Covid-19: ces départements qui rétablissent des restrictions face à la flambée des cas – BFMTV

Spread the love

Un département puis l’autre, ou zone par zone. Ces derniers jours, plusieurs préfectures ont décidé de rétablir des mesures anti-Covid levées au cours des dernières semaines pour faire face à la résurgence des cas due au variant Delta.

“Oui, la quatrième vague est là”, a averti Olivier Véran ce mardi matin sur RTL. Même son de cloche, la veille, du côté du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, au sortir du Conseil des ministres, sur un ton plus alarmiste: le relais de l’exécutif a ainsi évoqué une hausse de 125% des nouvelles contaminations en une semaine.

Bien sûr, les territoires ne sont pas égaux devant cette résurgence découlant de la propagation du variant Delta du Covid-19. Si le taux d’incidence national s’établit désormais à 86 cas pour 100.000 habitants d’après les statistiques livrées par Gabriel Attal, les zones rattrapées le plus brutalement par cette flambée sont dispersées un peu partout dans l’Hexagone, et au-delà. On déplore ainsi de fortes tensions en Martinique et à la Réunion où un décret a restauré le couvre-feu le 14 juillet.

• Les Pyrénées-Orientales face à une forte flambée des cas

C’est sans doute l’exemple le plus médiatique du nouveau tour de vis. Accolées au versant espagnol de la Catalogne, où la situation sanitaire est particulièrement dégradée comme le regrettait encore lundi Clément Beaune, secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, les Pyrénées-Orientales – et leurs 300 cas pour 100.000 habitants selon Santé Publique France – ont dû s’adapter.

En plus du retour de la nécessité du port du masque dans l’espace public, à l’exception des plages, le département s’astreint encore une fois à un couvre-feu, valide tous les soirs à compter de 23h et ce, dans les bars, restaurants, les épiceries, les commerces. Ces deux mesures, en vigueur depuis dimanche, le resteront au moins jusqu’au 2 août.

• Les Alpes-Maritimes et la Haute-Corse rattrapées

Les Alpes-Martimes ne sont pas franchement la seule zone touristique où le variant Delta vient doucher l’été, à peine sorti de la sinistrose météorologique. Tandis que le port du masque devait en principe tomber lundi soir minuit, Nice Matin a signalé qu’il devait être au contraire reconduit dans certaines zones cruciales du département.

Les choses sont d’ores et déjà plus claires en Haute-Corse, où la Balagne souffre particulièrement. Sur place, 37 communes doivent supporter, depuis le 14 juillet dernier et jusqu’au 1er août au moins, un nouveau couvre-feu, dès 23h là aussi, dans ses bars et restaurants. Le taux d’incidence local est chiffré à 249,1 cas pour 100.000 habitants.

• 45 communes remettent le masque en Charente-Maritime

Au bout de la diagonale nous amenant de l’île méditerranéenne aux rivages de l’Atlantique, on retrouve une situation comparable en Charente-Maritime. Avec 145 cas pour 100.000 habitants – et 545 cas chez les 20-30 ans où la vaccination a été plus tardive et donc moins étendue -, le département paie un lourd tribut au variant Delta. En conséquence, le préfet Nicolas Basselier a pris ce mardi un arrêté rétablissant l’obligation du port du masque dans 45 communes, les plus touristiques du département.

La consommation d’alcool sur la voie publique est également interdite jusqu’au 31 août, signale France Bleu, à qui le préfet a précisé qu’il ne “s’interdisait rien” quant à un éventuel couvre-feu.

• La Normandie et le Pas-de-Calais ponctuellement

Un peu plus au nord, le littoral normand n’est pas mieux loti. Ouest France a ainsi repéré le retour du masque sur les bouches et les nez circulant dans les rues de Trouville et de Deauville. Il en est de même à Cabourg depuis samedi, un mois à peine après la fin initiale de cet impératif sanitaire.

“La ville ne peut se permettre de refermer, comme on a pu le connaître, nos sociétés et nos commerces. Si ça peut nous permettre de maintenir un minimum d’activité, c’est toujours mieux que zéro”, a justifié Sébastien Delanoë, adjoint au maire de Cabourg, devant les caméras de France Télévisions. Il faut dire que dans le Calvados, le taux d’incidence s’élève à 90,5 cas pour 100.000 habitants.

Si le Pas-de-Calais se situe à ce stade loin de ces sommets, ça n’empêche pas les urgences locales. Ainsi, France Info a pointé le retour du masque obligatoire dans 13 communes du département.

• Les communes moyennes de Meurthe-et-Moselle concernées

La mer, la dimension touristique… Tels semblent être les quelques dénominateurs communs de ces zones confrontées à nouveau aux restrictions. Une impression erronée, car le renforcement des mesures fait bien plus largement tache d’huile.

La préfecture de Meurthe-et-Moselle a ainsi décidé de la restauration, dès mercredi souligne ici L’Est Républicain, de la contrainte du port du masque dans les communes de plus de 5000 habitants où le taux d’incidence serait supérieur ou égal au seuil d’alerte fixé au plan national, soit 50 cas pour 100.000 habitants.

• De nombreux départements au-delà de la ligne jaune

Or, si pareille décision devait s’imposer à chacun des départements le dépassant, ils seraient nombreux à être concernés.

Car, outre les territoires cités ci-dessus, surpassent déjà cette ligne jaune, d’après les chiffres compilés par Santé Publique France: l’Hérault et ses 148,4 cas pour 100.000 habitants, la Haute-Garonne (120,9), Paris (114) au milieu d’une région où seule la Seine-et-Marne (47,1) est située en deçà, les Bouches-du-Rhône (109,5), l’Aude (107,6), la Gironde (88,3), les Pyrénées-Atlantiques (86,8), les Landes (79,4), le Rhône (78,5),le Var (69,6), le Tarn-et-Garonne (66,3), le Gard (61,6), la Loire-Atlantique (60,7), la Vendée (58), le Gers (56,8), le Bas-Rhin (55,6), les Hautes-Alpes (54,3), le Vaucluse (54,2).

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV

Leave a Reply