Coronavirus : c’est quoi le confinement ? – LaDepeche.fr

Spread the love

l’essentiel Depuis l’annonce d’Édouard Philippe, samedi 14 mars, de fermer les établissements non essentiels à la vie quotidienne, une mesure de confinement pourrait se profiler en France, comme c’est déjà le cas dans plusieurs pays européens. Qu’a-t-on le droit de faire ? Comment la mesure est-elle appliquée ? On fait le point.

Une semaine d’un genre inédit s’ouvre lundi pour les Français, privés de la plupart des lieux publics et invités à télétravailler tout en s’occupant de leurs enfants. D’éventuelles mesures encore plus radicales, comme le confinement généralisé, pourraient être prises pour tenter d’enrayer l’épidémie de coronavirus.

Dimanche 15 mars, les images de Français profitant du soleil dans les parcs et jardins publics en cette période d’épidémie de coronavirus ont choqué. Alors que le gouvernement recommandait, il y a quelques jours, aux plus de 70 ans de rester chez eux c’est désormais toute la population qui est assignée à résidence.

A lire aussi : DIRECT. Coronavirus : Macron prend la parole à 20 heures ce soir, la situation “se détériore très vite”, alerte le directeur général de la Santé

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a appelé l’ensemble de la population à prendre conscience de la gravité de la situation et à limiter les interactions sociales : « Nous sommes tous acteurs de la santé, les décisions que nous prenons au quotidien, la sortie que nous allons annuler, la soirée en famille ou le repas en famille que nous n’allons pas faire: tout cela est déterminant pour protéger la santé des Français. Le virus est invisible, il circule vite et il menace la vie des gens. Je conjure les Français de respecter les mesures de restriction sociale », a-t-il déclaré sur France 2.

  • Qu’a-t-on le droit de faire ?

En Italie, le confinement total a été décrété le 9 mars et jusqu’au 3 avril. Depuis, le décret « Io resto a casa » (« Je reste à la maison ») restreint considérablement les déplacements. Les Italiens sont autorisés à sortir uniquement pour « impératifs professionnels dûment vérifiés » et « des situations d’urgence, pour des raisons de santé ». Chaque habitant qui voudrait sortir de chez lui doit remplir un formulaire, disponible sur le site du gouvernement.

Même situation en Espagne où le Premier ministre, Pedro Sanchez, a annoncé samedi 14 mars, une quarantaine quasi-totale de l’Espagne : « L’interdiction de circuler dans les rues (…) est à suivre obligatoirement à partir d’aujourd’hui », a-t-il déclaré. Une annonce qui s’inscrit dans le cadre de l’état d’alerte décrété pour quinze jours chez nos voisins espagnols. Cette quarantaine quasi-totale a également été adoptée en Autriche.

En période de confinement, les seules sorties autorisées sont donc celles pour aller acheter à manger, travailler et se soigner. Les contacts entre proches (hors famille nucléaire), les repas entre amis et autres fêtes d’anniversaires ne sont pas autorisés. Toute sortie de loisir est interdite. La seule interdiction absolue de se déplacer et ce sans exception, est pour les personnes en quarantaine ou les personnes qui ont été testées positives au coronavirus.

Les restrictions devraient identiques en France, si une telle mesure de confinement venait à être annoncée. Un nouvel arrêté ministériel précisant tous les commerces qui ont encore le droit d’ouvrir en cette période de lutte contre la propagation du coronavirus vient d’être publié. Les commerces alimentaires restent évidemment ouverts, tout comme ceux d’équipements automobiles, les hôtels, ou encore les agences de travail temporaire.

A lire aussi : Coronavirus : le gouvernement précise la liste des commerces et services qui peuvent rester ouverts

  • Que risque-t-on si on ne respecte pas le confinement ?

En Italie, un formulaire, disponible sur le site du gouvernement, doit être rempli avant de sortir sous réserve d’une amende de 206 euros et d’une peine de 3 mois d’emprisonnement. Mais des sanctions plus sévères peuvent être imposées à ceux qui adoptent des comportements jugés dangereux pour la santé publique, tels que la fuite de la quarantaine pour les positifs au coronavirus. La notion de « crime contre la santé publique » a ainsi été définie pour l’occasion.

Dans les pays confinés, la police veille à l’application de ces restrictions et il n’est pas rare de voir des habitants rappelés à l’ordre.

  • Comment bien vivre le confinement ?

Face à cet isolement sanitaire, les idées ingénieuses se multiplient sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #YoMeQuedoEnCasa (« Moi je reste à la maison »). En Italie, on peut entendre des concerts improvisés aux balcons et fenêtres.

Video Inno di Mameli
Salerno. Tutti in casa. Poi, ad un certo punto, qualcuno si affaccia alla finestra. E inizia a cantare. Si affacciano altre persone. Donne e uomini. E inizia qualcosa di splendido. Cantano tutti. Tutti. Sorridono, si guardano l’un altro. Cantano l’Inno di Mameli. A gran voce. L’inno di quel ragazzo morto a soli 21 anni per ciò in cui credeva. E che ci ha lasciato il nostro inno. Di noi italiane e italiani. Un inno che, oggi che il Paese sta affrontando il coronavirus, sentiamo ancora più nostro. L’Italia s’è desta. Sì. Sarà così.
Publiée par Partito Democratico sur Vendredi 13 mars 2020

En Espagne, des voisins ont joué au bingo depuis leurs balcons. Des groupes d’amis se retrouvent en vidéoconférence pour prendre une bière. Des musées comme le Prado à Madrid offrent des visites en ligne, des dramaturges mettent leurs œuvres sur internet et des plateformes de films et de séries offrent des contenus gratuitement.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Leave a Reply