Coronavirus en Bretagne: Emmanuel Macron vient «pour remercier les salariés qui permettent de nourrir le pays» – 20 Minutes

Spread the love
Le président de la République Emmanuel Macron, ici le 22 avril lors de sa visite d’un producteur de tomates à Cléder, dans le Finistère. Ici avec Marc Keranguéven. — S. Mahé / AFP

Il a arpenté les allées des vastes serres de tomates de producteurs du Cléder, dans le Finistère. Sans masque mais à bonne distance de ses interlocuteurs, le président Emmanuel Macron a tenu à saluer « la deuxième ligne » qui maintient l’activité du pays en pleine épidémie de coronavirus. « Je viens pour remercier les salariés qui permettent de nourrir le pays », a déclaré le président lors de sa visite chez les frères Roué, maraîchers depuis cinq générations et membres de la plus grande coopérative légumière française.

Accompagné par Marc Keranguéven, patron de la SICA Saint-Pol-de-Léon, mastodonte du légume, le président a tenu à remercier les agriculteurs de continuer à travailler. « Tout le monde a joué le jeu de manière formidable, avec des patrons et des salariés courageux qui sont allés au travail, parfois ils avaient peur mais ils sont venus, pour continuer de nourrir le pays. Merci à la ferme France. Elle a tenu. On peut en être fier. J’espère que nos concitoyens vont être réconciliés avec ce beau métier qui est celui de nourrir la nation », a-t-il répété à des responsables de syndicats agricoles. Emmanuel Macron faisait allusion à « l’agri-bashing » visant une partie de la profession.

« La crise du Covid n’a pas d’impact sur notre marché jusqu’à présent »

Ce mercredi, le chef de Cancale (Ille-et-Vilaine) Olivier Roellinger avait cependant regretté que le président se tourne vers des producteurs d’un modèle intensif. « En Bretagne, des tomates cultivées hors sol et hors saison sous serres chauffées toute l’année puis vendues en grande surface n’incarnent pas le nouveau modèle agro alimentaire que le Président Macron nous a demandé d’imaginer pour un autre monde collaboratif et éthique », a-t-il tweeté.

A Cléder, Thierry et Jean-Marc Roué cultivent sans pesticides 2.500 tonnes de tomates sous 4,5 hectares de serres. Ils emploient en temps normal une trentaine de personnes, dont une vingtaine de saisonniers. Leur activité se poursuit actuellement grâce à des employés recrutés via la plateforme « Des bras pour ton assiette », lancée par l’Association nationale des employeurs agricoles et appuyée par les pouvoirs publics.

« La crise du Covid n’a pas d’impact sur notre marché jusqu’à présent », précise Jean-Marc Roué, pour qui la visite du chef de l’Etat « est une reconnaissance pour les salariés ». Les exploitants ont plaidé pour une mise en valeur de la production française et critiqué les distributeurs qui ne jouent pas le jeu.

Le président de la République aura l’occasion de le glisser à l’oreille du patron de Système U, qui doit l’accompagner dans sa visite d’un supermarché Super U de Saint-Pol-de-Léon.

1,9K partages

Leave a Reply