extérieur pour les Américains vaccinés

Les Américains vaccinés contre le Covid-19 n’ont plus besoin de porter de masque lorsqu’ils sont en extérieur, sauf lorsqu’ils se trouvent dans des foules, ont annoncé, mardi, les autorités sanitaires. « Si vous êtes entièrement vaccinés et que vous voulez participer à un petit rassemblement avec des gens qui sont vaccinés et non vaccinés (…), les données scientifiques montrent (…) que vous pouvez le faire en toute sécurité, sans masque », a déclaré Rochelle Walensky, la directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique. « En revanche, nous continuons à recommander le port du masque dans des endroits en extérieur très fréquentés, comme des stades pleins ou des concerts ». Elle a justifié cela par le fait que, dans ces situations, beaucoup de personnes non vaccinées, et potentiellement à risque de développer une forme grave du Covid-19, peuvent être présentes.

Par ailleurs, les CDC estiment, désormais, que les personnes non vaccinées peuvent également se promener, courir ou faire du vélo avec des membres de leur foyer, ou participer à de « petits rassemblements » en extérieur avec des personnes vaccinées, sans porter de masque. Ils doivent, en revanche, toujours se couvrir le visage si des personnes non vaccinées sont présentes.

« C’est très simple : si vous êtes vacciné, vous pouvez faire plus de choses, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur », a déclaré le président Joe Biden mardi, louant les « progrès extraordinaires » réalisés aux Etats-Unis, ces derniers mois, face à la pandémie de Covid-19.

Les autorités sanitaires ont mis à jour leurs recommandations en fonction de ces annonces. Aux Etats-Unis, les règles varient selon les Etats, et certains avaient mis en place des règles strictes imposant le port du masque partout en dehors de chez soi, même sans personne autour. Ces Etats devraient, désormais, faire évoluer ces obligations, même s’ils n’y sont pas absolument tenus. Selon les données des CDC, 42,5 % de la population américaine, soit plus de 140 millions de personnes, ont reçu au moins une dose de l’un des trois vaccins autorisés dans le pays – Pfizer-BioNtech, Moderna et Johnson & Johnson.

Lire aussi Covid-19 dans le monde : New Delhi confinée pour une semaine, les Etats-Unis ouvrent la vaccination à tous
  • L’Islande refuse les voyageurs en provenance de seize pays, dont la France

Dans un centre commercial de Reykjavik, le 11 février.

L’Islande a annoncé, mardi, interdire, désormais, l’entrée sur son territoire aux voyageurs en provenance de seize pays considérés comme étant des zones à « haut risque » de contamination par le Covid-19, dont la France. « Jusqu’au 31 mai, tous les étrangers en provenance ou ayant séjourné, pendant plus de vingt-quatre heures au cours des quatorze derniers jours, dans une zone où le taux d’incidence de l’infection sur quatorze jours est supérieur à 700 personnes sur 100 000 habitants (…) sont interdits d’entrée en Islande », a annoncé le ministère de la justice dans un communiqué.

Parmi les pays de l’espace Schengen – dont l’Islande fait partie – sont notamment concernées la France, la Pologne et la Suède. En revanche, l’interdiction ne s’applique pas aux voyageurs résidant en Islande, aux membres de la famille de citoyens résidant légalement sur son sol, ni aux ressortissants en mesure de présenter un certificat de vaccination ou de contamination antérieure par le Covid-19. Des exemptions s’appliquent également pour les voyages jugés « essentiels ».

L’Islande définit comme à « haut risque » des régions ou pays « où le taux d’incidence (…) dépasse 500 » pour 100 000 habitants. Une seule région avec une telle proportion – sur la base des chiffres du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) – suffit à placer un pays tout entier sur la liste des « zones à haut risque ». Il faut que le taux soit égal ou supérieur à 700 pour que les habitants de ces zones soient interdits de séjour en Islande – une mesure qui concerne, pour l’instant, 16 des 32 Etats que la liste contient.

Depuis mardi, tous les voyageurs des pays figurant sur cette liste ont également l’obligation d’effectuer cinq jours de quarantaine à leur arrivée sur l’île dans un hôtel réquisitionné par l’Etat, sauf exemptions.

Sur le plan national, le ministère de la santé a présenté dans la foulée un plan en quatre étapes de suppression des restrictions sur le territoire islandais, tenant compte des progrès de la vaccination. « On estime que toutes les restrictions nationales pourront être levées dans la seconde moitié du mois de juin, quand environ 75 % de la population [âgée de plus de 16 ans] aura reçu au moins une dose d’un vaccin », a précisé le ministère dans un communiqué. L’Islande prévoit de vacciner les personnes âgées de 16 ans ou plus – soit environ 280 000 de ses 365 000 habitants.

Lire aussi Covid-19 : le Danemark, la Norvège et l’Islande suspendent le vaccin d’AstraZeneca

Le Monde avec AFP

Leave a Reply