Covid-19: le gouvernement admet pour la première fois que la France connaît sa “deuxième vague” – BFMTV

Spread the love

Ce lundi matin sur France Info, le Premier ministre, Jean Castex, l’a dit: la France se trouve “dans une deuxième vague forte”. Si le gouvernement évoque depuis des mois l’arrivée redoutée de cette nouvelle phase, c’est la première fois qu’il la décrit comme une “réalité”.

Ce lundi matin, au micro de France Info, le chef du gouvernement a lâché le grand mot: “La France se trouve dans une deuxième vague forte.” Ce constat de Jean Castex rompt avec le discours tenu jusqu’ici par l’exécutif sur la diffusion du Covid-19. Si, depuis le déconfinement du 11 mai dernier, le gouvernement a évoqué la probabilité, voire le caractère inéluctable de cette “seconde” ou “deuxième vague”, il n’avait encore jamais reconnu que le pays y était dès à présent confronté. C’est chose faite.

Des semaines de préparation

Il n’y a que la première fois qui coûte. Aussitôt après avoir admis que l’Hexagone affrontait désormais le second assaut du virus, il a réemployé l’expression. “La réalité de la deuxième vague est là. J’appelle à ce que nous nous mobilisions tous et toutes, il ne peut plus y avoir de relâchement”, a-t-il recommandé. “Pour faire face à cette deuxième vague, rien ne doit être exclu”, a-t-il encore pointé.

On entend ici les accents de ses interventions précédentes, et notamment ceux de son passage sur le plateau de France 2 le 24 septembre dernier à l’occasion de l’émission Vous avez la parole. Ce soir-là, il avait déjà noté que toutes les options étaient sur la table pour contrecarrer la diffusion du coronavirus… mais avait situé la seconde vague dans un futur incertain:

“Si nous n’agissons pas, on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle du printemps (…) Ça pourrait pouvoir dire reconfinement, et il faut l’éviter.”

L’été et la “reprise épidémique”

Le 29 juillet, examinant alors des chiffres bien inférieurs à ceux que nous connaissons aujourd’hui, Olivier Véran écartait sans ambiguité toute idée de “vague”. “La France n’est pas dans une deuxième vague du coronavirus”, avait-il alors posé sur le plateau de LCI, inaugurant une nouvelle formule pour qualifier la situation sanitaire de la France durant l’été: celle de “reprise épidémique”.

Une présentation que l’écoulement des semaines et la prise de parole du Premier ministre ce lundi matin ont rendu désuète. Il y a deux semaines en arrière encore, les professionnels de la santé parlaient eux-mêmes de la “seconde vague” comme d’une étape prochaine mais encore distante. Les mots de Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins dans le Journal du Dimanche du 27 septembre le montrent: “La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions.”

Définition flottante

L’expression est d’autant plus difficile à cerner que sa définition flotte quelque peu. Le 29 juillet dernier, le ministère de la Santé, contacté par BFMTV.com, s’était ainsi borné à déclarer: “Le terme de deuxième vague laisse penser qu’une fois déconfinés, on retrouve une situation similaire à celle de mars.”

Le président de l’Ordre des médecins s’est fait plus spécifique dans le JDD, dépeignant “une épidémie généralisée sur tout son territoire, sans base arrière dans laquelle puiser des renforts humains, avec un système de santé incapable de répondre à toutes les sollicitations”.

Suivant leur situation propre, divers Etats ont abordé leur nouvelle vague avant la France. Dès le 18 septembre, Israël est entré dans un nouveau confinement national. Dès la mi-septembre, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a concédé que son pays se trouvait “au début de la seconde vague”.

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV

Leave a Reply