Advertisements

Chloroquine : le Pr Raoult a dévoilé à Macron une nouvelle étude portant sur plus de 1.000 patients – LCI

Spread the love








Chloroquine : le Pr Raoult a dévoilé à Macron une nouvelle étude portant sur plus de 1.000 patients | LCI

































Santé

CONSULTATION – Le chef de l’Etat s’est rendu ce jeudi à Marseille pour rencontrer le controversé Professeur Raoult. Ce dernier lui a dévoilé une nouvelle étude, plus large que les dernières, réalisée sur 1.061 patients passés par son service.

A quatre jours de son allocution, où il devrait parler de nombreux sujets comme les masques, les tests ou le déconfinement, le chef de l’Etat consulte tous azimut. Après avoir effectué jeudi matin un premier déplacement à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), où il a rencontré des équipes hospitalo-universitaires pour faire le point sur la recherche de traitements, Emmanuel Macron a passé trois heures à l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) de Marseille, où travaille le controversé professeur Didier Raoult.

Après avoir discuté de de la coordination dans les essais thérapeutiques au niveau européen ou des plateformes de tests avec le chef de l’Etat, le spécialiste des maladies infectieuses lui a ensuite présenté la dernière étude de ses services qui confirme, selon lui, l’efficacité de l’hydroxychloroquine (dérivé de la chloroquine, un médicament contre le paludisme) dès l’apparition des premiers symptômes du Covid-19. Selon ces résultats portant sur 1.061 patients, dont le chef de l’Etat a pris connaissance, la guérison virologique a été obtenue chez 973 patients en 10 jours (soit 91,7 % de réussite).

Toute l’info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Plus de 60.000 tests

Devenu l’une des figures de cette crise, Didier Raoult avait déjà publié deux études sur l’hydroxychloroquine : fin février, via une vidéo provocatrice, il annonce que ce dérivé synthétique de la quinine prescrit depuis plusieurs décennies contre le paludisme, associé à l’azithromycine, un antibiotique, serait l’arme fatale pour inhiber le virus en quelques jours. Trop beau pour être vrai ? Dans une de ses premières communications, Didier Raoult affirme que sur 24 patients traités à l’IHU avec de l’hydroxychloroquine, 75% présentaient une charge virale négative au bout de six jours. Mais les critiques affluent, dénonçant notamment le très faible nombre de patients concernés. 

Toutefois, le professeur ne baisse pas les bras, et poursuit son travail. D’abord, en pratiquant de nombreux tests, à partir desquels le chercheur a tiré cette nouvelle étude, plus large, qu’il a présenté à Emmanuel Macron, et qui corroborerait ses précédentes conclusions. Elle a été publiée dans la soirée sur le site pré-prints de l’IHU. Dans le détail, “du 3 mars au 9 avril, 59.655 échantillons de 38.617 patients ont été testés pour le COVID-19. Sur les 3.165 patients positifs placés dans les soins de l’institut, 1.061 patients non publiés auparavant répondaient aux critères d’inclusion déterminés par l’équipe. Leur âge médian était de 43,8 ans et 46,4 % étaient des hommes (493) ont été testés. Aucune toxicité cardiaque n’a été observée”, indique l’étude.

Voir aussi

Une guérison obtenue dans plus de 91% des cas

“La guérison virologique a été obtenue chez 973 patients en 10 jours (91,7 %). Un portage viral prolongé à la fin du traitement a été observé chez 47 patients (4,4 %) et était associé à une charge virale plus élevée au moment du diagnostic, mais la culture virale était négative au jour 10 et toutes sauf une ont été éliminées au quinzième jour”, précise l’étude. Un mauvais résultat a été observé pour 46 patients (4,3 %). 10 ont été transférés aux soins intensifs, 5 âgés entre 74 et 95 ans sont décédés depuis (0,47 %), et 31 ont nécessité 10 jours d’hospitalisation ou plus. Parmi ce groupe, “25 sont guéris au moment de la publication, et 16 sont encore hospitalisés”.

“La combinaison hydroxychloroquine-azithromycine, lorsqu’elle est démarrée immédiatement après le diagnostic, est un traitement sûr et efficace pour le Covid-19, avec un taux de mortalité de 0,5 % chez les patients plus âgés. Il évite l’aggravation et élimine la persistance et la contagiosité du virus dans la plupart des cas”, conclut le chercheur.

Que fera le chef de l’Etat de cette nouvelle étude ? Selon nos informations, ces résultats seront également analysés par le Conseil scientifique ainsi que le ministre de la Santé, Olivier Véran. Après ses visites autour de la recherche d’un traitement contre le Covid-19 ce jeudi, Emmanuel Macron va continuer à consulter “un grand nombre d’acteurs publics et privés, français, européens et internationaux” vendredi et ce week-end avant son allocution télévisée prévue lundi soir.

Sur le même sujet

Et aussi


Advertisements

Leave a Reply